• Marée noire en Louisiane : revue de presse du 14 mai 2010

     

     

    Publié le 14/05/2010 à 03:03 - Modifié le 14/05/2010 à 17:26 AFP

    Marée noire: la nappe s'éparpille en une multitude de "taches", selon les garde-côtes

    Marée noire: la nappe s'éparpille en une multitude de

    La nappe de pétrole qui s'échappe du gisement exploité par la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique est en train de se diviser en une multitude de petites "taches" de brut, a expliqué vendredi un responsable des garde-côtes.

    <script language="JavaScript"> document.write('<scr'+'ipt type="text/JavaScript" src="http://ad.fr.doubleclick.net/adj/ts.lepoint.fr/'+rub+';tile='+(tile=tile+1)+';sz=190x60;ord=' + ord + '?"><\/script>'); </script><script type="text/JavaScript" src="http://ad.fr.doubleclick.net/adj/ts.lepoint.fr/monde;tile=2;sz=190x60;ord=2294594118459271?"></script> Click here to find 
out more!

    La nappe de pétrole qui s'échappe du gisement exploité par la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique est en train de se diviser en une multitude de petites "taches" de brut, a expliqué vendredi un responsable des garde-côtes.

    Plus de trois semaines après l'explosion puis le naufrage de la plateforme, le littoral des Etats de Louisiane, Mississippi et Alabama n'a pas encore été souillé par la marée noire, a dit l'amiral Thad Allen lors d'une conférence de presse.

    "On nous a informés de la présence de boulettes de pétrole qui peuvent être ramassées à la main. Mais pour le moment, le pétrole est encore très loin, au large", a-t-il dit.

    "Je pense que la nappe est en train de prendre une forme différente. Je ne crois plus à une marée noire de grande superficie", a-t-il insisté.

    Lorsque le brut s'échappe de la fuite à 1.500 mètres de profondeur pour remonter vers la surface, il ne coagule pas pour former une immense nappe. Au contraire, il "se disperse en différentes taches séparées les unes des autres par l'eau de mer", a observé l'amiral Allen.

    "C'est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Il est très difficile de gérer (la nappe) à cause de cet éparpillement. Mais, d'un autre côté, (le pétrole) qui touche les côtes arrive en de plus petites quantités que lors d'une marée noire de grande superficie", a-t-il poursuivi.

    Une controverse est née sur la quantité de pétrole qui se déverse chaque jour dans le golfe du Mexique. Jusqu'à maintenant, les garde-côtes estimaient que ce volume tournait autour de 800.000 litres quotidiens. Mais selon des chiffres avancés par certains experts, ce chiffre devrait être multiplié par dix.

    L'amiral Allen n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet. Un peu plus tôt vendredi, Doug Suttles, directeur d'exploitation de BP, l'exploitant de la plateforme, a reconnu que "depuis le début, il est difficile de quantifier précisément" la fuite, lors d'un entretien sur la chaîne CBS.

    Trois semaines après le début de la marée noire dans le golfe du Mexique, l'administration Obama est montée au créneau en décidant de mobiliser les meilleurs scientifiques du pays pour aider BP à contenir la fuite de brut. Après un premier échec la semaine dernière, le géant pétrolier a déposé mercredi au fond du golfe du Mexique un nouveau "couvercle", plus petit, qui devrait être installé dans les prochains jours sur le puits afin de canaliser le pétrole qui s'en échappe. Mais le temps presse : la vaste nappe de pétrole n'est plus qu'à quelques kilomètres de la terre ferme, qu'elle devrait atteindre samedi, selon les dernières prévisions de l'Agence

     

     

     

     

    Marée noire: la nappe s'éparpille en une multitude de «taches»

    La nappe de pétrole qui s'échappe du gisement exploité par la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique est en train de se diviser en une multitude de petites «taches» de brut.

    Plus de trois semaines après l'explosion puis le naufrage de la plateforme, le littoral des Etats de Louisiane, Mississippi et Alabama n'a pas encore été souillé par la marée noire, a dit aujourd'hui l'amiral Thad Allen lors d'une conférence de presse.

    «On nous a informés de la présence de boulettes de pétrole qui peuvent être ramassées à la main. Mais pour le moment, le pétrole est encore très loin, au large», a-t-il dit.

    «Je pense que la nappe est en train de prendre une forme différente. Je ne crois plus à une marée noire de grande superficie», a-t-il insisté.

    Lorsque le brut s'échappe de la fuite à 1.500 mètres de profondeur pour remonter vers la surface, il ne coagule pas pour former une immense nappe. Au contraire, il «se disperse en différentes taches séparées les unes des autres par l'eau de mer», a observé l'amiral Allen.

     

    Bonne nouvelle et mauvaise à la fois

    «C'est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Il est très difficile de gérer (la nappe) à cause de cet éparpillement. Mais, d'un autre côté, (le pétrole) qui touche les côtes arrive en de plus petites quantités que lors d'une marée noire de grande superficie», a-t-il poursuivi.

    Une controverse est née sur la quantité de pétrole qui se déverse chaque jour dans le golfe du Mexique. Jusqu'à maintenant, les garde-côtes estimaient que ce volume tournait autour de 800.000 litres quotidiens. Mais selon des chiffres avancés par certains experts, ce chiffre devrait être multiplié par dix.

    L'amiral Allen n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet. Un peu plus tôt ce matin, Doug Suttles, directeur d'exploitation de BP, l'exploitant de la plateforme, a reconnu que «depuis le début, il est difficile de quantifier précisément» la fuite, lors d'un entretien sur la chaîne CBS.

     

     

     

    Opération à puits de pétrole ouvert pour BP

    Par TF1 News (D'après agence), le 14 mai 2010 à 07h18, mis à jour le 14 mai 2010 à 09:09

    Le géant pétrolier BP tente une opération risquée dans les profondeurs du golfe du Mexique : raccorder un tuyau au puits d'où s'échappent depuis trois semaines des millions de litres de pétrole.

    Après l'échec de la mise en place d'un premier couvercle censé obturer la fuite sous-marine de brut à l'origine de la nappe qui pollue le golfe du Mexique, BP avait décidé de se rabattre sur un autre, plus petit. Mais alors que la pose de ce nouveau dôme était sur le point d'être réalisée, le groupe pétrolier s'est ravisé, par crainte de voir se former dans l'entonnoir des cristaux similaires à de la glace, comme ce fut le cas la semaine dernière, et a décidé d'installer un tube devant canaliser le brut jusqu'à un pétrolier situé en surface. Une véritable opération de chirurgie pétrolière, un pontage sous-marin plutôt osé. Mais le temps presse : 800.000 litres de pétrole s'échappent chaque jour du forage.

    Aidés par des sous-marins télécommandés, les ingénieurs du géant pétrolier britannique comptent donc essayer d'introduire un tube de 15 cm de diamètre dans le puits d'une cinquantaine de centimètres de large. "Plusieurs joints attachés au tube vont aider à l'arrimer", a précisé un responsable, insistant sur le fait que l'opération était loin d'être "sans risque", en raison notamment de la pression abyssale. Si elle réussissait, elle représenterait un premier succès bienvenu pour BP. Depuis l'explosion, puis le naufrage le 22 avril, de sa plateforme Deepwater Horizon, BP fait en effet l'objet d'une pression tant politique que populaire et financière.

    Un allié : la météo

    Jeudi, le Wall Street Journal, citant deux entrepreneurs, affirmait que des tests avaient été conduits 48 heures avant l'explosion de la plateforme. Les résultats "semblaient indiquer que du gaz hautement combustible s'était infiltré dans le puits". En dépit de ces tests, BP aurait continué ses travaux de forage, selon le quotidien. Cette analyse fait écho à une audition mercredi au Congrès lors de laquelle les élus américains qui enquêtent sur la marée noire ont affirmé disposer d'éléments indiquant qu'un dispositif crucial de sécurité "mal conçu" fuyait avant l'accident.

    BP dispose toutefois d'un allier de poids : la météo. Trois semaines après l'explosion, qui a fait 11 morts, les courants et les vents continuent à ralentir la progression de la marée noire, donnant un bon coup de pouce aux 13.000 sauveteurs dépêchés par les autorités américaines en Louisiane, au Mississippi, en Alabama et en Floride. Leur mission est tant d'installer un vaste réseau de bouées et de digues le long des côtes, que de répandre un produit devant dissoudre le pétrole ou encore de s'occuper de la faune affectée.

     

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :