• L’île Ronde, sa seigneurie et son vignoble

    L’incendie qui a détruit la salle de réception de « la seigneurie de l’île Ronde » dans la nuit du 15 au 16 août dernier m’a incité à regarder de plus près l’histoire de cette île.

    (Clic dans l'image) Tout d’abord l’île Ronde n’est pas ronde : sauf si on la regarde de haut, longitudinalement et en biais pour écraser les distances… Et puis, avant de s’appeler « Ronde », elle s’appelait « Villebon ». En revanche, c’est bien une île, enclavée dans l’île Bouchard à l’est, et séparée de celle-ci par un simple chenal.

    L’île Bouchard fait elle-même partie d’un ensemble d’îles à la queue leu-leu au milieu du Saint-Laurent : les îles Verchères (du nom d’un village sur la côte sud.) Mais… l’ensemble des îles Verchères s’appelait auparavant « les îles Bouchard » !

                                         L e  Saint Nicolas de Nantes en route pour Québec

     N° 00            D E P A R T E M E N T de  St NAZAIRE
     Rolle de l’Equipage du navire Le   Saint Nicolas construit en 16____à ____du port de ….. tonneaux tirant d’eau chargé ...pieds non chargé ...pieds 2 ponts, 2 gaillards,
    appartenant à Charles Lecoq de la Baussonnière, armé par la Société Notre Dame de Montréal
    sous le commandement de  Pierre le Besson  pour aller à Québec

    Départ de  Saint Nazaire  le 20/06/1653
    Arrivée à Québec   le 22/09/1653

    Bouchard : était-ce le nom du premier seigneur des îles du même nom ? Non point ! C’eût été trop simple ! Le docteur Etienne Bouchard était un chirurgien, né à Paris en 1622 et habitant Epernon. Il faisait partie de la « Grande Recrue » du printemps 1653, étant un des 116 passagers du Saint-Nicolas de Nantes (dont 102 combattants-colons et 14 femmes) qui avaient accompagné Monsieur de Maisonneuve de retour dans l’île de Montréal pour y renforcer sa défense contre les Iroquois et mieux asseoir l’établissement de Ville-Marie (plus tard ville de Montréal). Le Dr Bouchard avait signé un contrat d’engagement de cinq ans auprès de la Société Notre-Dame de Montréal, le 10 mai 1653, à La Flèche, afin d’être « logé, nourri, couché, fourni de tous les instruments nécessaires pour exercer son art médical et recevoir 150 livres et 20 sous par an. » Deux ans plus tard on lui permit de se délier de son contrat pour en conclure un autre directement auprès des habitants de Ville-Marie. Il s’était aussi fait accorder les îles au sud de la seigneurie de Saint-Sulpice comme territoires de chasse et de pêche. C’est uniquement pour cela que les îles avaient été baptisées « îles Bouchard », avant que la seigneurie des îles Bouchard n’existât !

    Alors, la seigneurie ? C’est 19 ans plus tard, en octobre 1672. L’intendant Jean Talon constitue en fief seigneurial les îles Bouchard et les concède au Sieur François Robineau de Fortelle (qui vivait alors en France.) Il meurt bien vite, vers 1680, et son frère René Robineau de Bécancour, hérite. Il meurt en 1699. Sa fille, Louise Catherine Robineau de Bécancour, épouse, le 22 novembre 1705, François de Jordy et lui apporte en dot le fief des îles Bouchard, après le décès des multiples frères de François Robineau. C’est François de Jordy, le troisième seigneur,  qui décide de construire en 1709, sur l’île Ronde, qu’il avait nommée Villebon,  le « manoir » de la seigneurie des îles Bouchard.

    A quoi ressemblait ce manoir ? C’était une habitation en bois rond, pièce sur pièce, d’un étage, recouverte de planches, de 30 pieds par 20 pieds (c’est-à-dire moins de 10 mètres sur moins de 7 mètres.)

    Il y eut plus tard une construction avec des murs en pierre. Mais elle fut détruite par la foudre en 1949. (Quelqu'un aura-t-il l'idée de reconstruire le manoir de 1709 ?)

    De nos jours il n’y a plus de véritable seigneurie : l’an 1854 a vu la fin du régime seigneurial et l’an 1945 la fin des rentes ex-seigneuriales. L’île Ronde a eu plusieurs propriétaires. En 1986 elle fut rachetée par Guy Vandandaigue, Ghislaine Mercier et Jocelyn Lafortune. En 2000 il y eut un partage du terrain entre Guy Vandandaigue et Ghislaine Mercier pour moitié, et Jocelyn Lafortune pour l’autre moitié. Cette petite île de 200 arpents voit dorénavant son exploitation nettement coupée en deux avec des objectifs commerciaux bien différents et… deux pontons d’accès, de part et d’autre de l’île (et deux embarcadères distincts à partir de Saint-Sulpice…)

     

    Il y a donc : la Seigneurie de l'île Ronde

    Ghislaine Mercier,
    alias Louise Catherine Robineau de Bécancour

    Guy Vandandaigue,
    alias François de Jordy Moreau de Cabanac

    La seigneurie de l’île Ronde veut évoquer le XVIIème siècle avec costumes, dialogues ad-hoc et travail artisanal. Les touristes sont invités à se promener sur les sentiers bordés d’arbres, à rester dans un gîte, à faire une croisière sur le Saint-Laurent…

     

    Il y a aussi : le Domaine de l'île Ronde

    Jocelyn Lafortune, propriétaire du Domaine
    100_1069
    Voir taille réelle

    Le domaine viticole de l’île Ronde propose une visite du vignoble, des chais, une dégustation de vins et de fromages… et aussi des repas… mais l’objectif est bien de vendre son vin qui n’est pas mal du tout après dix années de travail, un véritable challenge.

     

    Pour en apprendre davantage :

    "... On y accède par bateau. Rachetée en 1986 par Guy Vandandaigue et Jocelyn Lafortune, l’île Ronde vaut à elle seule détour puisqu’on peut y visiter le vignoble et le magnifique manoir... " [Ce n'est pas le même manoir que l'ex manoir historique de la seigneurie !]

    • Sur la médecine en Nouvelle-France (et le Dr Etienne Bouchard en particulier) des pages du livre de Marcel J. Rhéault :

    La médecine en Nouvelle-France : les chirurgiens de Montréal, 1642-1760

    • Pour avoir une biographie succinte de François de Jordy :

    François de Jordy Moreau de Cabanac

    • Sur la création de la Société Notre-Dame de Montréal :

    Ces messieurs et dames de la société

    • et la fondation de Ville-Marie sur l'île de Montréal

    Sieur Paul Chomedey de Maisonneuve et la fondation de Montréal
     

    • http://nsm01.casimages.com/img/2008/05/11//080511065243260582053918.jpg

      Pour en apprendre beaucoup sur les gens et la vie dans les îles Bouchard avant l'époque actuelle, consultez le livre de Maurice Prud'homme :

    "Les 300 ans de Saint-Sulpice... une fenêtre historique sur le Saint-Laurent 1706-2006 : la seigneurie de Saint-Sulpice et la seigneurie des îles Bouchard"
     

    AlCaribou


    votre commentaire
  • Qui était Saint Sulpice ?
     
     
    En ce jour de l'Assomption, parlons un peu de Saint Sulpice, histoire de rester dans la même MRC (municipalité régionale de comté) !
     
    Saint-Sulpice au Québec, donc, mais aussi Saint-Sulpice d'Arnoult et Saint-Sulpice de Royan en Charente Maritime. Plus de quarante "Saint-Sulpice" en France, deux en Suisse, au moins un en Belgique...
     
    Mais qui était Saint Sulpice ? En fait, il y a en a deux, tous deux évêques de Bourges au VIIème siècle : Saint Sulpice dit "le sévère" et Saint Sulpice "le Pieux," ou le bon, ou le débonnaire, fêté le 17 janvier. Une très complète biographie est consultable sur le site suivant :
     
     
    Mille ans plus tard, un certain Jean-Jacques Olier crééra en son honneur la compagnie des prêtres de Saint-Sulpice et sera co-fondateur de la « Société de Notre-Dame de Montréal pour la conversion des sauvages de la Nouvelle-France ».
     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique