•  

    Festival Jazz In Août


    La 7ème édition du Festival Jazz In Août se tiendra les 12, 13 et 14 Août dans le Jardin du Musée du Nouveau Monde, Rue Gargoulleau à La Rochelle.

    L'entrée est libre et gratuite, dans la limite des places disponibles !

     

    Retrouvez le programme de l'édition 2010 dans la section Actualité du site de l'association


    votre commentaire
  • "Coeur de Pirate" s'est égosillée aux Francofolies ; "les Cow-boys Fringants" vont sans doute faire de même, portés par la foule qui se shoote au bruit. Qu'ils résistent un peu ! (Autrement vous pourrez écouter Christine Authier sur France-Musique...)

    AlCaribou


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Le Québécois Robert Lepage au FESTIVAL D'AIX-EN-PROVENCE

    > voir et écouter des extraits vidéos du Rossignol, des photos de la production et des interviews sur les coulisses de la production et avec Olga Peretyatko, fascinante soprano, qui nous donnera à entendre la très célèbre chanson du Rossignol qui à la fois surpasse le jouet mécanique et terrasse la Mort. 

    > lire l'interview de Robert Lepage

    > lire les notes de répétitions du Rossignol et autres fables

    http://media.voir.ca/pictures/29/29140_2.jpg

    votre commentaire
  • Un Cano nommé Pierre-Jean
    un pianiste québécois à Néré
     

    Mardi 18 mai, dans la salle des fêtes de Néré, quelque part dans l’est de la Saintonge romane… et très à l’est de la Nouvelle-France.
     
     
    "J'ai commencé le piano à 5 ans, écrit Pierre-Jean Cano. Depuis lors, le piano est mon trésor précieux qui doit rester libre, comme l'eau qui coule sous le pont. Puis, une passion peut respirer, peut être…"

    Pierre-Jean Cano est compositeur, chanteur et pianiste. Il arrive des Cantons de l’Est du Québec et retrouve ce soir le piano de son enfance. Il dédiera le récital à son père. Antoine Cano, très ému, évoque l’époque où il accompagnait le petit garçon au conservatoire de musique de Saguenay-Chicoutimi avec ses frères et sœurs, tous musiciens et dont trois avec lui deviendront professionnels.

     

    Les notes de Pierre-Jean Cano s’envolent dans la salle des fêtes de Néré. De cristal en arpèges, sa musique nous fait rêver des grands espaces canadiens. On dit de sa musique qu’elle évoque Debussy, et il est vrai qu’on y retrouve des accents de « la Sérénade à la poupée » ou des « Reflets dans l’eau ».

    Pierre-Jean Cano a composé aussi pour les enfants dans le cadre de ses activités pédagogiques. Il a écrit, entre autres, une « Légende du cerf-volant magique » parue en livre-cassette et une comédie musicale, « la colère des jouets » pour la « joujouthèque » d’Hochelaga-Maisonneuve à Montréal (pour les enfants en difficulté sociale), et dont il nous fait découvrir un extrait. Nous imaginons la promenade du chat Georges sur le clavier, d’abord altier puis pris par le jeu et qui sautille de croche en trilles.

     

    Il évoque également ses « larmes interdites » (titre de son album de chansons) ; il y est question de l’assassinat de John Lennon, de l’épilepsie dans laquelle il a failli se perdre mais qui deviendra égérie au sortir des crises du « Grand mal », de la perte de son père (que fort heureusement il a retrouvé depuis puisqu’il joue devant lui ce soir).

     

    Pierre-Jean est français par son père, mais il est surtout et avant tout québécois. Les Hurons sont ses amis et sa « parlure » ne fait aucun doute. L’immense Canada est omniprésent dans ses notes inspirées par les esprits des Indiens et les expressions de la langue québécoise nous arrivent tout droit de l’autre rive, quand il parle de « joujouthèque «  ou de la petite fille qui « avait ben d'la misère ».

     

    Au cours de son concert, dont il improvisera le programme au fur et à mesure de son envie, il nous offre à écouter des œuvres déjà enregistrées dans ses disques (« Partir », « Rubato », « Les larmes interdites », « La colère des jouets » ou encore « La légende du cerf-volant magique »…) mais aussi des extraits inédits de son prochain album qui sera enregistré dans le courant du mois de juin.

     

    Une surprise au milieu du concert : l’accent québécois surgit cette fois-ci d’une gorge féminine ! Paule Guérin, sculpteuse, est présente parmi nous et a improvisé une petite intervention en milieu de concert, juste pour le plaisir des oreilles. La gentillesse même, elle offre très symboliquement une de ses œuvres, un tableau de cuivre, à Pierre-Jean en la confiant à son père, Antoine, qui à son tour décide d’en faire don à la « Maison des deux France » actuellement en gestation à Néré. Belle trajectoire pour un cadeau : reçois et donne en retour, donne et tu recevras, et passe à ton voisin…. Belle leçon d’humanité en quelques secondes.

     

     

    Pierre-Jean Cano a offert ce récital à titre gracieux, aux bénéfices de notre association « Val de Boutonne-Louisiane-Québec ». La salle des fêtes était par ailleurs mise à notre disposition sans frais de location. Merci Monsieur le maire de Néré, Alexandre Aubanel, secondé par Madame Monique Caille, conseillère municipale ! Que de cadeaux en une seule soirée !

     

     

    Un grand moment d’émotion et de rêve. Le public présent était sous le charme et il fut difficile de terminer la soirée. Un dernier cadeau du fils au père, de Pierre-Jean à Antoine, qui fêtera ses 80 ans prochainement : il nous a tous fait chanter la chanson de Gilles Vigneault  devenue le symbole de la république québécoise, l’hymne national (non officiel) du Québec : « Gens du pays, c’est votre tour de vous laisser parler d’amour » ; les paroles ont été légèrement modifiées pour souhaiter un bon anniversaire à son père, Antoine Cano, comme c’est l’usage au Québec.

    Le temps que l'on prend pour se dire : je t'aime
    C'est le seul qui reste au bout de nos jours
    Les voeux que l'on fait les fleurs que l'on sème
    Chacun les récolte en soi-même
    Aux beaux jardins du temps qui court
     
    Gens du pays c'est votre tour
    De vous laisser parler d'amour
    Gens du pays c'est votre tour
    De vous laisser parler d'amour

    La semaine prochaine, avant de reprendre l’avion, Pierre-Jean Cano offrira un récital aux personnes âgées de la maison de retraite de Néré. Il ne fait aucun doute qu’il leur apportera un moment de bonheur qui restera dans les souvenirs.

    Flonigogne


    votre commentaire
  • "Selon mes amis Hurons, le loup serait mon totem."

    Cliquez pour écouter >      

     
    La "Maison des Deux France" est encore en filigrane à Néré. Néanmoins, dans ce futur cadre, Pierre-Jean Cano, compositeur, pianiste et chanteur québécois, viendra donner un concert, à la salle des fêtes. Au profit de l'association Val de Boutonne-Louisiane-Québec, qui est à l'origine du projet "Maison des Deux France", il interprétera sa propre musique et notamment des morceaux de son prochain disque "Sentier sous les étoiles".
     
    Pierre-Jean Cano, diplômé en études musicales, écrit sa musique, chante, enregistre. Il a produit deux disques de piano : "Partir" et "Rubato" ; un album de chansons "Les larmes interdites". Il a beaucoup travaillé avec les enfants, sous diverses formes : une comédie musicale "La colère des Jouets", un livre-cassette "La légende du cerf-volant magique", une tournée de spectacles dans les écoles, des émissions de radio dans le cadre de l'enseignement du français à l'école. Il a reçu la médaille Benjamin-Franklin du Congrès américain pour la qualité de ses compositions.
     
     
    "I began piano lessons at 5. Since then, piano is my precious treasure that must remain free, like water which runs under the bridge. Then, a passion can breathe, can be."
     

    Laurent Legault, (concepteur et premier directeur du festival « Coup de cœur francophone » à Montréal) commente :

    « Pierre-Jean Cano nous invite à voyager. Il a réuni des compositions où transparaissent les influences les plus diverses, aussi bien dans la tradition classique que dans les musiques populaires d’aujourd’hui.

    Seul au piano, Pierre-Jean Cano revient à la base de la musique.  Il propose un son neuf, une musique qui vibre au souffle lumineux de l’enfance, du jour et de la vie.

    « J’ai fait un grand tour pour revenir au piano ». Son premier album, 100% piano, Pierre-Jean Cano  l’a enregistré au studio de LRP  Productions à New-York. L’excellence de LRP dans l’enregistrement d’œuvres classiques avait maintes fois été soulignée par les médias américains (Rolling Stones, High Fidelity, People magazine…). 

    Pierre-Jean Cano est issu d’un milieu et d’une famille où le mot musique s’accorde au pluriel. Il s’intéresse aux musiques, sans trop d’égards aux modes. Il est à l’écoute du monde. En plus d’échapper aux catégories de genre, sa musique unit les époques où transparaissent aussi bien des affinités avec Claude Debussy qu’avec Peter Gabriel. »

    Pierre-Jean Cano est consultant en éducation et médias et chargé de cours à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke.

    Il aura trouvé le "sentier" jusqu'à Néré ("sous les étoiles" ? Peut-être. En tout cas dans un décor qui devrait lui remémorer son enfance... ) Nous espérons que nombre de personnes viendront l'écouter !

    AlCaribou


    votre commentaire
  • 13, 14, 15, 16 Mai 2010 à 20:00
    (+ des reprises à l'automne !)

    Théâtre Petit Champlain à Québec

    La Boîte à Chansons

    Nous les comptions par centaines dans les années 60. Tribune exceptionnelle, les boîtes à chansons furent plus que le haut lieu de rassemblement des chansonniers. Elles se sont inscrites comme un phénomène culturel majeur et ont littéralement fait époque. Pierre Calvé, Claude Gauthier, Pierre Létourneau et Jean-Guy Moreau entendent raviver ce mouvement avec la présentation du spectacle La Boîte à Chansons. Ce spectacle unique, mis en scène par Robert Charlebois, qui allie chansons, révolution tranquille et humour.


    votre commentaire
  • Où en est rendu le projet du Musée Céline Dion ?

    par Kassandra Martel

    Voir tous les articles de Kassandra Martel

    Article mis en ligne le 5 mai 2010 à 15:39

    Le nouveau conseiller municipal de la Ville de Charlemagne, Sylvain Durocher, désire relancer le projet du Musée Céline Dion. Après son lancement, il y a deux ans, il a été mis sur la glace à cause d’une mésentente entre les propriétaires. « C’est dommage qu’une idée de cette envergure ne perce pas. Sauf que si jamais ça débloque, j’embarque », déclare-t-il.

    Travaillant de concert avec la famille Dion, la ville de Charlemagne caressait, en décembre 2007, l’idée de transformer la maison natale de Céline Dion en musée. Cela pourrait rapporter à la Ville plus de 12 millions$ par année. Par contre, le terrain était trop petit.

    Lisez la suite dans Hebdo Rive Nord


    votre commentaire
  • Un enfant terrible de la chanson française

    Le Suisse Sarcloret se produira le jeudi 22 avril, à la salle Aliénor-d'Aquitaine. Des chansons intimes, des rimes qui claquent.

      Sarcloret sur la scène angérienne, jeudi prochain.  PHOTO D.  PAGNE-PALAZON

    Sarcloret sur la scène angérienne, jeudi prochain. PHOTO D. PAGNE-PALAZON

    Jeudi 22 avril, à 20 h 30, la salle Aliénor-d'Aquitaine accueillera un enfant terrible de la chanson française. Sarcloret, qui se décrit lui-même comme « le chanteur préféré des gens qui n'achètent pas de disques », se produira à Saint- Jean-d'Angély pour le plaisir…de nos oreilles.

    Sarcloret est né en 1951 dans une famille bourgeoise. C'est en écoutant une chanson de Georges Brassens qu'un déclic se produit chez le jeune Suisse. Malgré des études d'architecture, son véritable amour reste la chanson. Prévert, Vian, Dylan et Brassens constituent ses inspirations. Très peu médiatisé, Sarcloret a sorti 16 albums entre 1981 et 2008, dont un disque de reprises.

    Chanteur tendre, attachant, sans pour autant avoir oublié d'être cynique et provocateur, il s'est notamment attiré le respect et la sympathie de Renaud, qui, en 1996, l'embarque sur sa tournée. Pour ce dernier, « Sarclo est la plus belle invention suisse depuis le trou dans le gruyère ».

    Il est peu connu mais sa carrière dure, ce qui n'est pas permis à tout le monde. Plus qu'un chanteur, Sarcloret est un poète suivi par son public. Ses ventes de disques restent modestes mais une fidélité s'est installée entre l'artiste et les amateurs de chanson française.

    Un spectacle décapant

    Pendant près de deux heures, Sarcloret emmènera ses fans dans son monde, fait de chansons d'amour intimes, de rimes qui claquent, un univers d'humour et sans tabou.

    En 2007, sortait son album intitulé « À tombeau ouvert, chansons posthumes, volume 1 ». Il déclarait d'ailleurs que « personne ne parle jamais de la mort, c'est ch… . C'est toujours occulté comme un sujet tabou ». Sarcloret n'évite pas le sujet, il a même prédit son décès en 2034.

    Côté scène, il reste fidèle à cet état d'esprit en rapport avec la mort : il sera seul avec ses guitares et des épitaphes « maison » inscrites sur des pierres tombales (dont les images seront projetées pendant le spectacle).

    Pratique. Pour tout renseignement et les réservations, téléphoner au 05 46 59 41 56. On peut également se présenter au bureau de l'A4, abbaye Royale, à Saint-Jean-d'Angély, le mardi, de 14 heures à 19 heures ; mercredi et jeudi, de 14 heures à 17 h 30. Les réservations sont possibles à l'espace culturel du centre Leclerc. Plein tarif : 18 euros.

    Source : Sud Ouest.fr


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique