• Sept corbeaux volent au-dessus de Bignay

    SEPT CORBEAUX VOLENT AU-DESSUS DE BIGNAY

     ou SOIREE CONTES A BIGNAY AVEC ROBERT SEVEN-CROWS

    vue satellite de Bignay

     


    Voir taille réelle

    Bignay est un village charentais quelque part en Saintonge, entre Saint-Savinien et Saint-Jean-d'Angély.

    Sa chapelle romane fera un jour l’objet d’un article. Et nous aurons l’occasion de reparler de ce village partenaire de notre association.

    Joël Touzet, le maire, nous accueille à nouveau. Il y a quelques mois, c’était pour le concert de Jean-Guy Deraspe et Red Mitchell.

    Cette fois-ci, c’est une soirée contes amérindiens qui est proposée au public. Une cinquantaine de personnes, dont une quinzaine d’enfants, a répondu à l’appel.


    Voir taille réelle

    Bob Bourdon, dit Robert Seven-Crows, est a’tukwewinu, ce qui veut dire conteur traditionnel de sa nation. Il est fils d’une mère micmac de Gaspésie et d’un père métis illinois de la nation Kaskaskia. Il vit à quatre heures au nord de Montréal, à l’orée de la forêt, sur les berges de la rivière au lièvre. Il a toujours baigné dans la musique, et a commencé à jouer de guitare tout enfant, avec son grand-père et ses oncles, en Gaspésie. Il a commencé par la musique Country et le Rythm and Blues.


    Voir taille réelle

    En se présentant, il fait tomber quelques clichés concernant les indiens. Des cheveux noirs ? Non, il est blond aux yeux bleus. Des plumes sur la tête ? Vous imaginez, d’aller en forêt avec des plumes sur la tête ? Des rubans rouges en travers du front ? C’est une invention des studios de cinéma de Hollywood pour tenir les perruques des comédiens ! Des franges aux vêtements ? Là aussi, imaginez les déplacements en canot ou en forêt… Non, les indiens n’ont pas forcément les cheveux noirs de corbeau, même quand on s’appelle « Sept Corbeaux », et leurs tenues vestimentaires sont adaptées à leur habitat en forêt au bord de lacs et de rivières.

    Robert Seven-Crows n’est pas seulement conteur et musicien. Il est aussi éducateur. Avec sa compagne, Joan Pawnee, il œuvre, dans le cadre de la "Kumik Elders Lodge" du Ministère des Affaires Indiennes et du Nord du Canada, auprès de la population autochtone et dans les prisons, et en France en partenariat avec le ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative. Joan Pawnee Parent est de la nation Métis/Nipissing ; elle est herboriste traditionnelle, et auteur de contes. La veste que Robert porte ce soir a été conçue et cousue dans une structure de réinsertion, en France.  

     

    Les contes qu’il propose sont issus du répertoire traditionnel, mais adaptés à notre culture moderne. Certains ont été écrits par Joan Pawnee.

     

    Devant le nombre d’enfants présents ce soir, Robert décide de modifier le programme. Il ne nous racontera donc pas « les contes au son du tambour », s’adressant plutôt aux adultes mais  « les contes du Calumet Wabanaki ».

    Au fil des contes, nous découvrons Wuchosen, L’aigle du vent… Lûnsûm le premier chien, qui devient grand comme un orignal… L’oiseau tonnerre, Kagtukwag, le monde des géants, la légende de l’attrapeur de rêves… ainsi que le voyage de Kwé, Kwé et Mulgtess.

     Le tambour et les airs traditionnels ponctuent les récits. La sagesse des anciens est honorée avec les interventions de la KoumKoum qui connaît les herbes sauvages (s’agit-il de Joan Pauwnee ?)

    Ces histoires sont prétextes à une approche de la culture traditionnelle amérindienne. Les enfants, comme les plus grands, sont emportés par la magie du conte.

    L’humour ne manque pas, et nous apprenons comment les femmes s’habituent à supporter leur homme, même quand il est devenu un moyen-moyen-beau-bonhomme !

    Une soirée riche qui nous transporte dans la culture amérindienne micmac, mais surtout la rencontre avec un homme généreux avant d’être musicien et conteur.

    La Maudite et l’Eau bénite pour arroser la tarte au sucre et les merveilles sauront trouver leurs amateurs avant de clore le chapitre.

    C’était une première rencontre avec des enfants. Notre vœu est que maintenant des liens se nouent entre des écoles de Saintonge et de Lanaudière. A vous, les profs, de profiter de l’opportunité qui vous est offerte d’entamer des échanges culturels entre nos deux cultures. Les enfants sont partants, nous l’avons vu ce soir. Et vous ?


    Voir taille réelle

    Notons la présence ce soir d’Elise Boucher de Gonzague, chanteuse amérindienne abénakise qui reviendra  prochainement parmi nous pour une prochaine manifestation.

    Flonigogne

    le site de Robert Seven-Crows

    Le site d'Elise Boucher de Gonzague

    Site de la commune de Bignay

    Pour  se souvenir de la soirée contes du 11 décembre à Bignay, la diffusion de l'entretien avec Robert Seven-Crows est sur RCF

    Robert Seven-Crows - Emission du 9/02/2010


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :