• 5e Salon du livre de Thénac

    "Quand l'écriture prend le large" en 2012

    P1010536
    P1010552
    P1010535
    P1010528
    P1010529

    L'écriture a repris le large dans les anciens chais de Thénac. Cette fois-ci au début du printemps et pas en plein milieu de l'hiver. La différence est de taille puisqu'une partie des visiteurs potentiels est allée à la plage au lieu de rester à la campagne ! Cela fait bizarre de ne pas avoir froid et de ne pas entrer crottés dans un salon au milieu des auteurs. Pourtant cela avait eu du charme d'arriver au chaud dans une salle que le travail d'un artiste avait agencé et décoré avec fantaisie de façon à créer une atmosphère plaisante.


    Cette année, il fait bon dehors. Les arbres permettent à leurs feuilles de pousser ; les tivoli fleurissent sur la pelouse. Une gorgée de littérature, une lampée de rencontres littéraires, la dégustation d'un film et une rasade de diaporama :  il y avait de quoi accompagner le buffet. Un peu de sel ?

    Expositions

    L'escalier nous a conduit au premier étage. Superbe exposition. On voit "Une étrange famille" : des créatures qui pourraient être nous-mêmes débarquant dans un pays étranger, valises à la main. Sans les valises, cela pourraient aussi être nous qui voyons débarquer des étrangers. L'étrange est des deux côtés ; l'inconnu aussi. On ne sait pas ce qui attend les uns et les autres.

    L'installation est du plasticien Cyril Karenine.

    Dans l'antichambre de l'étrange famille, à gauche, des tableaux aux nuances grises, noires et  glauques de Jean-Michel Charpentier. Devant, de filiformes sculptures de fer et de verre de Yannick Veillon.

    Au fond, un tableau de Karine Salmieri dans une vision ronde de la nudité féminine.

    Pascale Chaleyssin Fey nous emmène en gris dans la ville, à pied et à bicyclette.

    Benoit Hapiot s'est plongé dans les Mickey-squelettes et autres têtes de mort : a-t-il déjà vu le dernier spectacle de Bartabas ?

    On redescend chez les livres et on arrive en Chine...

    Où l'on retrouve des valises et des malles après un retour de Chine de Nicolas Jolivot.
    "Je me laisse porter par le voyage" (article de Dominique Paries dans Sud-Ouest)

    ==========================================================================

    Philippe Rubert nous vante ses cartes postales et ses livres illustrés :
    Bretagne, Maroc, Crête,
    avec recettes de cuisine !
    P1010559
    Voir taille réelle

    ==========================================================================

    P1010556
    Voir taille réelle

    « Les réservations pour les rencontres littéraires, et les projections-conférences ? »

    « Elles sont dans la boîte ! »

    P1010563
    Voir taille réelle

     

     

     

     

     

     

    Le jeu en ligne "Urban Rivals" est passé à la BD avec un album de 48 pages. (On ne sait pas ce que cela fait ici : les auteurs de la BD ne sont pas présents — ou alors sous un autre nom...)

     

    De l'exotisme et un safari avec Gwenaëlle Trolez.

    (A la place qu'elle devrait occuper se trouve quelqu'un qui ressemble beaucoup à Edmond Tourriol : un des deux auteurs de la BD "Urban Rivals"...)

    P1010564
    Voir taille réelle

    Marc Wiltz et son "Tour du Monde en 80 Livres" ! Les 80 livres qui l'ont marqués et dont le thème principal est le voyage. Bonne idée de suivre le thème de ce salon !

     

    Bruno Baverel est revenu avec "Etienne et les Sirènes", "Lieutenant indigène", "Tintouin chez les Papous". Le quatrième livre est attendu. Il devrait s'appeler "Le t*****u des q****e o**s" et l'action se passera dans le Grand Nord !

    Bruno Baverel écrit également sur la guerre de 14-18. Article dans la revue Ecrits d'Ouest et ses "Cahiers d'Histoire Régionale, d'Art et de Littérature" sur "Le Colonel Potel du 52e d'artillerie ; itinéraire d'un colonel d'artillerie". Projet d'article sur Victor Ménard, as de l'aviation en 14-18.

    Autre activité : la musique avec la réactivation du groupe Facteur Cheval !

    =========================================================================

    Rencontre littéraire animée par Françoise Souan

    avec Paul Blanqué

    Rencontre littéraire avec Paul Blanqué sur le thème Par-delà les frontières et le sujet particulier "La Chine et le problème de la naissance des filles".

    Paul Blanqué a écrit quatre livres sur l'Asie.

    En Chine, il y a beaucoup de bras et... beaucoup de pollution. L'écologie n'est pas encore à l'ordre du jour. On a détruit des quantités d'oiseaux car ils mangeaient les graines. Les filles ? "Avoir une fille, c'est comme arroser le jardin du voisin." L'épouse va dans la famille du mari et donc ne s'occupera pas de ses vieux parents à elle...

    P1010591 Paul Blanqué
    Voir taille réelle

    Paul Blanqué avait eu le Prix du Jury à Saint-Estèphe pour son livre "La sacrifiée de Yuan Shao" (Maël Editions), avec le commentaire suivant :

    « Une écriture agréable, belle et facile à lire. Ce roman nous entraîne dans une Chine vue par le regard d’une jeune femme à la recherche du mystère de ses origines. On y découvre une pratique imposée par une idéologie politique qui est celle de l’enfant unique. On se laisse embarquer dans ce voyage ».

    =========================================================================

    Animation enfants

    P1010570
    Voir taille réelle
    L'heure du conte africain
    avec Bibata Roamba
    P1010572
    Voir taille réelle

    =============================================================================

    Les métiers du livre

    P1010577
    Voir taille réelle
    L'enluminure par
    l'atelier de Saint-Thomas de Conac
    Salon du livre de Thénac 2012 043
    Voir taille réelle
     

    =========================================================================

    Rencontre littéraire animée par Françoise Souan

    avec Anne Pons

    P1010581 Anne Pons
    Voir taille réelle

    Passionnante rencontre littéraire avec Anne Pons sur le thème Figures de légende : "Lapérouse, aventurier légendaire, à l'époque où l'on courrait les mers pour combler, à tout prix, les "blancs" de la carte du monde."

    Anne Pons a été responsable de la rubrique culturelle au Point puis à l'Express. A partir de 2002 elle s'est mise à écrire des biographies :

    • "Lady Hamilton : l'amour sous le volcan" (le grand amour de Nelson)
    • "Nelson contre Napoléon"
    • "John Franklin : l'homme qui mangea ses bottes" (Franklin avait cherché le passage du nord-ouest par la terre)
    • Lapérouse
    • [James Cook, le modèle de Lapérouse, sera le prochain sujet]

    Pour Anne Pons, il y a une triade : Bougainville, Cook, Lapérouse.

    Lapérouse n'a pas connu que les mers du sud : il est allé en Amérique, et notamment au Canada. Louis XVI était un amoureux de la Marine. Il avait été marqué par son voyage à Cherbourg, après avoir traversé la Normandie. Il s'était passionné des voyages de Cook. Il a voulu aider les navigateurs et les scientifiques. Il a été influencé par le siècle des philosophes et leurs idéaux, mais il a été ruiné par la guerre d'indépendance de l'Amérique, ce qui s'est ajouté aux difficultés hexagonales.

    Pour la dernière expédition de Lapérouse, Louis XVI avait spécifié qu'il fallait ramener tous les hommes : Monge et Lesseps ont réchappé au naufrage final. Il yt avait des botanistes, des cartographes (Cook avait été un cartographe de génie). Bougainville avait été très conquérant, comme Cook, pas Lapérouse qui s'est trouvé, comme les autres, face à un choc des cultures.

    • "Surtout restez en bons termes avec ces sauvages."
    • "Vous leur apportez la civilisation"

    Les façons de faire des Anglais et des Français n'étaient pas les mêmes : les Anglais ne faisaient pas dans le sentiment...

    Lapérouse n'a pas suivi l'itinéraire qu'on lui avait fourni. Cela a pu être la grande erreur qui lui a coûté la vie. Il a au moins  son bassin et son clos à Rochefort !

    "Le choix des navires pour un périple au long court — celui de Lapérouse doit couvrir 150 000 kilomètres pendant mille trois jours — est de la plus haute importance. Ce genre de navigation réclamait non pas tant des records de vitesse que des bâtiments résistants. Aux frégates rapides dont la flotte dispose, sont donc préférées deux grosses gabarres de 500 tonneaux (800 m3), de 41 mètres de long, l'Autruche et le Portefaix. Remises en état à Rochefort, puis à Brest, aménagées pour une mission d'exploration, ces robustes flûtes de charge à coque plate sont rebaptisées l'Astrolabe et la Boussole en juin 1785."

    Jean-François de Galaup, comte de Lapérouse
    Voir taille réelle

    =========================================================================

    Salon du livre de Thénac 2012 101
    Nancy Guibert et Laure Phelipon

    ========================================================================


    =====================================================================================

    L'art postal de Jean-François Vigeon

    =====================================================================================

    Rémy Prin est de retour avec "Les Pierres et l'âme"

    Il côtoie Francine Thieffin (et Nylso ?)

    =========================================================================

    =========================================================================

    Film : "Même la pluie"

    Une réalisation d'Iciar Bollain,
    en partenariat avec les Amitiés Franco-Chiliennes

    P1010628
    Voir taille réelle

    Professeur à l'Université de Paris Est, Christine Delfour est une éminente spécialiste des mondes hispaniques et plus particulièrement de la Bolivie.

    Ricardo Parvex est né à Santiago du Chili. Il s'est impliqué dans les combats sociaux qui ont caractérisé l'histoire chilienne des années 1960. 

    Iciar Bollain est la réalisatrice espagnole de "Tambien la lluvia" sur un problème de distribution de l'eau en Bolivie. (Lire l'article du Monde : "Même la pluie" : le cinéaste et les conquistadors.)  La guerra de la agua a duré de 2001 à 2005. La distribution de l'eau avait été attribuée à des compagnies privées qui la revendaient cher. Le soulèvement c'est produit parce qu'il n'y avait pas d'eau dans certains quartiers et aussi parce que la production d'eau risquait de baisser. Après ces années difficiles, l'eau est à nouveau la propriété d'une communauté et non plus d'une compagnie.

    Dans le film il y a aussi le problème des communautés indiennes et de leur autonomie. Incidemment le spectateur peut se demander s'il faut vraiment déforester pour faire pousser la feuille de coca. Ricardo dit qu'il y a plein de bonnes choses dans ces feuilles et qu'il n'y a presque pas d'alcaloïdes... Juan Evo Morales, le président de la république a aussi été le secrétaire général d'un groupe de producteurs de coca et il reste actuellement le secrétaire exécutif d'une fédération de producteurs ; et il y a une grosse demande au Brésil...

     

    AlCaribou

    A suivre...


    1 commentaire
  • LE CINEMA PREND LE LARGE
    4 et 5 février 2012
    salle Hélène Neveur de Thénac
     
    PROGRAMMATION DE L’ASSOCIATION « L’ECRITURE PREND LE LARGE »
     
    Un mois en amont du salon du livre « Quand l’écriture prend le large » des 24 et 25 mars 2012, et dans le même esprit d’ouverture, pour tous les âges, et tous les publics, l’Association « L’écriture prend le large »  propose deux rendez- vous de cinéma.  Les films, choisis pour leur puissance évocatrice, sont accompagnés de débats, démonstrations et animations
    L’association « L’écriture prend le large » propose, dans la continuité de l’esprit du salon du livre de Thénac, une balade cinématographique dans le temps et dans l’espace. Des films choisis pour leur qualité et leur puissance évocatrice, des débats, des démonstrations, des animations, des moments privilégiés  pour tous les âges et tous les publics
     
    Samedi soir 4 février, à 20h00
    "LA FIEVRE DU FLAMENCO"
     
     
     
     
    Film de Tony Gatlif (2000) C’est le premier film, avec et pour, le flamenco. Tourné au cœur de l’Andalousie, ce film, passionné et bouleversant, réussit à nous offrir l’essence de cette musique et de cette danse, fiévreuses et intenses.
     
    « Voilà un film aux couleurs de sable et de sang qui vous laisse des pépites d’or plein les yeux, et des frémissements plein le cœur ». Un film bouleversant et magnifique, un film dont la puissance et l’originalité, la rigueur et l’émotion sont époustouflants.
    Après le film, démonstration de musique et de danse, connaissance du flamenco, origine de son langage et de sa totale originalité.
     
    Après le film : Jean Louis Couzyguitariste et « aficionado ». Il nous contera l’histoire du flamenco, les évolutions, les émotions de cette musique, tout cela avec     bien sur sa guitare !
     
    Émeline Lazaro danseuse et chorégraphe
     
    Emeline Lazaro est originaire de Malaga en Andalousie. Elle suit des formations à la célèbre école de danse flamenca de Cristina Heeren à Séville. Elle dansera  ensuite auprès des plus grands. Pour elle, le flamenco est une façon de vivre et elle aime transmettre ses émotions et partager sa passion, aussi bien sur la scène que dans des cours. Elle aime aussi créer des spectacles  originaux comme celui qui relie le slam et le flamenco. Elle nous parlera de la danse flamenca de ses techniques, de ses secrets et en fera des démonstrations.
     
     
    Film + musique + danse + Discussion et démonstrations

    Entrée 6 € 

     
     
    Dimanche 5 février à 14h30
    LES MOMES PRENNENT LE LARGE
     
     
     
    Date de sortie : 13 avril 2011 (1h 30min)
    Réalisé par Carlos Saldanha (créateur de l’âge de glace)
    Genre : AnimationAventureFamille
    Blu, un perroquet bleu, d’une espèce très rare, quitte sa petite ville sous la neige et le confort de sa cage pour s’aventurer au cœur des merveilles exotiques de Rio de Janeiro. Sachant qu’il n’a jamais appris à voler, l’aventure grandiose qui l’attend au Brésil va lui faire perdre quelques plumes !
    Heureusement, ses nouveaux amis, hauts en couleurs, sont prêts à tout pour réveiller le héros qui est en lui, et lui faire
     
    Découvrir tout le sens de l’expression « prendre son envol ».
    Un film joyeux  pour toute la famille et les enfants à partir de 3 ans
     
    Entrée 5 euros/ après- midi familiale
    Film+ goûter + un livre gratuit
     
     
    Contact 05 46 92 68 04

    votre commentaire

  • votre commentaire
  • L’écriture prend le large

    Thénac, mardi 29 mars. Une réunion pas comme les autres autour du salon du livre.

    Il s’agit de :

    • Faire le bilan du salon du livre 2011
    • Créer une association

    Bilan du salon 2011

    Françoise Souan, qui porte le salon depuis ses débuts, fait le bilan de l’édition 2011, sur les auteurs accueillis (une cinquantaine), le public (2000 visiteurs venant parfois de loin, dont l’âge moyen diminue grâce aux activités proposées aux enfants), les reportages dans la presse et sur Internet, l’impact sur les projets pédagogiques au sein des établissements scolaires.

    Une analyse précise permet de voir les points positifs, et les aspects à améliorer, tant du côté des invités que des visiteurs. Chacun aura su apprécier le cadre historique, authentique. Les étudiants du lycée Bellevue de Saintes ont fait un travail remarquable, et leur professionnalisme a fait ses preuves. Ce fut pour eux une première approche de ce style de manifestation.

    Un point est également fait sur la communication et les supports d’information (presse, flyers, décoration des chais, blog, presse écrite et radiophonique, programmes distribués).

    Un gros point faible est cependant apparu : le financement d’une telle opération. Le salon du livre a besoin de financeurs publics (Mairie, Conseil Général, Pays Saintonge Romane, Département) et privés (banques, commerces locaux). Isabelle Pichard, conseillère générale, appuiera le projet, et rappelle que le salon du livre de Thénac est un des quatre salons du livre charentais de Charente-Maritime  identifiés comme de qualité. Et elle estime que ce salon du livre est bien plus qu’un salon du livre, du fait des animations culturelles et du travail auprès de la jeunesse. Le Conseil Général pourra reconduire une subvention de 1500 €, mais guère plus. Il faudra donc solliciter la Région et les collectivités locales.

    Historique

    Le salon du livre de Thénac est né en 2008 d’une idée précise, le rendant unique dans la région :

    • Il devait être littéraire et artistique
    • Il devait proposer des animations en son sein
    • Il ne devait avoir qu’un seul partenaire : une librairie ayant le label d’excellence

    Pourquoi créer une association ?

    La mairie et l’équipe municipale ont porté le projet avec la médiathèque, mais il s’avère nécessaire de créer une association, et ce pour plusieurs raisons :

    • Baisse des financements accordés aux manifestations culturelles considérées comme non prioritaires
    • Les financeurs privés rechignent à financer des animations municipales
    • L’équipe municipale peut changer et ne plus souhaiter porter un tel projet dans l’avenir (un prochain maire pourrait ne pas être intéressé par la Culture).

    Le salon a besoin d’amélioration dans l’avenir. C’est un salon jeune, qui a beaucoup de chemin à parcourir. Il a besoin, pour vivre, d’adhérents nombreux et motivés.

    Il a besoin d’élargir les valeurs qui sont les siennes :

    • Vivre ensemble
    • Faire ensemble
    • Développer ces aspects auprès de la jeunesse
    • Il ne doit pas être intimidant pour ceux qui seraient tentés d’y faire un tour
    •  Il doit porter :

    o la tolérance

    o l’esprit d’aventure

    o le courage individuel ou collectif

    o la découverte d’autres peuples et civilisations sans a priori, afin de mieux comprendre le monde

     

    Pourquoi adhérer à une telle association ? Les adhérents y viendront pour travailler, mais aussi y trouver du bonheur, de la convivialité, et avec l’idée qu’ils ne sont pas venus pour rien.

    Et c’est ainsi qu’est née une nouvelle association,

    L’écriture prend le large

    Un premier conseil d’administration provisoire est créé sur la base de 12 volontaires, et un premier bureau a déjà commencé à travailler.

    Les statuts provisoires sont adoptés à l’unanimité.

    Cette nouvelle association a déjà:

    • Une adresse postale :

    6 rue de la Paix - 17460 Thénac

    • Une adresse électronique :

    Lecritureprendlelarge@laposte.net

    • Un blog :

    http://www.salondulivrethenac.com/article-creation-de-l-association-l-ecriture-prend-le-large-67564831.html

    Le prix de l’adhésion est fixé à 10 €, et l’association est en cours de déclaration à la Préfecture de La Rochelle.

     

    Qu'Eole, Borée, Zéphyr, Auster, Notos, Euros, Amon et tous les dieux du vents soient favorables au salon du livre de Thénac, que le Traversier et la Cigogne et le Caribou, continueront à soutenir !

    Flonigogne

     


    votre commentaire
  •  
    Le salon du livre de Thénac, jusqu'ici organisé par la médiathèque et la Mairie de Thénac, souhaite, comme son titre l'indique, s'ouvrir, élargir ses horizons, aller à la rencontre de nouveaux partenaires et  explorer de nouvelles voies. La médiathèque et la Mairie de Thénac resteront des partenaires majeurs, mais l'équipe organisatrice se propose de créer une association, qui désormais portera cette manifestation dont le public, sans cesse croissant, est issu d'un espace géographique de plus en plus large.

    La création de cette association se fera lors d'une

    réunion publique, ouverte à tous, le 29 mars à 18h aux chais de Thénac

    Lors de cette réunion sera présenté le bilan du salon 2011. Ensuite, l'association sera créée avec un appel à cotisation (10 €) et l'élection d'un Conseil d'Administration.

    L'association

    L'écriture prend le large

    recherche : 
    • des adhérents actifs mais aussi des personnes qui nous offriraient une adhésion de soutien
    • de nouveaux partenaires financiers qui pourraient nous permettre de développer certains aspects du salon comme les animations pour le jeune public
    En bref,
    • tous ceux qui pensent que nous avons tous besoin de nous évader, de mieux connaître et comprendre les différences, de nous ouvrir vers des mondes pluriels
    • tous ceux qui estiment que les jeunes, enfants et adolescents, doivent pouvoir se construire un avenir tourné vers le vaste monde et les courages individuels
    • tous ceux qui ont envie d'agir pour  que notre société soit plus solidaire
         Les portes de l'association sont ouvertes à tous ceux qui seront porteurs de ces valeurs. Merci de bien vouloir le faire savoir autour de vous, dans vos lieux et vos supports  d'expression.
     

    Françoise Souan
    2 chemin de la grange
    17460 Thénac
    tél: 05 46 92 68 04

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique