• Eugène Réveillaud, une figure historique de Saint-Jean-d'Angély

    Samedi 13 Décembre 2008

    <script type="text/javascript"></script>

    Eugène Réveillaud l'historien qui révéla la ville

    <script type="text/javascript"></script>

    Eugène Réveillaud mériterait d'être mieux connu dans la ville à laquelle il a consacré un passionnant livre d'histoire : en effet, son « Histoire de la ville, commune et sénéchaussée de Saint-Jean-d'Angély » (1) s'avère édifiante à plus d'un titre. Car Eugène Réveillaud a voulu transmettre en exégète de nombreux documents et événements relatifs à l'histoire de notre cité, son ouvrage semblant n'avoir jamais été égalé depuis sa première parution en 1909.

    L'auteur était en effet un des notables les plus en vue de l'époque. Né en 1851 à Saint-Coutant, il obtient une bourse après un passage à l'Institution diocésaine de Pons et termine ses études secondaires au lycée Charlemagne.

    Journaliste et avocat

    Puis il commence une carrière de journaliste et écrit dans des journaux républicains puis, ayant obtenu sa licence en droit, s'inscrit au barreau de Troyes. S'éloignant du catholicisme et devenant un républicain anticlérical, il est initié à la franc-maçonnerie puis se rapproche du protestantisme évangélique auquel il se convertit en 1878.

    Propagandiste actif, convaincu et convainquant, il fonde l'hebdomadaire « le Signal », tient des conférences enflammées. Il publiera de nombreux ouvrages dont « la Question religieuse et la solution protestante » ou « Histoire chronologique de la Nouvelle-France ou Canada ».

    Sa conception des relations entre l'État et l'Église va le conduire à être l'un des principaux auteurs de la proposition de loi qui va conduire à la séparation des Églises et de l'État, alors qu'il est député radical de Saint-Jean-d'Angély, de 1902 à 1912, puis sénateur, de 1912 à 1921.

    Très impliqué jusqu'à sa mort, en 1935, dans l'action sociale protestante, il participe également à la fondation de la Société Coligny, afin de financer l'installation en Algérie de paysans protestants miséreux de la vallée de Freissinières (Hautes-Alpes).

    Depuis l'Angeriacum gallo-romain qui s'élevait entre le Ier et le Ve siècle de notre ère, en passant par « Saint-Jean-d'Angély pendant la réforme » et par la période où la ville perd ses remparts et tous ses privilèges, la somme constituée par cet ouvrage de 354 pages permet de comprendre le véritable passé de notre cité, pour mieux envisager son avenir.

    (1) « Histoire de la ville, commune et sénéchaussée de Saint-Jean-d'Angély », par Eugène Réveillaud, édition le Livre d'histoire, en tirage limité à la Maison de la presse, chez Mag Presse, à la librairie la Plume enchantée et à la librairie Cré'Attitude, et site Internet www.histo.com

    Auteur : Alban Boigeol

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :