• Marée noire en Louisiane, revue de presse du 27 septembre 2010

    Marée noire: auditions à Washington pour établir les responsabilités

    WASHINGTON — La commission d'enquête indépendante créée par le président américain Barack Obama pour faire la lumière sur les causes de la marée noire dans le golfe du Mexique, a entamé lundi une série d'auditions à Washington

    Pour lire la suite cliquez ici

     

    Marée noire : 715 millions de litres de pétrole auraient pollué le Golfe du Mexique

    Les chiffres font peur. Selon une étude scientifique indépendante, 4,4 millions de barils, soit l'équivalent de 715 millions de litres de pétrole, se sont déversés dans l'océan entre le 22 avril et le 15 juillet, suite à l'explosion de la plateforme pétrolière " Deepwater Horizon" de BP.

    Pour lire la suite cliquez ici

     

    Après Horizon Deepwater, le futur des marées noires en offshore

    Photo ParisTech Review / Rédaction / September 27th, 2010
    Aussi terrible qu'ait été la fuite du puits BP, les choses auraient pu être bien pires. D'une certaine manière, le désastre du puits Macondo dans le golfe du Mexique avait l'avantage d'être "bien" placé : il s'est produit à "seulement" 66 kilomètres des côtes et "seulement" 1500 mètres de profondeur, et a menacé l'un des pays les plus riches et les mieux assurés au monde, des caractéristiques à même de garantir une réponse médiatique, industrielle et gouvernementale colossale. Les outils de forages s'aventurent aujourd'hui dans des eaux de plus en plus profondes et lointaines - et, souligneraient certains, plus éloignées des régulateurs ; les prochaines marées noires pourraient-elles être encore plus dévastatrices ?
     
    Pour lire la suite cliquez ici
     
     

    Caracas d'accord pour que BP négocie la vente d'actifs de PDVSA

    CARACAS (Reuters) - Caracas a autorisé BP à négocier la vente de ses actifs locaux, a déclaré dimanche le ministre du Pétrole Rafael Ramirez.

    Pour lire la suite cliquez ici

     

    Zachary à la rescousse du pélican brun

    (Québec) ­Quand Zachary Richard a appris que la Louisiane était touchée par la marée noire causée par l'explosion de la plateforme de forage de British Petrolium (BP) dans le golfe du Mexique, il s'est tout de suite inquiété pour la survie du pélican brun, emblème de l'État qui l'a vu naître. Le chanteur cajun avait aussi en tête tous ces oiseaux comme les sternes, les fous de Bassan et les autres qui migrent dans cette région durant la saison hivernale.

    Pour lire la suite cliquez ici

    Deepwater Horizon: le puits est "mort"

    Dans le Golfe du Mexique, le puits à l'origine de la marée noire a été définitivement scellé, ont annoncé les autorités américaines. Beaucoup de questions demeurent sur l'impact de cette pollution massive.

    Pour lire la suite, cliquez ici

     

    Marée noire: plus de 4 millions de barils de pétrole dans le Golfe du Mexique

    Comment mesurer la quantité de pétrole échappée dans le Golfe du Mexique? Le pétrole s’échappant d’un puits de forage sous-marin, à 1.500 mètres sous les flots, il a fallu mettre au point rapidement de nouvelles méthodes pour estimer la quantité de pétrole. Une équipe de la Columbia University (NY, EU) publie sa méthode et ses résultats aujourd’hui dans la revue Science.

    Pour lire la suite cliquez ici

     

    Steve Mathies, directeur de l'Office de protection des côtes de Louisiane

    "Le problème des marais de Louisiane, ce n'est pas le pétrole, c'est l'érosion du littoral"

    chaque année.

    C'est l'une des côtes les plus menacées du monde : cinq ans après les ravages infligés par l'ouragan Katrina, le 29 août 2005, la Louisiane vient de subir la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis, achevée dimanche 19 septembre par le scellement définitif, par BP, de son puits accidenté. "On ne pourra pas totalement protéger La Nouvelle-Orléans ni préserver tout le littoral", estime Steve Mathies, qui dirige l'Office de protection et de restauration des côtes de l'Etat de Louisiane. Pour ce biologiste, qui était invité, du 22 au 24 septembre, au Salon Prévirisq, à Paris, la vraie menace reste l'érosion de la côte. "C'est cela, notre prochaine crise", annonce-t-il.

    Pour lire la suite cliquez ici

     

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :