• Des trésors enfouis dans les réserves du Muséum rochelais

    >> Quinze pastels de Jean-Jacques Audubon vont être exposés aux États-Unis où le dessinateur naturaliste est aussi connu que Lafayette ou De Gaulle.

    Cliquez dans le titre pour lire l'article de Thomas Brosset
    pour Sud-Ouest
    [LEG_LEGENDE]Laurent de Saint-Maurice travaillant à l’encadrement des pastels de l’exposition new-yorkaise.

    >> [...] Des trésors dormaient dans les réserves depuis près de deux siècles. Des trésors oubliés dans une vieille caisse en bois au milieu des innombrables bocaux de serpents, des multiples herbiers. Quand, au milieu des années 90, Michèle Dunand (lire page suivante) et son équipe sont allés fouiller dans les combles pour dresser un inventaire des réserves du muséum, ils sont tombés sur cette caisse remplie de dessins d’oiseaux. Des pastels criants de réalisme et attribués à un certain « JJA ». Pour tout ornithologue qui se respecte, « JJA » ce sont les initiales de Jean-Jacques Audubon qui est au dessin naturaliste ce que Mozart est à la musique, Picasso au cubisme, ou Hitchcock au suspense : le maître. [...]

    Rouge-gorge


    votre commentaire
  • SUD-OUEST 21 avril 2010

    La Rochelle-les Amériques

      « Dumas, général des armées de la république » (Bonneville) et 
père du futur romancier, est fils d'une esclave noire.  Photo Dr

    « Dumas, général des armées de la république » (Bonneville) et père du futur romancier, est fils d'une esclave noire. Photo Dr

    LE NOUVEAU MONDE

    Ce n'est pas un hasard si l'exposition « Être noir en France au XVIIIe siècle » se tient au musée du Nouveau Monde. La vocation de ce musée, créé en 1982, est d'éclairer les relations entre la France - La Rochelle en particulier - et les Amériques depuis le XVIe siècle. C'est pourquoi une part importante des collections est consacrée aux Antilles, notamment à Saint-Domingue où les Rochelais avaient fondé des plantations (canne à sucre, tabac, indigo) sur lesquelles ils employaient une main-d'œuvre noire. La traite négrière et l'abolition de l'esclavage y sont donc l'objet d'une présentation particulière.

    LA QUESTION NOIRE

    Instrument précieux à consulter avant ou après la visite de l'exposition, le catalogue « Être noir en France au XVIIIe siècle » (1685-1805) donne un avant-goût des progrès effectués par les chercheurs dans un domaine quasiment ignoré il y a encore quelques années. Erick Noël, professeur d'histoire à l'université des Antilles, commissaire scientifique de l'exposition, explique ainsi comment la « question noire » a évolué au cours du Siècle des Lumières, jusqu'au rétablissement de l'esclavage par le Consulat. Olivier Caudron, directeur de la bibliothèque universitaire, évoque la présence des noirs à La Rochelle, Annick Notter, conservateur des musées d'art et d'histoire de la ville, nous initie au Code Noir et à la législation des « personnes de couleur » au XVIIIe siècle.

    <script language="JavaScript" type="text/javascript"> OAS_AD('Position1'); </script>
    L'EXPOSITION

    « Etre noir en France au XVIIIe siècle » au musée du Nouveau Monde, 10, rue Fleuriau, La Rochelle (Tél. 05 46 41 46 50).

    Dates : Du 21 avril au 12 juillet. L'exposition sera inaugurée le 10 mai à 11 h 30. Visite guidée dimanche 9 mai sous la conduite d'Erick Noël.

    Horaires : tous les jours sauf mardi, de 10 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 17heures, dimanche et fériés de 14 à 18 heures. Fermé le mardi et le 1er mai.

    Tarifs : 4 euros (réduit, 3 euros). Gratuit pour les moins de 18 ans, chômeurs et RMistes. Gratuit pour tous le premier dimanche de chaque mois.

    La Rochelle · culture et loisirs

    votre commentaire
  • Dead Reckoning – Champlain in America

    Le film documentaire d'animation
    Dead Reckoning – Champlain in America

    Variétés - Du 21/01/2010 au 21/10/2010

    Un des rares documentaires complètement animés, Dead Reckoning - Champlain in America, produit par Mountain Lake PBS, est présenté en première à Québec. Réalisé par Marc Hall, Dead Reckoning - Champlain in America jette un regard différent sur Samuel de Champlain, fondateur de Québec, explorateur courageux et cartographe. Le film d'animation relate de façon originale les rapports de Samuel de Champlain avec les nations autochtones dans son exploration du territoire. Ce film d’animation est projeté en version originale anglaise, avec insertion de répliques en français, Innu, Algonquin et Mohawk. Durée : 56 minutes. Entrée libre.
    Tous les jours à 19h00

    Musée de la Civilisation
    85, rue Dalhousie, Québec
    (418) 643-2158 / 1 866 710-8031
    http://www.mcq.org


    votre commentaire
  • MUSÉE HÈBRE-DE-SAINT-CLÉMENT. --Jusqu'aux journées du patrimoine de samedi, le hall accueille le Grand Livre de Champlain, conçu par Patrick Henniquau de la compagnie du Moulin Théâtre

    Le Grand Livre de Champlain invite au voyage

    Toute cette semaine, le hall du musée Hèbre-de-Saint-Clément accueille le Grand Livre de Samuel de Champlain. Non seulement, c'est un clin d'œil au 400e anniversaire de la création de Québec par Champlain, natif de Brouage, cette année. À Rochefort, c'est surtout en lien avec le thème des voyages et des ailleurs de l'exposition permanente du troisième étage de ce musée.
    C'est Patrick Henniquau, fondateur de la compagnie du Moulin Théâtre, qui a conçu le Grand Livre. Puis ce carnet de voyage, intitulé « Lorsque les gens d'ici découvraient l'Amérique » a été calligraphié à l'encre de Chine à la main par Laure Cottin d'après les œuvres de Champlain.


    Un livre de 350 kilos. Articulées sur une reliure de métal, les pages ont une dimension de 2,20 mètres de haut sur 1,50 de large et sont réalisées en bois toilé. Les visiteurs peuvent les tourner au gré de leur fantaisie poursuivre les aventures du Sieur de Champlain quatre siècles en arrière.
    « Nous proposons de découvrir cette œuvre de 350 kilos jusqu'aux Journées du patrimoine de samedi en invitant les curieux à passer notre porte gratuitement », annonce David Bodin, adjoint au conservateur du musée. Cette exposition sera complétée par un spectacle du Moulin Théâtre le 6 novembre.

    paru dans Sud Ouest le 17 septembre 2008


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique