• Marée noire en Louisiane : revue de presse du1er juin 2010

    <script language="javascript"> document.write(''); ejs_mv3_largeur = 691; ejs_mv3_hauteur = 770; ejs_mv3_bgcolor = '#FFFFFF'; /* LISTE DES MENU */ ejs_mv3_menu = new Array; ejs_mv3_menu[0] = 'news'; /* LISTE DES LIENS */ ejs_mv3_lien = new Array; ejs_mv3_lien[0] = '' ejs_mv3_lien[0] += '- aff news
    '; function d(texte) { document.write(texte); } d('

    '); d('
    '); d('
    '); d('
    '); d('
    '); ejs_mv3_mode = 1; ejs_mv3_actuel = 0; function ejs_mv3_show(menu) { if(menu == "menu") { var html = ""; for(a=0;a<ejs_mv3_menu.length;a++) { html += ''; } html += ""; document.getElementById("ejs_mv3_scroll_1").innerHTML = html; if(ejs_mv3_mode == 2) ejs_mv3_action(1); } else { var html = "




    22:13  Marée noire: les Etats-Unis ouvrent une enquête judiciaire
    22:10  Marée noire: le réalisateur de Titanic veut aider à colmater la fuite
    22:08  Flottille pour Gaza: centaines de civils toujours détenus en Israël
    22:07  Feds launch criminal probe into BP s oil spill in the Gulf AG Holder ...
    22:05  ALERTE - Marée noire: les Etats-Unis ouvrent une enquête judiciaire
    22:04  USA Marée noire: le réalisateur de Titanic veut aider à colmater la ...
    22:02  Coupe du Monde: les matches influent sur la Bourse de Londres
    22:00  Marée noire: le réalisateur de Titanic veut aider à colmater la fuite
    22:00   - Dernières prévisions Météo pour la Suisse Romande
    22:00   - Télévision : le programme complet de la soirée
    21:56  Gaza: Washington condamne "les actes ayant conduit à la tragédie"
    21:56  Italie: les couples "racistes" ne peuvent pas adopter d'enfants
    21:54  Somalie: 16 morts dans des combats au centre du pays
    21:53  Israeli ministers agree to release all foreigners detained aboard ...
    21:48  Gaza: Clinton pour une enquête d'Israël, insiste sur la crédibilité
    21:48  Sierra Leone: 4.000 chimpanzés d'Afrique occidentale
    21:43  Update: Tarballs reported at Dauphin Island and oil in western ...
    21:40  Mme Clinton dénonce une situation "inacceptable" à Gaza
    21:38  La tempête Agatha ravage l'Amérique centrale: au moins 300 morts
    21:36  Turquie: 4 condamnations à perpétuité pour un mort sous la torture en ...
    21:34  ALERTE - Gaza: Clinton pour une enquête d'Israël, insiste sur la ...
    21:30  Flottille: une Espagnole détenue en Israël va regagner l'Espagne
    21:26  ALERTE - Gaza: Washington condamne "les actes ayant conduit à la ...
    21:26  Nouveau recul du pétrole après des indicateurs décevants
    21:22  ALERTE - Mme Clinton dénonce une situation "inacceptable" à Gaza
    "; document.getElementById("ejs_mv3_scroll_2").innerHTML = html; if(ejs_mv3_mode == 1) ejs_mv3_action(2); } } ejs_mv3_cursor = ejs_mv3_largeur; function ejs_mv3_action(action) { if(action == 2) { if(ejs_mv3_cursor>0) { ejs_mv3_cursor -= 10; document.getElementById("ejs_mv3_scroll_1").style.bottom = ejs_mv3_cursor-ejs_mv3_largeur; document.getElementById("ejs_mv3_scroll_2").style.bottom = ejs_mv3_cursor; setTimeout("ejs_mv3_action("+action+")",1); ejs_mv3_mode = 2; } } else { if(ejs_mv3_cursor<ejs_mv3_largeur) { ejs_mv3_cursor += 10; document.getElementById("ejs_mv3_scroll_1").style.bottom = ejs_mv3_cursor-ejs_mv3_largeur; document.getElementById("ejs_mv3_scroll_2").style.bottom = ejs_mv3_cursor; setTimeout("ejs_mv3_action("+action+")",1); ejs_mv3_mode = 1; } } } </script>

     

    Romandie News

    Marée noire: Obama veut poursuivre les responsables, nouvel essai de BP

    PORT FOURCHON (Etats-Unis) - Barack Obama a promis mardi que les responsables de la marée noire qui souille le golfe du Mexique rendront des comptes, au moment où BP disait espérer contenir la fuite "dans les prochaines 24 heures" grâce à une nouvelle opération pour siphonner le brut.

    "Si nos lois ont été violées (...), je promets solennellement de faire comparaître les responsables devant la justice, au nom des victimes de cette catastrophe et des habitants de la région" du golfe du Mexique, a martelé le président américain depuis la Maison Blanche.

    Auparavant, il s'était entretenu avec les dirigeants d'une commission d'enquête qu'il a nommée pour étudier les circonstances de la catastrophe.

    Dans cette logique, M. Obama a envoyé son ministre de la Justice Eric Holder sur place en Louisiane (sud) mardi. Ce qui tendrait à indiquer, écrit le Washington Post, que "la catastrophe écologique pourrait faire l'objet d'une enquête criminelle".

    Depuis Port Fourchon en Louisiane, Doug Suttles, le directeur d'exploitation de BP, a dit ne pas être inquiet au sujet d'éventuelles poursuites, affirmant que les relations entre le géant pétrolier et le gouvernement américain n'étaient "pas du tout tendues".

    M. Suttles a également dit son espoir que la fuite de pétrole à l'origine de la marée noire puisse être contenue "dans les prochaines 24 heures" grâce à la pose d'un "entonnoir" sur le gisement. Le dispositif est censé récupérer le brut qui s'écoule à 1.500 mètres de profondeur pour le stocker sur un bateau qui mouille en surface.

    L'opération consiste à envoyer des "robots sectionner l'oléoduc endommagé. Ensuite, une scie à diamant va opérer une coupe nette au sommet du puits", ainsi que l'a expliqué Bob Dudley, un haut responsable de BP sur CNN mardi matin. La dernière étape verra la pose de "l'entonnoir".

    Selon les estimations de l'administration américaine, entre 72 millions et 113 millions de litres de brut se sont déjà écoulés dans la mer depuis l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon le 20 avril.

    Et, a prévenu Carol Browner, la conseillère de Barack Obama pour les questions d'énergie et de changement climatique, le risque est réel que la nouvelle opération augmente, du moins temporairement, de 20% le volume de brut qui se déverse.

    Pour espérer mettre un terme à l'écoulement de pétrole, il faudra toutefois attendre le mois d'août et la pose de puits de secours, censés soulager le gisement fautif en pompant le pétrole et le gaz qui en sortent, indiquent de concert l'administration et les responsables de BP.

    Ces puits de secours ont été mis en chantier début mai. Le premier devrait être prêt "aux alentours de la mi-août", a expliqué Carol Browner mardi sur CNN.

    A ces défis techniques s'ajoute la composante météorologique, puisque mardi a commencé la saison des ouragans, que les experts prédisent particulièrement active.

    "Si les ouragans atteignent le golfe du Mexique, le navire (chargé de recueillir le brut) ne pourra plus rester, ce qui veut dire que le flux ne sera pas atténué", a déploré Mme Browner.

    En cas d'ouragan, le vent pourrait pousser le pétrole à l'intérieur des marais de Louisiane et endommager le fragile écosystème local.

    Pour BP, les répercussions financières de la marée noire se font déjà sentir: M. Suttles a indiqué que les dépenses engagées par le groupe pour lutter contre la catastrophe avaient franchi "le cap du milliard de dollars".

    (©AFP / 01 juin 2010 20h16)

     

    USA/marée noire: BP veut fixer un entonnoir pour pomper le pétrole

    LA NOUVELLE ORLEANS (Etats-Unis) - Le nouveau dispositif prévu par BP pour colmater la fuite de pétrole dans le golfe du Mexique ne vise pas à stopper l'écoulement, mais à le canaliser avec un énorme entonnoir métallique permettant de siphonner le brut jusqu'à un navire à la surface.

    Baptisée "Lower marine riser package" (LMRP), la manoeuvre est particulièrement délicate à cette profondeur (1.500 mètres). Toutes les précédents opérations de BP ont échoué depuis le naufrage de la plateforme à l'origine de la marée noire, le 22 avril.

    Actuellement, le pétrole s'écoule du gisement via un oléoduc endommagé relié à une énorme valve métallique rivée au sol sous-marin.

    Avant d'installer l'entonnoir de métal destiné à aspirer les hydrocarbures, BP entend se débarrasser de l'oléoduc défectueux en le sectionnant à plusieurs niveaux.

    Une première coupe doit être réalisée avec une puissante pince métallique reliée à la surface grâce à un câble. Cette coupe est destinée à éviter une trop forte pression sur l'oléoduc.

    La deuxième, au point de jonction entre l'oléoduc et la tête de la valve, doit être effectuée avec une lame en diamant, afin d'obtenir une coupe aussi parfaite que possible pour que l'entonnoir puisse être installé proprement.

    L'oléoduc sectionné va alors être remonté à la surface grâce à une grue. A ce stade, le flot de pétrole devrait augmenter temporairement.

    A la place de l'oléoduc, les équipes d'intervention vont fixer l'entonnoir sur la tête de la valve grâce à une fermeture sous pression conçue pour ne laisser passer qu'un minimum d'eau afin de pomper plus efficacement le pétrole.

    Le pétrole sera alors aspiré grâce à un tuyau reliant l'entonnoir à un navire.

    BP a également prévu un dispositif pour empêcher l'apparition d'hydrates similaires à de la glace, qui se forment lorsque l'eau froide se mélange avec le gaz naturel. La formation de ces cristaux avait contrecarré la première tentative de BP, qui consistait à poser un énorme couvercle sur la valve.

    BP a souligné que cette nouvelle tentative ne permettrait pas d'arrêter le flux de pétrole mais seulement de limiter son écoulement jusqu'à ce que le forage des puits de secours soit achevé, ce qui devrait être fait en août.

    <org idsrc="ISIN" value="GB0007980591">BP</org>

     

     

     

     

     

    Obama rencontre la commission d'enquête sur la marée noire

     

    <script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>

    WASHINGTON (AP) — Le président américain Barack Obama devait tenir mardi sa première réunion avec les deux co-présidents de la commission indépendante chargée d'enquêter sur la marée noire dans le golfe du Mexique, tandis que British Petroleum (BP) se prépare à une nouvelle tentative pour arrêter la fuite de pétrole.

    Nommée il y a moins de deux semaines, la commission doit notamment se pencher sur les causes de la fuite de pétrole, sur la sécurité des puits offshore et sur le fonctionnement des agences fédérales supervisant les forages.

    Cinq de ses membres doivent encore être nommés. Ses deux vice-présidents sont Bob Graham, un démocrate qui a été deux fois gouverneur de Floride avant de siéger au Sénat américain de 1987 à 2005, et William Reilly, qui dirigeait l'Agence de protection environnementale (EPA) pendant la présidence de George Bush père.

    La réunion à la Maison Blanche intervient trois jours après que BP a annoncé l'échec de sa dernière tentative pour reboucher son puits, qui continue donc de fuir par 1.500m de fond.

    Vendredi dernier, le président Obama s'est rendu sur les côtes de Louisiane pour évaluer la situation et assurer aux habitants des zones sinistrées que son administration faisait tout son possible pour les aider.

    La marée noire a commencé avec l'explosion de la plate-forme de forage de BP, Deepwater Horizon, qui a tué onze ouvriers le 20 avril dernier. En six semaines, entre 75 et 163 millions de litres de brut se sont déversés dans le golfe du Mexique, selon les estimations du gouvernement américain. Cette marée noire est la pire de l'histoire des Etats-Unis.

    Samedi, BP a annoncé l'échec de sa tentative de "top kill", qui consistait à injecter des boues lourdes dans le puits. Barack Obama a jugé cet échec aussi "rageant que navrant".

    British Petroleum doit entamer mercredi une nouvelle procédure. Baptisée "top-and-cap", elle consiste à poser un couvercle sur la tête du puits afin de pouvoir siphonner le pétrole jusqu'en surface.

    Cependant, le scénario qui présente le plus de chances de succès repose sur deux puits de secours, qui ne devraient pas être prêts avant le mois d'août. BP a commencé à forer le premier le 2 mai et le second le 16 mai.

    Ces puits suivent une route parallèle au puits d'origine sur environ 1,5km sous le plancher marin puis ils partent en diagonale pour croiser le puits d'origine juste au-dessus de la poche de pétrole. BP a ensuite l'intention d'injecter des boues lourdes dans ces deux puits secondaires afin de stopper le flux de pétrole qui s'échappe de la nappe souterraine. Enfin, du ciment devrait y être introduit afin de sceller le puits définitivement.

    D'après un spécialiste, BP a peu de chances de parvenir dès le premier coup à ce que ses puits forés croisent le puits d'origine. "S'ils y arrivent en trois ou quatre fois, ils auront beaucoup de chance", commente David Rensink, le président élu de l'Association américaine des géologues pétroliers, qui a 39 ans d'expérience dans l'industrie pétrolière, dont la majeure partie en exploration offshore (haute mer).

    Il faudra s'y reprendre à plusieurs fois et cela devrait prendre des semaines mais, selon des scientifiques et BO, cela finira par fonctionner. AP

    cb/v/st

    Marée noire: nouvelle tentative de BP pour contenir la fuite

    PORT FOURCHON, Louisiane (AP) — BP a commencé mardi à sectionner une colonne du puits à l'origine de la marée noire dans le golfe du Mexique, ont annoncé les Gardes-côtes américains.

    Il pourrait falloir attendre trois jours avant que le pétrole soit contenu et siphonné jusqu'à la surface, a précisé l'amiral Thad Allen. BP doit encore sectionner une colonne avant de pouvoir recouvrir la fuite à l'aide d'un couvercle.

    BP procède à une nouvelle tentative pour contenir la fuite de pétrole consécutive à l'accident de la plate-forme Deepwater Horizon qui a fait 11 morts le 20 avril.

    Même en cas de succès, la durée de vie de cette procédure est incertaine, la meilleure solution restant de creuser des puits de secours, une opération qui ne pourrait pas être achevée avant le mois d'août. AP

    jp/v

     

     

     

    Marée noire : BP espère que l'entonnoir sera posé d'ici à 24 heures

    (AFP) – Il y a 3 heures

    PORT FOURCHON, Etats-Unis — Le directeur d'exploitation de BP, Doug Suttles, a indiqué mardi que le groupe pétrolier espérait pouvoir contenir la fuite de pétrole dans le golfe du Mexique grâce à la pose d'un entonnoir "dans les prochaines 24 heures".

    "Si tout se passe bien, dans les prochaines 24 heures, nous pourrons contenir" la fuite, a dit M. Suttles lors d'une conférence de presse en Louisiane (sud).

    Le groupe britannique a lancé une nouvelle opération visant à siphonner le pétrole qui s'écoule en plaçant un "entonnoir" à 1.500 mètres de profondeur et en transférant le liquide à bord d'un bateau en surface. La manoeuvre implique notamment de retirer un oléoduc défectueux, relié au puits, en le sectionnant à plusieurs endroits.

    "Nous progressons, a assuré M. Suttles. Nous allons couper le tuyau aujourd'hui (mardi) et poser le chapeau sur le puits" par la suite.

    Jusqu'ici, les multiples initiatives de BP pour colmater la fuite se sont avérées inefficaces.

    Mais "nous avons appris des précédentes tentatives, c'est pourquoi je pense que nous avons une très bonne chance", a estimé M. Suttles.

    "Nous ne pouvons garantir la réussite" de l'opération, a-t-il toutefois ajouté, soulignant la complexité d'opérer à une telle profondeur.

    Selon les estimations de l'administration Obama, entre 72 millions et 113 millions de litres de brut se sont déjà écoulés dans la mer depuis l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon le 20 avril.

    Le président américain Barack Obama a promis mardi de faire en sorte que les responsables de la marée noire rendent des comptes devant la justice.

    Interrogé sur la perspective d'éventuelles poursuites devant la justice américaine, le responsable de BP a assuré que cela "n'interférait pas" avec les efforts entrepris pour contenir la catastrophe.

    "Je ne suis pas inquiet", a également dit M. Suttles, affirmant que les relations entre le géant pétrolier et le gouvernement américain n'étaient "pas du tout tendues".

    Doug Suttles a également confirmé que les dépenses engagées par BP pour lutter contre la marée noire avaient franchi "le cap du milliard de dollars".

     

     

    BP s'effondre en Bourse après l'échec de sa tentative de colmatage du puits

    BP s'est effondré mardi à la Bourse de Londres, portant la chute de sa valeur depuis le début de la marée noire à plus d'un tiers, les investisseurs s'alarmant de l'échec de sa dernière tentative pour arrêter la marée noire, qui lui a coûté déjà près d'un milliard de dollars.

    L'action du groupe pétrolier a chuté de 13,10% à 430 pence, après avoir perdu jusqu'à 16,9% en fin de matinée, à 411 pence, dans un marché qui a fini en baisse de 0,49%.

    Cette nouvelle dégringolade boursière a porté à plus de 37%, à son plus fort, la baisse de la valeur boursière de BP, depuis l'explosion et le naufrage de la plate-forme Deepwater Horizon, que le groupe exploitait dans le Golfe du Mexique, au large de la Louisiane.

    Ce sinistre est à l'origine de ce qui s'annonce comme la pire catastrophe écologique de l'histoire des Etats-Unis.

    Cette chute a fait fondre de 178 milliards de dollars fin avril à moins de 117 milliards cette séance la valorisation boursière de BP.

    Autrement dit, ce sont plus de 60 milliards de dollars de valeur boursière du groupe qui sont partis en fumée, dont près de 20 milliards ce mardi.

    Depuis que samedi, BP avait annoncé l'échec de sa tentative de cimentation (ou "top kill") du puits de Deepwater Horizon, les investisseurs n'avaient pas été en mesure de réagir avant ce mardi car la Bourse de Londres et Wall Street, étaient fermées lundi en raison de jours fériés.

    BP a annoncé ce mardi que le total de ses dépenses liées à la marée noire s'était rapproché encore un peu plus de la barre fatidique du milliard de dollars, qu'il devrait franchir très prochainement.

    Le groupe a indiqué que la marée noire lui avait déjà coûté 990 millions de dollars, toutes dépenses confondues (frais de confinement et de nettoyage, tentatives pour mettre fin à la fuite de pétrole, aides aux Etats riverains, dommages déjà remboursés...). Dans sa précédente estimation vendredi, la compagnie avait évalué la facture à 930 millions de dollars.

    Certains commentateurs commençent à estimer que BP ne devienne, si la situation se prolongeait, une cible d'OPA toute désignée.

    Tony Shepard, de la maison de courtage Charles Stanley, remarquait que "le meilleur espoir d'interrompre la marée noire repose désormais dans le forage de puits de secours, qui a commencé mais qui risque de ne pas être achevé avant août".

    "Avec la perspective de plusieurs mois de pollution supplémentaire, BP et l'ensemble du secteur pétrolier vont se retrouver sous une pression grandissante", ajoutait-il, prévenant qu'"un moratoire sur les nouveaux forages et une nouvelle réglementation vont conduire à une hausse des coûts de production".

    De plus, "il est difficile de mesurer les dommages sur la réputation de BP, mais le marché nord-américain de l'énergie est important pour toutes les +majors+ du pétrole", a-t-il dit.

    Un avis partagé par Joshua Raymond, stratégiste chez City Index, qui prévenait que "beaucoup d'espoir avait été placé dans l'opération de colmatage, et son échec a retiré tout élan au cours de Bourse de BP, dans la mesure où chaque jour qui passe, le puits continue à fuir, et l'hémorragie des coûts se poursuit pour le groupe, sans parler des atteintes en termes de réputation".

    fpo/acd/dfg

     

     

    La Louisiane s’englue dans la marée noire

    Après le nouvel échec de BP à juguler la fuite de pétrole, la colère, au sud des États-Unis fait concurrence au désespoir. La fuite pourrait durer encore un mois…

    Le ton monte en Louisiane, à mesure que croît le désespoir. Alors que BP annonce un troisième échec dans ses tentatives de juguler la fuite de pétrole, le « wait and see » (attendre et voir) angoissé de la population avant que le brut ne s’échoue sur les côtes laisse place à une colère de plus en plus ouverte. Dimanche, un demi-millier de personnes ont manifesté à La Nouvelle-Orléans, dans le quartier français, pour exiger de la compagnie britannique qu’elle rebouche le puits endommagé et nettoie les ravages. Sur les pancartes, les lettres BP ont été déclinées en « Big Polluter » (gros pollueur) « Big Profits » (gros profits) « Bad Plan » (mauvaise stratégie). Les autorités fédérales se sont fait elles aussi épingler pour leur inaction, sommées de s’impliquer dans les opérations de colmatage laissées jusqu’à présent à la charge du groupe pétrolier.

    Car la compagnie ne fait que multiplier les ratés. Dernier en date, celui de l’opération Top Kill, donc, lancée jeudi dernier et avortée dimanche. Elle consistait à injecter un mélange boueux d’eau, de matière solide et de minerais afin de contrecarrer le flux de pétrole avant de cimenter la faille. BP se tourne à présent vers l’autre option – un temps mise de côté — de sectionner la partie haute du pipeline pour le « couvrir » d’une structure métallique permettant d’y siphonner directement le brut depuis la surface.

    Une tentative à la réussite incertaine et qui ne permettra, au mieux, que de limiter la fuite. Car ce n’est pas avant le mois d’août que les ingénieurs de BP espèrent la résorber, grâce au forage d’un puits secondaire. Au reste, le nouveau remède tenté cette semaine pourrait s’avérer pire que le mal. Dimanche, la Maison-Blanche faisait savoir que ce dispositif pourrait en effet augmenter temporairement le flux de pétrole d’environ 20 %. Un tableau bien plus pessimiste que celui dessiné par BP, laquelle ne cesse d’être chaque jour un peu plus entachée dans cette affaire. La semaine dernière, un rapport confirmait que des alertes avaient précédé l’explosion de la plate-forme Deepwater Horizon, auxquelles les responsables du site n’auraient pas réagi suffisamment vite. Citant des documents de la compagnie, le New York Times affirme à présent qu’en juin 2009, des ingénieurs avaient mis en garde BP contre l’enveloppe métallique qu’elle comptait utiliser pour le coffrage, prédisant, le cas échéant, « le pire scénario ». En dépit de quoi le groupe pétrolier a maintenu son choix de matériau.

     

     

    Exclusif : un sous-marin nucléaire américain se prend le sonar dans la marée noire

    Losangles

    Selon nos informations, qui n'ont toutefois pas pu être recoupées, un sous-marin nucléaire d'attaque américain de classe Los Angeles en patrouille au large de la Louisiane serait brusquement devenu sourd comme un pot, à cause de la marée noire.

    En plongée, un sous-marin est complètement aveugle. Son seul contact avec l'extérieur sont ses oreilles, c'est-à-dire son sonar. L'incident aurait donc pû avoir des conséquences très graves.

    Son dôme sonar, en matériau composite, situé à l'avant de la coque, était en effet recouvert de ce qu'un spécialiste nomme joliment "une couche de mayonnaise" : du pétrole en émulsion dans l'eau de mer, une émulsion rendue stable par les produits déversés par BP afin de lutter contre la marée noire. Cette "mayonnaise" empêchait les ondes de passer ou les brouillait.

    Selon cette même source,  l'antenne sonar tractée derrière le sous-marin était également inutilisable. Le bateau a dû rentrer à son port, à petite vitesse et en immersion périscopique.

    Les experts savent que des panaches de pétrole circulent dans le Golfe du Mexique, à différentes profondeurs. Des sources américaines évoquent l'hypothèse que l'US Navy utiliserait ses sous-marins pour les localiser, ce qui n'a pas été confirmé officiellement. Si c'est le cas, cet incident montre que cela marche !

    Rédigé le 01/06/2010 à 19:31

     

     

    Marée noire: les USA manquent d'équipements, demandent l'aide internationale

    Les Etats-Unis manquent d'équipements spéciaux pour récupérer le pétrole à la surface de l'eau dans le golfe du Mexique où se propage une vaste marée noire et ont demandé l'aide internationale, ont annoncé mardi les gardes-côtes américains.

    Le commandant des gardes-côtes, l'amiral Thad Allen, a précisé au cours d'un point de presse que ce qui manquait le plus était des pompes pour récupérer le pétrole à la surface de l'eau. "Certains équipements dont nous avons le plus besoin en ce moment sont des équipements pour pomper le pétrole", a-t-il dit, ajoutant que des demandes d'aide avaient été adressées aux Pays-Bas, au Canada et au Mexique notamment. "Nous sommes en train d'étudier les propositions étrangères d'assistance", a ajouté l'amiral Allen. Les équipements permettant de pomper le brut à la surface de l'eau ou à le brûler sont d'autant plus importants en ce moment que la saison des ouragans à débuté mardi et qu'il se pourrait que la fuite ne soit pas arrêtée avant le mois d'août, a ajouté l'amiral. Le président américain Barack Obama a reconnu vendredi dernier lors de son deuxième déplacement en Louisiane -- Etat du sud du pays le plus touché par la marée noire -- que le nombre de barrages anti-pétrole était limité. "Nous allons essayer d'en faire fabriquer d'autres, mais cela va prendre du temps", avait-il lancé. (GFR)

    Marie-Noëlle Bertrand

    Cousin nage au secours des rives de la Louisiane

    0 commentaires

    Créé le 01.06.10 à 03h47 -- Mis à jour le 01.06.10 à 03h47

    Le filet Seinip peut être trainé par des 
bateaux de p&ecirc;che pour r&eacute;colter jusqu'&agrave; 
25&nbsp;m3 de fuel &agrave; chaque passage.

    Le filet Seinip peut être trainé par des bateaux de pêche pour récolter jusqu'à 25 m3 de fuel à chaque passage.

    Dans le Nord-Pas-de-Calais, la pêche aux poissons, on connaît. La pêche au pétrole aussi. L'entreprise nordiste Cousin-Trestec, spécialiste des cordages de tous poils, a proposé ses services aux Américains englués dans la plus grande marée noire de leur histoire. Car Cousin-Trestec a mis au point un chalut antipollution capable de récolter le pétrole flottant à la surface de l'eau. Formé de micromailles en nylon, le chalut Seinip, en forme d'entonnoir, peut récolter de 8 à 20 m3 de pétrole à chaque passage pour un coût unitaire de 10 000 €. « Et il peut être tracté par deux bateaux de pêche », assure Pierre Lewille, directeur de Cousin-Trestec. Une fois rempli, le fond est détaché et stocké, et un nouveau fond est mis en place. « La capacité de ramassage est modeste, mais le système est très rapide à mettre en œuvre et peut servir pour protéger certaines zones particulières », plaide Pierre Lewille. L'entreprise assure être capable de faire produire les premières unités en deux semaines grâce à un partenariat avec un fabricant breton.O. A.

    Expérience

    Le chalut antipollution a été imaginé par Cousin-Trestec pour la première fois il y a trente ans, à l'occasion de la marée noire de l'Amoco Cadiz, qui avait souillé la côte nord du Finistère. Récemment, il a notamment servi pour récupérer le pétrole échappé de l'Erika (1999) et du Prestige (2002), constitué de fuel particulièrement lourd.

    Marée noire: les États-Unis ouvrent une enquête judiciaire

    Marée noire aux États-Unis

    L'une des pires marées noires de l'histoire des États-Unis menace les côtes de la Louisiane. Suivez le développement de cette «catastrophe nationale» et ses conséquences désastreuses pour l'environnement. »

    Les États-Unis ont ouvert une enquête judiciaire au... (Photo: Jae
 C. Hong, AP)

    Agrandir

    Les États-Unis ont ouvert une enquête judiciaire au civil et au pénal pour faire la lumière sur la marée noire dans le golfe du Mexique.

    Photo: Jae C. Hong, AP

    Agence France-Presse
    La Nouvelle-Orléans

    Les États-Unis ont ouvert une enquête judiciaire au civil et au pénal pour faire la lumière sur la marée noire dans le golfe du Mexique provoquée par l'explosion d'une plateforme exploitée par BP, a annoncé mardi le ministre américain de la Justice.

    «Nous avons ouvert une enquête judiciaire au pénal et au civil, c'est notre devoir en vertu de la loi», a déclaré Eric Holder lors d'une conférence de presse à La Nouvelle-Orléans.

    «Nous ne nous arrêterons pas avant que justice soit faite», a-t-il ajouté.

    Le ministre, qui a visité les côtes souillées mardi, a assuré que l'enquête pénale avait commencé «il y a quelques semaines» mais a refusé de dire quel type d'accusation était privilégié dans l'immédiat et si des responsables étaient désignés.

    «Nous n'avons pris aucune décision sur les responsabilités», a-t-il commenté.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :