• SUDOUEST.COM

    Lundi 29 Mars 2010


    NÉRÉ.

    De vraies racines entre l'Europe et l'Amérique

    Elise Boucher-DeGonzague

    Dans le cadre du Printemps des poètes en Pays des Vals de Saintonge, l'association Val de Boutonne-Louisianne-Québec a organisé un concert, vendredi 19 mars, à Néré.

    L'invitée était la Québécoise Élise Boucher-DeGonzague. Cette jeune femme, auteur-compositeur, a interprété avec beaucoup de bonheur ses chansons, mais aussi celles de Félix Leclerc, qu'elle réinterprète avec toute sa sensibilité, accompagnée au piano par Jacky Lepoittevin.

    Québécoise d'origine française, elle a une maison en France depuis quatorze ans. Elle a souffert pendant très longtemps d'une sorte de déséquilibre entre ses deux origines. Le fait que le gouvernement canadien ait reconnu, il y a peu de temps, l'appartenance au peuple Abenakis (peuple de l'aube), à sa grand-mère, Amérindienne et non plus métisse, lui a permis de s'approprier son identité première et européenne. Une seconde naissance en quelque sorte et la maturité d'une femme amérindienne et européenne.

    Les deux tiers de son spectacle sont composés de ses chansons et de celles de Félix Leclerc et elle a réservé le dernier tiers aux chants amérindiens, douces mélopées accompagnées du tambour. Un tambour qui a une histoire car il a été créé par son grand-oncle Abenakis, qui le lui a offert. « On ne doit pas acheter un tambour, il doit être offert, il a une âme. »

    Et, en dehors de son spectacle, elle a eu la délicatesse d'interpréter samedi un chant nawa « Viens » ou « Bienvenue à l'enfant » pour la centenaire de la Châtellenie de Néré.

    Contact : Association Val de Boutonne-Louisianne-Québec, tél. 05 16 51 21 10 ; courriel : cyrille.grandcamp@sfr.fr ou www.elisechante.com.

    Tags : Saintonge International Amérique du Nord Amérique Europe néré Loisirs & Culture Pays Rochefortais


    votre commentaire
  • ÉLISE AIME FÉLIX

    Élise Boucher-DeGonzague chante Félix Leclerc à Néré

     

    Vendredi 19 mars à la salle des fêtes de Néré, à l’est de la Charente Maritime. L’association Val de Boutonne-Louisiane-Québec a fait venir Élise Boucher-DeGonzague dans le cadre du « Printemps des poètes » en Pays des Vals de Saintonge.

    « Que chaque lever de soleil soit une fête, chaque pluie, un apaisement… » Telle est sa définition de la vie. D’origine métisse française et amérindienne abénakis, Élise Boucher-DeGonzague est auteur compositeur interprète. Elle a travaillé avec Félix Leclerc qu’elle honore dans ce programme, mêlant les chansons du grand poète-chanteur québécois à ses propres textes et compositions.

     

     

     

    Fille de pianiste, pianiste elle-même, elle découvre le piano grâce à sa mère alors qu’elle est encore toute enfant, encore un bébé. Elle nous fait entendre dans son programme Beethoven, à qui elle répond par « Für Beethoven » à une certaine lettre qu’il lui a envoyée alors que son nez arrivait encore à peine à la hauteur du clavier du piano maternel, Schubert, qu’elle interprète merveilleusement bien, le grand Félix Leclerc qu’elle ressuscite pour plusieurs duos grâce à la magie de la technologie, mais aussi la musique traditionnelle abénakis et ses propres œuvres.

     

    Elle est aussi excellente comédienne, et son humour ponctue l’émotion de ses interprétations et de sa voix de cristal.

     

    Élise et son excellent musicien, Jacky Le Poittevin, ont réveillé pour un soir un piano québécois, fabriqué à Montréal, offert, comme le reste du décor (chaise berçante, tabouret, lampadaire) par Monsieur Antoine Cano, ancien consul de France au Canada. Ce piano ne peut que se souvenir qu’il fut la voix musicale de toute une famille franco-québécoise.

     

    Au programme, nous avons pu entendre les plus belles chansons de Félix Leclerc (« Une valse », « Moi mes souliers », « Le p’tit bonheur » et beaucoup d’autres encore).

    Jean Dufour, qui fut l’agent de Félix Leclerc a déclaré à propos d’Élise Boucher-DeGonzague : « musicienne inspirée, son enthousiasme, l’exceptionnelle pureté de sa voix et son profond respect de l’œuvre m’ont immédiatement convaincu. Elle est ainsi devenue pour moi la meilleure interprète du répertoire de Félix Leclerc. Le public français ne résiste pas à son charme, son humour et l’émotion intense qui émanent de sa présence… Je croix pouvoir affirmer que Félix Leclerc en serait heureux ».

    Et, effectivement, nous étions sous le charme. Elle nous a fait rêver, rire, pleurer.

    Élise Boucher-DeGonzague a également travaillé avec Jean-Guy Despaspe, Red Mitchell, Robert Amyot, que nous avons tous eu l’occasion d’entendre au fil des manifestations organisées par notre association. Merci à eux de nous avoir parlé d’elle ! Et merci à l’équipe municipale de Néré (Alexandre Aubanel et Monique Caille en particulier) pour l’accueil qu’elle nous a réservé.

    Derrière la musicienne, nous avons également pu découvrir une femme d’exception, à la gentillesse et la sensibilité rares.

    Les absents, quelle que soit la raison de leur absence, ont raté un grand, grand moment en cette salle des fêtes au fond de la Saintonge romane. Élise aurait mérité que des milliers de personnes se bousculent pour venir l'écouter.

    Ce concert était dédié à notre cher ami Michel Braud, vice-président de l’association, décédé accidentellement par la faute de l’inconscience d’un chauffard, il y a quelques jours.

    Élise nous a fait un cadeau sans prix : elle a honoré notre ami par un chant rituel abénakis rythmé au son du tambour. Merci Élise, merci. Peut-être Michel t’a-t-il entendue….

    Flonigogne

    Elise Boucher-DeGonzague


    2 commentaires
  • Le Printemps des Poètes à NÉRÉ

    Aux couleurs musicales d'une
    femme québécoise métisse amérindienne
    chante Félix Leclerc
     
    Vendredi 19 mars 2010 à 20 h 30
    Salle des fêtes de Néré
     
    Tarif : 10 € adultes, 5 € moins de 14 ans,
    RMIstes ou chômeurs,
    gratuit pour les moins de 8 ans
     
    Renseignements :
    Val de Boutonne-Louisiane-Québec

    06.35.90.97.64/05.16.51.21.10

    Dans le cadre du Printemps des Poètes, Élise entremêle ses propres créations et  des chants des Premières Nations aux œuvres immortelles du père de la chanson québécoise. Parolière et compositrice, réunissant ses origines abénakises et ses racines françaises, Élise Boucher-DeGonzague fait lever le soleil sur le quotidien des québécois tout en évoquant les reflets sacrés des lunes amérindiennes.

    Accompagnée au piano par Jacky Le Poittevin, Élise propose une heure trente de rêve, d'humour et d'enchantement. Nul doute que les paroles de Félix Leclerc résonneront d'une couleur nouvelle sur le ciel de la Saintonge vendredi soir. Rappelons qu'Élise Boucher-DeGonzague a eu le privilège de chanter en lever de rideau des derniers spectacles présentés par Félix Leclerc au Québec.

    Jean Dufour qui fut l'agent de Félix Leclerc pendant la plus grand partie de sa vie artistique en Europe, est à l'origine de la tournée qu'Élise a entreprise à son tour à travers la France. A propos d'elle monsieur Dufour a notamment déclaré :

    « Musicienne inspirée, son enthousiasme, l’exceptionnelle pureté de sa voix et son profond respect de l'œuvre m’ont immédiatement convaincu. Elle est ainsi devenue pour moi la meilleure interprète du répertoire de Félix Leclerc. Le public français ne résiste pas à son charme, son humour et l’émotion intense qui émanent de sa présence… Je crois pouvoir affirmer que Félix Leclerc en serait heureux.»


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Les brass bands style cajun à Saintes


     

    Agréable animation dans les rues de Saintes ce samedi 22 août 2009 ! Six brass bands se sont succédé pour donner une ambiance cajun à la capitale saintongeaise. Pourquoi pas ? La musique fut goûtée par les passants et les passantes dont nombre se sont trémoussé(e)s en l'entendant ! (Les musiciens et musiciennes ne venaient pas de Louisiane mais bon...)

     

    Il y eut l'image et le son dont nous allons vous faire un peu profiter avec deux extraits. Vous échapperez à la sono assourdissante de la soirée où des musiciens (hollandais...) jouaient certes fort bien mais étaient amplifiés au-delà du raisonnable par un technicien-son qui devait déjà être sourd ! (Bernard Palissy s'en est trouvé figé comme de la pierre...)


    AlCaribou

     

     

     

     


    votre commentaire
  • SUD-OUEST
    /charente-maritime
    <script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[ OAS_AD('Position4'); OAS_AD('Top'); // ]]></script>

    SITES EN SCÈNE. Tout ce qu'il faut savoir sur la fête, qui change de formule cette année. Avant un grand bal place Bassompierre, cinq fanfares vont animer les rues du centre-ville

    L'accent de la Louisiane

    Bye-bye l'amphithéâtre et bienvenue les rues du centre-ville. Après quatorze années de présence ininterrompue dans l'enceinte gallo-romaine, Sites en scène change de décor et renouvelle sa thématique cette année.

    • Les raisons de la nouvelle formule

    La mairie avance plusieurs explications pour justifier cette relocalisation. Investi jusqu'à présent l'espace de trois soirées par 7 500 personnes, l'amphithéâtre ne sort pas indemne d'une telle fréquentation. Les vieilles pierres souffrent. « C'est un endroit accidentogène, surtout en cas de mauvais temps, comme cela s'est déroulé l'an dernier », plaide Sylvie Barre, maire-adjointe à la Culture.

    L'élue ajoute un autre motif : « Le public devenait de plus en plus restreint. Nous souhaitions au contraire ouvrir cette fête au plus grand nombre. » Et Dominique Deram du service Culture de la Ville, de livrer un chiffre : « Alors que 2 500 personnes, au maximum, pouvaient assister à chaque spectacle l'année dernière, elles étaient 4 000 les premières années. »

    Autre raison : le budget. Sans compter la mise à disposition du personnel communal, 150 000 euros étaient consacrés chaque année à la programmation d'un spectacle d'arts de la rue ou de la piste. Le budget, financé à parts égales par la Ville et le Conseil général (il apporte le label Sites en scène), se monte cette année à 50 000 euros.

    • Un partenariat avec Blues Passion

    Organisatrice du festival éponyme qui a lieu fin juillet dans la cité de François Ier, c'est l'association cognaçaise Blues Passion qui s'est chargée de la programmation. Les voisins charentais ont proposé de mettre en place des circuits de déambulations festives de fanfare. Pas n'importe quelle fanfare, car il s'agit uniquement de brass band, c'est-à-dire des ensembles de cuir et de percussion. Un style de musique originaire de la Louisiane, et plus spécialement de La Nouvelle-Orléans.

    Composées de 4 à 20 musiciens, cinq d'entre elles ont été sélectionnées et animeront le centre-ville demain. Sonorités funk, jazz, groove retentiront au milieu de la braderie d'été. C'était aussi un voeu de la Ville : coupler les déambulations musicales avec le grand déballage des commerçants.

    • La programmation festive et enjouée

    Cela commencera à 10 heures, demain, par une aubade sur le marché Saint-Pierre (lire le programme par ailleurs).

    Puis, en fin de journée, à l'heure où le soleil est moins brûlant, les deux rives du centre-ville résonneront des notes cuivrées des fanfares. Le public est évidemment invité à accompagner les airs en dansant.

    Passées 19 heures, toutes les formations se dirigeront vers la place Bassompierre. C'était l'un des souhaits de la municipalité d'utiliser l'espace libéré des voitures.

    La Ville encourage les Saintais à apporter leur pique-nique et à s'installer sur les berges de la Charente longeant la place Bassompierre. Avant un bal cajun (1) qui revêtira, lui aussi, les accents de La Louisiane. Il ne sera alors pas interdit de penser que la Charente se sera métamorphosée en Mississippi.

    (1) Le terme désigne les populations francophones de la Louisiane, ainsi que leur culture.

    Auteur : david briand
    d.briand@sudouest.com
     
    Pour avoir davantage de détails, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :
     
     

    <script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[ listener(); // ]]></script>


    votre commentaire
  • Pascale Picard

    Photo de Pascale Picard
    © B.Peverelli
    Infos :

    ... l'émotion apprivoisée

    Un patronyme plutôt francisé pour cette jolie Québécoise inspirée par le folk américain des années 70 et le chantant en anglais !!! Elle est l'une des révélations internationales 2007. Auteur compositeur interprète, elle balade ses chansons et sa guitare dans les cafés de Québec avant de former le Pascale Picard Band entouré d'un guitariste, d'un bassiste et d'un batteur. Il en résulte une alchimie des plus positive puisque depuis son album « Me, Myself and us » s'est vendu à des milliers d'exemplaires. Folk song mâtinée de rock, sa musique porte empreinte et force charismatique. Elle passe de la douceur acoustique à une ambiance presque hard rock notamment avec la chanson « Annoying » qui commence par un « I hate you » d'une puissance déconcertante ! Une Pascale dotée d'un sacré caractère affirmé et bien trempé... mais c'est un vent doux-amer, poignant et généreux qui traverse l'atlantique, pour venir souffler sur la Grande Scène st Jean d'Acre.

     Site web :

    Liens externes :
    Albums :
    Publications :

    votre commentaire
  • Concert à Bignay de Jean-Guy Deraspe et Red Mitchell

    Les risques d'orage et les agriculteurs de Bignay et alentours qui avaient avancé la date de la moisson... Les vacances.... les impératifs familiaux... le bœuf à la broche du RACA à Saint-Jean d'Angély... le concert Rock gratuit au bistrot du village...

    Résultat : les blés sont rentrés, mais les spectateurs ne sont pas entrés aussi nombreux qu'ils auraient dû l'être dans la salle du Foyer Rural de Bignay... Il restait donc encore des places !

    Tant pis pour les absents : sympathique concert avec un mélange de musique traditionnelle québécoise et de compositions originales de Jean-Guy Deraspe.

    Violon, guitare, mandoline, harmonica, cuillères et voix ! Voilà les arguments de Jean-Guy, superbement soutenu à la guitare par Red Mitchell, spécialiste de jazz.

    Les deux musiciens nous entraînent sur l'aut'bord,  du côté des rives du Saint-Laurent et du Saguenay, et c'est l'occasion de précieux rappels historiques :
    Qu'est-ce qu'un Québécois ?
    Un Acadien ?
    Qui est francophone au Canada, en Amérique du Nord ?

    Ces deux excellents musiciens sont aussi à l'aise dans la musique instrumentale traditionnelle...(Irlandaise ? Ecossaise ? Bretonne ? Celtique certainement, mais surtout québécoise, et elle chante aussi avec l'accent indien par moments)...

    ... que dans la musique vocale. Les textes et mélodies de Jean-Guy Deraspe nous font voyager d'une rive à l'autre du Saint-Laurent et jusqu'au Lac Saint-Jean, mais aussi dans le temps, de Champlain à Maria Chapdelaine, à l'époque moderne...

    Un rappel sur les premiers arrivants en Nouvelle-France, sur les querelles entre Français et Anglais, sur la lutte permanente des francophones pour sauver notre langue.... de la "parlure" québécoise :
    "Une langue qui jase dans les parages
    Venue du côté des sauvages
    Ca surprend toujours un p'tit brun
    Le Joual, le Chiak c'est y latin ?"

    De l'humour, tantôt acide, tantôt tendre, la nostalgie de l'aut'bord, une description inimitable de la roue des saisons québécoises, avec la neige en hiver, le printemps qui joue à cache-cache avec l'hiver, les "bébêtes" qui piquent en été, les couleurs de l'automne...


    Mais aussi l'émotion de retrouver la terre de ses ancêtres, pas forcément où l'on pourrait s'y attendre puisqu'un certain Pierre Da Raspe a peut-être pêché la morue à Terre-Neuve, et notre chanteur devient basque pour quelque instants.... alors que son aïeul maternel était saintongeais...

    "C'est une terre sauvage
    Gelée jusqu'au milieu de mai

    Ayant, dans ses bagages, l'immensité

    Où se suivent lentement
    L'automne, le printemps et l'hiver
    A l'horloge du temps
    Dans l'univers
    "

    Ambiance chaleureuse, donc,

    Nous passons du rire à l'émotion et au sérieux


    Et une visite surprise : un troisième chanteur, "maudit Français" cette-fois, mais vivant à Montréal depuis de longues années tandis que nos deux Québécois vivent en France.

    Il s'agit de Raphaël Torr,  qui ouvrira la deuxième partie du concert : il chante le Québec, Joe Dassin, et "jase" au bord d'un lac avec Félix Leclerc fraîchement arrivé au paradis...

    Soirée réussie, donc, malgré un public trop peu nombreux

    Ci-dessous, quelques vidéos en souvenir de cette soirée :

    Vous pouvez retrouver ces chanteurs en allant sur leurs sites : 

     

    Flonigogne

    (avec la collaboration de Cyrille Grandcamp et d'AlCaribou)

    Photos AlCaribou et FloNigogne


    1 commentaire
  •  

    Allez visiter le site de

    Jean-Guy Deraspe !


    votre commentaire
  • Venez donc danser avec
    Bons Temps Asteur 

    le groupe de musique Cajun
    de l'association BAYOU TECHE :

     [New Iberia est la "Ville Reine du bayou Teche" !]

    Le 14 juin 2009


    Saint Germain de Marencennes (17)

    Le samedi 20 juin 2009

    et aussi

    Le dimanche 21 juin 2009

     

    FETE de la MUSIQUE

    Bar Le Trianon (face Lycée Gay Lussac)

     

    Limoges (87) 

    Le 10 juillet 2009

     

    Au Festival de Saint Chartier

     

    Lchateau d'Ars (36) 

    D'autres concerts sont prévus pour 2009.
    Les dates sont encore à fixer

     

    Mise à jour 6 juin 2009 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique