• Saint-Malo en face de Québec

    SAINT-MALO EN FACE DE QUEBEC

    Saint-Malo, ville bretonne, ville antique, ville romaine, ville de corsaires, ville de marins, ville d'explorateurs, ville natale de – pour ne citer que les plus célèbres –  Duguay-Trouin, Surcouf, ... et Jacques Cartier.  Châteaubriand y repose.

    D'abord Cité d'Aleth, site maritime gaulois des Coriosolites situé sur les rives de la Rance, fortifiée au IIIème siècle par les Romains elle eut pour premier évêque Saint Mac'h Low, né au Pays de Galle, mort à Archingeay, en Saintonge, et considéré comme un des sept saints fondateurs de la Bretagne. Le rocher, encore inhabité du temps d'Aleth, prendra en 541 le nom de « Rocher de Saint-Malo » après le départ des Romains. Après les attaques des Normands, le siège d'Aleth est déplacé sur le Rocher de Saint-Malo, qui commencera son urbanisation. Saint-Malo, de par sa situation stratégique, est revendiqué autant par le royaume de France que par la Bretagne. Elle devient Cité-Etat avant d'être annexée à la Bretagne à la fin du XVème siècle.

    La découverte de l'Amérique va permettre à Saint-Malo de trouver sa vraie vocation de ville maritime, grâce aux échanges commerciaux avec les Indes. C'est l'époque des corsaires tels que Robert Surcouf et René Duguay-Trouin, qui s'attaquent à la marine ennemie pour le compte du roi. La reproduction du Renard, armé par Surcouf, vous propose d'ailleurs des sorties en mer sur un bateau corsaire.

    Jacques Cartier est bien entendu un des héros de la cité corsaire. Né à Saint-Malo en 1491, il embarquera très jeune, comme mousse, puis grimpera tous les rangs de la hiérarchie maritime jusqu'à être nommé capitaine par François 1er alors de passage au Mont-Saint-Michel tout proche. Certains prétendent qu'il a pu se rendre à Terre-Neuve lors de campagnes de pêche, et peut-être aussi au Brésil sous pavillon normand. Il maîtrise d'ailleurs le Portugais suffisamment pour servir d'interprète. François 1er le sollicitera pour trouver le passage Nord-Ouest pour rejoindre les Indes. Il fera trois voyages, en 1534, 1535 et 1541.

    En 1534, il passe à Terre-Neuve et découvre un fleuve qu'il appellera le Saint-Laurent, en l'honneur d'un saint martyr chrétien assassiné à Rome en 258 et fêté le 10 août, jour de l'entrée de l'équipage dans la baie du dit fleuve. Il prend possession du Labrador, qu'il nomme Canada (mot iroquois Kanata qui signifie « village »).

    Après être revenu à Saint-Malo, il repart en 1535 pour remontrer le fleuve, s'arrêtera sur le site de Québec et atteindra un lieu qu'il nommera Mont-Royal et qui deviendra Montréal.

    Il fera un dernier voyage en 1541 avec les premiers véritables colons qui devaient peupler la Nouvelle-France, avant de revenir se retirer dans sa propriété de Limoëlou, près de Saint-Malo, où il recevra, entre autres illustres hôtes, Rabelais. Il mourra de la peste en 1557. Sa dépouille, retrouvée en 1944, repose désormais dans la cathédrale Saint-Vincent de Saint-Malo.

    Saint-Malo est résolument tournée vers le Québec. Dans Intra-muros, nom de sa ville close, on trouvera de nombreuses allusions à Jacques Cartier (une rue, un restaurant, une statue, un vitrail)...

    ... mais aussi une Maison du Québec, léguée au gouvernement du Québec en 1984 par la ville de Saint-Malo, et gérée par l'association Saint-Malo/Québec.

    Saint-Malo est toujours une ville de marin. C'est de Saint-Malo qu'Alain Colas appareilla en 1978 à bord de Manureva pour sa dernière course du rhum.

    La transat Québec Saint-Malo arrive aux pieds des remparts tous les quatre ans. La dernière édition a fêté en 2008 le 400ème anniversaire de la ville de Québec.

    Des marées et des tempêtes exceptionnelles ont nécessité un dispositif tout à fait original de protection de la vieille ville, afin de « casser » la vague pour qu'elle ne casse pas les murs.

    Il y aurait encore beaucoup à dire sur Saint-Malo, ville ancienne et historique, mais aussi ville moderne, ville de l'usine marémotrice de la Rance, ville culturelle, siège du festival européen du théâtre lycéen francophone qui se tiendra cette année du 1er au 4 avril prochain.

    Impossible de ne pas succomber au charme fort de cette ville si différente, cette ville antique, gauloise, romaine, bretonne, ville d'histoire et de marins, de corsaires et d'aventuriers, mais ville résolument tournée vers l'avenir.

    Flonigogne


    Quelques liens pour aller plus loin :

    Jacques Cartier

    Visite virtuelle de Saint-Malo

    Saint-Malo francoville 2009

    Saint-Malo intra muros

    La maison du Québec à Saint-Malo


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    nico
    Dimanche 23 Août 2009 à 15:50
    Saint-Malo est très touristique, c'est vrai, mais l'économie de la ville en dépend... Ainsi va notre monde moderne !
    2
    le traversier Profil de le traversier
    Lundi 24 Août 2009 à 10:14
    Saint-Malo est très touristique, c'est vrai, mais l'économie de la ville en dépend... Ainsi va notre monde moderne !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :