• Ski: Erik Guay plus rapide que Didier Cuche dans la descente

     
    publié le 12/02/2011 à 14:47 dans l'Express

    Le Canadien Erik Guay a empêché le Suisse Didier Cuche de devenir enfin, à 36 ans, champion du monde de descente, samedi, à Garmisch-Partenkirchen (Allemagne).

    Suite...


    votre commentaire
  • Mondial de basket: face au Canada, la France vise une place en 8e de finale

    Scénario inespéré en début de tournoi, la France peut assurer sa place en huitièmes de finale du Mondial de basket dès son troisième match de poule face au Canada, mardi (17h30 française) à Izmir.

    Suivez le match en cliquant ici !

    Mondial 2010 - Tour préliminaire

    31/08/2010

    France

    68-63

    Fin du match !

    Canada


    votre commentaire
  • Les Jeux du Québec débutent

    Les Jeux du Québec d'été se déroulent à Gatineau du 29 juillet au 6 août.

    Les Jeux du Québec d'été se déroulent à Gatineau du 29 juillet au 6 août.

    Publié le 28 Juillet 2010
     
    Alexandre Gauthier

    Les athlètes de la MRC L’Assomption forment 42 % de la délégation lanaudoise

    Sujets :
    Sophie Marchand , MRC L’Assomption , Repentigny , Jeux du Québec

    Deux athlètes sur cinq de la région de Lanaudière aux Jeux du Québec proviennent de la MRC L’Assomption (Repentigny incluant Le Gardeur, Charlemagne, L’Assomption, L’Épiphanie et Saint-Sulpice). On parle de 91 compétiteurs sur 218 (42 %).

    Suite dans l'Hebdo Rive Nord


    votre commentaire
  • <script language="javascript" type="text/javascript"> </script>

    Lisez l'article sur ce site et retrouvez-y d'autres infos :

    TDF: le Canadien Hesjedal s'est illustré

    <script language="javascript" type="text/javascript"> </script>
    Dimanche 25 juillet 2010
    <script language="javascript" type="text/javascript"> </script>
    LA PRESSE CANADIENNE
    Ryder Hesjedal rencontre des amateurs. (Photo PC)

    Ryder Hesjedal rencontre des amateurs. (Photo PC)

    PARIS - Alors que le Tour de France a pris fin sur une note plutôt tranquille, les Canadiens Michael Barry et Ryder Hesjedal ont finalement pu échanger quelques histoires sur leurs vélos.


    "Nous avons eu une bonne conversation ce matin, a déclaré Barry à la Presse Canadienne après la course. Ce matin, c'était pas mal la première fois en trois semaines que nous avons pu juste se promener et parler de cela, de la course et de l'avenir."

    Il y avait beaucoup à célébrer dimanche alors que Hesjedal a croisé le fil d'arrivé au septième rang au total. Seul Steve Bauer (quatrième en 1988) avait obtenu un rang plus élevé dans l'histoire des Canadiens.

    "C'est vraiment beau à voir, sa performance est remarquable. C'est très bon pour le cyclisme canadien, a dit Barry.

    "Et je suis simplement heureux pour lui. Il a travaillé très fort pour cela. Il s'est vraiment amélioré depuis le début de l'année. C'est beau de voir un Canadien et un ami réussir une performance de la sorte."

    Barry a passé la majorité de son tour au service de Bradley Wiggins, protégeant du vent la vedette de l'équipe Sky sur les trajets plats. Le Torontois de 35 ans a fini 99e à sa première participation à la Grande Boucle.

    Hesjedal a commencé la course dans un rôle de soutien similaire, travaillant pour la vedette de Garmin-Transitions Christian Vandevelde. Mais l'Américain a été impliqué dans un accident à la deuxième étape et a dû abandonner.

    Le cycliste de 29 ans originaire de Victoria a pris l'initiative lors de la troisième étape, s'échappant du peloton au 13e kilomètre. Il a terminé quatrième de cette étape, passant du 27e au quatrième rang au classement général.

    "Le matin de la troisième étape, (le directeur de l'équipe) Matt White a dit: 'C'est ouvert, donnez le meilleur de vous-mêmes.' Je n'avais pas à attendre plus, a dit Hesjedal à Velonews.

    "J'y suis allé et je voulais garder le rythme durant toute la course. Je ne voulais pas être élevé au classement puis diminuer plus le Tour de France avançait. Je voulais rester au sommet. J'ai toujours cru que j'étais capable, et j'y suis maintenant."

    Hesjedal a aussi fait tourner les têtes lors de la 17e étape, terminant au quatrième rang de l'éreintante montée du Col du Tourmalet. Cela l'avait fait passer du 10e au huitième rang au classement.

    L'an dernier, le Canadien avait terminé 49e, et 47e en 2008.

    Des montagnes à la route

    Hesjedal a commencé sa carrière en vélo de montagne, remportant deux médailles d'argent au Championnat du monde et participant aux Jeux olympiques de 2004 avant de passer au cyclisme sur route.

    En décembre, il a été élu cycliste canadien de la décennie.

    Il avait démontré quelques signes avant le Tour de France qu'il était sur une bonne lancée.

    Hesjedal a écrit l'histoire en septembre lorsqu'il est devenu le premier Canadien à remporter une étape au Tour d'Espagne, deux jours après avoir pris la deuxième place lors d'une autre étape.

    En avril, il a terminé deuxième lors de la course Amstel Gold d'une journée aux Pays-Bas. Puis en mai, il a remporté la dernière étape du Tour de Californie.

    Mais il y a longtemps qu'un Canadien n'avait pas défrayé la manchette au Tour de France.

    Lorsque Hesjedal a été nommé au sein de l'équipe Garmin-Transitions, il a noté sèchement qu'il avait le poids d'une nation sur les épaules.

    Cette phrase lui est restée et Garmin-Transitions produit maintenant des chandails sur lesquels il est inscrit: 'Weight of a Nation' sous le nom de Ryder et d'une feuille d'érable rouge.

    Sa performance lui a permis de décrocher un nouveau contrat qui le lie à l'équipe Garmin-Transitions jusqu'en 2013.


    votre commentaire
  • 15 juin 2009 (On remonte dans le temps)

    Avant d’entrer dans le stade, ce jeune supporter sud-africain nous fait une démonstration de vuvuzela.

    Hier, pour le match d’ouverture de la Coupe des Confédérations, les Bafana Bafana ont manqué de souffle face à l’équipe d’Irak (0-0). Cela n’a pas été le cas de leurs supporters. Parmi les 48 000 spectateurs présents dans le stade d’Ellis Park, à Johannesburg, nombre d’entre eux avaient dans leurs mains une trompette colorée en plastique d’une soixantaine de centimètres de long. Et pendant 90 minutes, ils ont soufflé et soufflé dans leur vuvuzela.

    Suite sur ce blog, bien intéressant, de Sébastien Hervieu, journaliste indépendant, correspondant en Afrique du Sud pour, notamment, Le Monde.


    votre commentaire
  • Le Britannique Lewis Hamilton (McLaren) a remporté dimanche le Grand Prix du Canada de Formule 1, huitième épreuve de la saison, devant son coéquipier et compatriote Jenson Button et l'Espagnol Fernando Alonso (Ferrari).

    Parti de la pole, Hamilton, menacé pendant les deux premiers tiers de la course par Alonso avant de prendre le large, a gagné avec brio sa deuxième course d'affilée cette saison. Avec Button deuxième, il permet à McLaren de réaliser son deuxième doublé consécutif.

    Suite dans 'le Point'


    votre commentaire
  • « Je n'ai jamais ressenti une telle adrénaline » - Édith King

    Daniel Richard par Daniel Richard
    Voir tous les articles de Daniel Richard
    Article mis en ligne le 31 janvier 2009 à 9:57
    Soyez le premier à commenter cet article

     
    Moins d'une semaine après avoir vécu une expérience marquée au fer rouge, Édith King est à peine retombée sur terre. Cette dernière a participé au Red Bull Crashed Ice la fin de semaine dernière à Québec, ce qui lui a valu une place en demi-finale, mais surtout une expérience inoubliable.
     
    Du fait, elle avoue sans détour qu'il s'agit de la sensation la plus forte qu'elle ait vécu en 23 ans. « Lorsque j'étais sur la ligne de départ, que mon nom a été annoncé au micro et que j'ai entendu la foule applaudir, je n'ai jamais ressenti une telle adrénaline. La sensation que ça procure est tout simplement indescriptible. C'est incroyable », affirme la demi-finaliste, d'un dynamisme saisissant. Malgré cet impressionnant résultat, Édith King retient surtout les moments incroyables qu'elle a vécus de jeudi à samedi. « Avant la compétition, je ne m'étais pas fixé d'objectif en terme de résultat. C'est évident que lorsque tu es au fil de départ, tu veux te rendre le plus loin possible, mais c'est tellement imprévisible comme course, que tu ne peux pas te fixer de stratégie. Tout ce que je voulais avant cette compétition, c'était de profiter le plus possible de l'événement. C'est exactement ce que j'ai réussi à faire. »

    Une as de la ringuette

    Évidemment, ne peut pas participer à cette compétition qui le veut. Pour sa part, Édith King évolue dans la Ligue nationale de ringuette.
     
    Il s'agit d'une ligue d'élite regroupant des équipes à travers le Canada. Parmi les six premières positions à Québec, trois d'entre elles font partie de cette ligue. Il s'agit de Jenn Hartley, Marquise Brisebois et bien sûr, Édith King. « Il s'agit d'une publicité incroyable, non seulement pour notre ligue, mais pour tout le monde de la ringuette. Ça prouve qu'il y a d'excellentes patineuses au sein de notre sport, et qu'il mériterait d'être connu beaucoup plus qu'il ne l'est présentement », commente Édith King. Elle avoue aussi que ses expériences en planche à neige l'ont grandement aidée.

    Pour le reste, tout est sous une certaine mesure, une question de chance. « Autant du côté des garçons que des filles, les premières positions étaient vraiment dans une classe à part. Pour le reste, c'est vraiment comme si on lançait des dés, explique-t-elle. Si la compétition reprenait demain matin, les positions pourraient être complètement modifiées. Le résultat est tellement imprévisible. Il ne suffit que d'une chute en avant de toi, ou une craque dans la glace, et ta course peut se terminer. Tu dois absolument rester concentré tout au long de l'épreuve et espérer pour le mieux. Tu n'as pas le droit à aucun relâchement, si tu veux espérer l'emporter.»
     
    De retour l'an prochain ?
     
    « Oui ! C'est sur et certain », répond-elle sous un ton sans équivoque. « Je vais tenter de m'entraîner un peu plus pour l'an prochain, mais c'est sur que j'y serai. J'ai tellement vécu une expérience inoubliable, que je ne peux même pas concevoir de ne pas y être.»

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique