• Un vapeur transformé en hôtel à La Rochelle

    SUDOUEST.COM

    Mardi 08 Septembre 2009


    UN VAPEUR TRANSFORMÉ EN HÔTEL À LA ROCHELLE.

    Le « Queen Mary » sera remorqué depuis Londres en octobre prochain. Et réaménagé en dix-sept mois.

    Quatre étoiles sur l'eau

    «Quand je compare avec d'autres villes anciennes qui ont une histoire portuaire, il me semble que La Rochelle se contente un peu de ses deux tours. » À ce constat de frilosité, Samuel Boudon répond avec un projet pour le moins singulier : accueillir un vapeur des années 30 dans le bassin des Grands Yachts, pour le restaurer et le réaménager en hôtel flottant.

    Trois suites, 24 chambres quatre étoiles plus 18 chambres trois étoiles, un restaurant gastronomique, un pub, et un centre de bien-être. Celui qui, depuis vingt-quatre ans, anime le chantier Naval Force 3, ne veut pas voir qu'en grand. Il imagine aussi le beau.

    Le plaisir des affaires, certes. Mais aussi la passion des bateaux, doublée de l'amour de la ville, a guidé la main de Samuel Boudon. Des nuits de chasse sur la toile tissée par les brokers (les vendeurs de bateaux) l'ont récompensé. Au début de l'année, il transformait le rêve en réalité, et achetait le « Queen Mary », en Angleterre.

    80 mètres de long

    Un nom qui sonne déjà comme une invitation au voyage. 80 mètres de long, 11 mètres de large, trois ponts intérieurs et 2 000 mètres carrés aménageables. Le montant de la transaction est secret. Mais elle a pu être bouclée avec « une poignée d'amis » qui tiennent dans le creux d'une grosse main. Pour le chantier, qui se déroulerait au fond du bassin des Grands Yachts, là où se tenait autrefois le « France 1 », 4 millions seraient engagés sur financement bancaire.

    Il s'agit de reconditionner entièrement cette pièce rare construite en 1933 par le chantier William Denny. Le steamer, aux lignes effilées, au pont supérieur coiffé de deux cheminées fuyant gentiment vers l'arrière, était en service sur la Clyde, où il reliait les ports d'Écosse. Il y a douze ans, le plus gros brasseur de Grande-Bretagne l'amarrait sur la Tamise. À bord, la bière coulait à flot, des réunions s'y tenaient.

    Un pub sur la Tamise

    « Le "Queen Mary" était devenu un pub réputé de Londres », observe Samuel Boudon. Le temps est passé sous les ponts de la City, un entretien en profondeur s'avérait nécessaire. Constatant qu'avec le renom du bateau, le quai avait lui-même pris de la valeur, le brasseur décida de vendre. C'est la Compagnie londonienne des bateaux-mouches qui acheta le steamer et l'emplacement, pour revendre illico le premier. Samuel Boudon veillait sur Internet...

    Remorqué à La Rochelle

    Vu des Deux tours, l'affaire est quasiment bordée. Samuel Boudon propose encore de devenir « équipier » dans l'aventure, moyennant un concours financier. Il manque 120 000 euros.

    Ensuite, le « Queen Mary » sera préparé pour le voyage de huit jours qui le conduira à La Rochelle, tiré par la laisse d'un remorqueur. En octobre si tout va bien. Quelques mouvements de pontons seront nécessaires dans le bassin des Grands Yachts pour que sa longue silhouette s'y aligne. Juste en face du chantier Naval Force 3 qui compte bien, dans l'aventure de cet aménagement, s'appuyer sur le savoir-faire de ses voisins du plateau nautique. Avec une promesse de seize à dix-sept mois de travaux, en respectant le dessin d'un designer dont il ne dit rien encore, si ce n'est qu'il lui est fixé comme cahier des charges de renouer avec la décoration des années 30. Une société par action simplifiée reste encore à créer, qui servira de support juridique à ces travaux. Et si vous demandez à Samuel Boudon si ce projet est concurrent de celui du quatre étoiles du Gabut (lire par ailleurs), il répond complémentarité en haut de gamme, entre un projet inhabituel, et un hôtel au potentiel de réception très important.


    L'hôtel du Gabut en stand-by

    On ne peut s'empêcher de faire un parallèle entre ce projet d'hôtellerie flottante et le futur hôtel 4 étoiles du quartier voisin du Gabut, toujours enlisé dans les arcanes juridiques. Attaqué par l'Association de protection du patrimoine rochelais, le dossier est actuellement au Conseil d'État. Cela fait dix ans maintenant que la ville essaie d'implanter là, au pied de la tour Saint-Nicolas, un hôtel de standing. Le précédent promoteur s'est découragé en raison des recours déposés, le nouveau, Thierry Gailhac, qui possède déjà deux établissements de luxe dans le Sud-Ouest (Biarritz et Bordeaux) continue à y croire : « Sur le plan administratif, on est toujours bloqué. A priori, on n'abandonne pas. Même si la crise ne favorise guère l'éclosion d'un projet », expliquait-il la semaine dernière. Le maire de La Rochelle, Maxime Bono, pense que les deux projets hôteliers, le flottant et celui du Gabut, ne sont pas incompatibles. Et si l'hôtel du Gabut ne se faisait pas ? En lieu et place, une friche administrative à l'abandon qui fait tache dans le paysage touristique rochelais. « Si on rase le bâti existant, on ne pourra plus construire plus tard en raison de la loi littoral. Je serais plus favorable à une réhabilitation des bâtiments pour un autre projet. »

    Auteur : Philippe Baroux
    p.baroux@sudouest.com


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    cbienmoi05@gmail.com
    Lundi 6 Décembre 2010 à 22:17
    Attention à ceux qui voudrait investir dans ce projet fumeux de Queen Mary. Le chantier naval qui le porte à travers son patron Samuel Boudon dont l'hônnéteté reste à désirer et en partie saisie par huissier de justice!! Pour une procédure portée au Trib Grande Instance de la Rochelle. Le Queen Mary actuellement en cale sèche à Tilbury et en attente de "pigeons" prêt à investir afin de payer les frais de câle que Samuel Boudon préfère voir supporter par d'autres!! attention donc. Pour plus de renseignement demandé par mail, je fournirai toutes les infos demandées. cbienmoi05@gmail.com
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :