• Marée noire en Louisiane : revue de presse du 10 juin 2010

    Marée noire : encore plus de pétrole récupéré ?

    En ce qui concerne les volumes de pétrole récupérés sur la fuite du puits de BP, les Etats-Unis espèrent faire encore... mieux la semaine prochaine, a déclaré mercredi (9 juin) un responsable de l'administration américaine pour la lutte contre la marée noire, qui souille le golfe du Mexique depuis l'explosion le 20 avril de la plateforme « Deepwater Horizon » à 80 kilomètres des côtes de Louisiane.

    Comment vont-ils procéder ?

    Un appareil supplémentaire, qui sera fixé en fin de semaine prochaine sur l'entonnoir en place, devrait permettre de récupérer jusqu'à 28.000 barils de pétrole par jour, soit 4,45 millions de litres, a déclaré l'amiral des garde-côtes Thad Allen...
    ...Ce dernier avait affirmé mardi que près de 15.000 barils avaient été récupérés au cours des 24 heures précédentes à l'aide de l'entonnoir mis en place à la fin de la semaine dernière. Cet entonnoir est relié par un tuyau à un pétrolier qui mouille en surface et récupère le brut.
    Une quantité indéterminée de pétrole continue à s'échapper dans la mer faute d'étanchéité de l'entonnoir. Le haut responsable des garde-côtes a espéré que BP parviendra à dépasser le seuil des 28.000 barils dès la semaine suivante, afin de ramener "pratiquement à zéro" la déperdition de pétrole. 
     

    TF1-LCI

    Quel est le coût de la marée noire pour BP ?
     
    Selon le géant pétrolier britannique, le coût de la marée noire dans le Golfe du Mexique, provoquée par l'explosion il y a plus d'un mois d'une de ses plateformes pétrolières, est d'environ 1,19 milliard d'euros.
    Cette somme "inclut les mesures de nettoyage et de confinement, le forage de puits de secours, les aides versées aux Etats riverains, les dommages déjà remboursés", et les sommes versées aux autorités fédérales, a expliqué BP. Cette somme inclut également une première tranche de 60 millions de dollars qui servira à financer la construction d'une série d'îles artificielles au large de la Louisiane, pour protéger son écosystème côtier très fragile. BP s'est engagé à verser au total 360 millions de dollars pour la construction de ce chapelet d'îles.

    Le cours de BP s'effondre

    Le cours de BP s'est effondré de plus de 15 % en début d'échanges à la Bourse de Londres jeudi, après avoir chuté dans des proportions identiques la veille à Wall Street, les investisseurs s'inquiétant de plus en plus de l'impact de la marée noire sur le groupe pétrolier.

    Des plateformes quittent le golfe du Mexique
      
    Les compagnies pétrolières, qui interviennent dans le golfe du Mexique, vont retirer des plateformes de prospection de cette zone à cause de la prolongation du moratoire imposée par l'administration américaine sur le forage en eaux profondes à la suite de la marée noire. "Trois plateformes sont déjà parties ou sont en train de partir du golfe du Mexique" a indiqué Chett Chiasson, directeur du port de Port-Fourchon (Louisiane), auquel est rattachée 90% de l'activité de forage pétrolier en eaux profondes dans le golfe. "Si ce moratoire dure six mois, ces exploitants de plateformes et ces compagnies pétrolières n'auront d'autre choix que de s'en aller ailleurs" a-t-il dit.

    Le 27 mai dernier, le président américain Barack Obama a décidé de prolonger l'interdiction d'octroyer des permis de forages pétroliers en haute mer de six mois supplémentaires, jusqu'à fin novembre. Ces trois plateformes faisaient partie des 33 plateformes de prospection pétrolière en eaux profondes - qui creusent au delà de 333 mètres sous la surface de la mer - à l'arrêt au large des côtes américaines.

    Des problèmes de santé liés à la marée noire

    Plus de 70 personnes ont jusqu'à présent eu de problèmes de santé en Louisiane (Etats-Unis) en lien avec la marée noire, ont indiqué mercredi les autorités sanitaires de cet Etat du sud.
    Les symptômes sont les suivants : gorge irritée, toux, difficultés respiratoires, irritation des yeux, nausée, douleurs dans la poitrine et maux de tête.
    Cinquante d'entre elles officiaient sur des plateformes pétrolières ou prenaient part aux opérations de nettoyage de la marée noire, selon le département de la Santé et des Hôpitaux de Louisiane. Ce rapport indique que 30 autres ont signalé ces symptômes après avoir été exposées à du pétrole émulsifié et à des produits chimiques dispersants. Huit personnes, toutes travaillant sur des plateformes ou aux opérations de nettoyage, ont été hospitalisées pour des problèmes liés à la marée noire

    Les premières flaques de pétrole
 sur les côtes américaines, le 18 mai 2010.

    Un ultimatum lancé à BP

    Selon les autorités américaines, BP a trois jours pour faire la lumière sur ses projets de colmatage de la fuite de pétrole et lui ont demandé de récupérer plus de pétrole.
    "BP doit faire état de ses plans concernant ses initiatives parallèles, continues et alternatives de récupération du pétrole, et notamment mettre en place un échéancier dans les 72 heures après la réception de ce courrier" écrit le contre-amiral des garde-côtes, James Watson.
    De son côté, l'amiral Thad Allen demande au patron de BP, Tony Hayward, "plus de détails et de transparence". 

    petrole 
offshore plateforme forage

    Les forages en mer vont se poursuivre

    Le secrétaire aux Affaires intérieures, Ken Salazar, a assuré que les forages dans le golfe allaient se poursuivre, mais de "façon plus sûre".
    "Nous avons mis le bouton pause afin de nous assurer que si nous continuons le forage en mer, cela puisse être fait de façon à protéger les gens et l'environnement".
    Il a évoqué une nouvelle batterie de mesures de sécurité, notamment au niveau de la consolidation des puits par le béton et de la sécurité des plateformes.
    Le golfe du Mexique compte actuellement 3.600 structures de forage pétrolières et gazières et 700 puits sont, comme celui de la plateforme « Deepwater Horizon », forés à environ 1.500 mètres de profondeur, selon des chiffres donnés par la commission.

    Marée noire: l'opposition avertit Obama

    AFP
    10/06/2010 | Mise à jour : 19:42 Réagir

    Un haut responsable républicain a mis en garde le président américain Barack Obama contre l'idée d'exploiterla marée noire qui souille le golfe du Mexique pour promouvoir au Congrès une législation que cet élu qualifie "d'impôt national sur l'énergie". Le chef de la minorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell, a dit à M. Obama qu'une majorité d'élus de tous bords s'opposaient au projet de loi à la chambre haute, même si le président insiste sur le fait que la marée noire illustre la nécessité de se débarrasser des énergies fossiles.

    "Nous sommes parfaitement disposés à travailler avec l'administration sur un texte de loi qui puisse être adapté, en lien direct avec la marée noire" dans le golfe du Mexique, a dit M. McConnell après une rencontre entre M. Obama et des responsables démocrates et républicains.

    Mais il a mis en garde le président contre le fait "de se saisir de la marée noire du golfe et de l'utiliser en quelque sorte comme une justification pour voter un impôt national sur l'énergie, appelé échange d'émissions à la Maison Blanche". La semaine dernière, Barack Obama avait promis de rallier des élus du Sénat à sa loi sur l'énergie et le climat, dont la nécessité a été mise en évidence selon lui par la "catastrophe" de la marée noire.

    ETATS-UNIS / ROYAUME-UNI / PETROLE - 
    Article publié le : jeudi 10 juin 2010 - Dernière modification le : jeudi 10 juin 2010
     
    La marée noire fait couler l’action de BP

    Le titre de BP s’est effondré de plus de 15% jeudi 10 juin à la 
Bourse de Londres.

    Le titre de BP s’est effondré de plus de 15% jeudi 10 juin à la Bourse de Londres.

    RFI

    Après la levée de boucliers des autorités américaines, c’est au tour des investisseurs de sanctionner le géant pétrolier. Le titre de BP s’est effondré de plus de 15% jeudi 10 juin à la Bourse de Londres. La veille, il avait chuté dans des proportions identiques à Wall Street.Les investisseurs s’inquiètent de l’impact financier de la marée noire sur la compagnie britannique, qui pourrait se chiffrer en dizaine de milliards de dollars. Ils redoutent de plus en plus que BP ne soit contraint de suspendre le paiement de dividendes à ses actionnaires.

    Face aux craintes des investisseurs, le groupe BP se veut rassurant. Le géant pétrolier britannique a affirmé jeudi 10 juin ne voir « aucune raison » justifiant l'effondrement de son cours à Wall Street et a insisté sur sa bonne santé financière. Pourtant, depuis l’explosion d’une de ses plateformes pétrolières le 20 avril dernier, BP prend l’eau.

    La compagnie britannique a estimé que la marée noire lui avait déjà coûté près de 1,43 milliards de dollars. Le groupe a au passage répété qu'il était impossible d'évaluer l’addition finale de cette catastrophe. Mais plusieurs analystes la chiffre déjà en dizaines de milliards de dollars. Une facture qui pourrait s’alourdir dans les prochains mois. L’administration du président américain Barack Obama a demandé mercredi 9 juin à la compagnie britannique de verser des compensations aux milliers de salariés du secteur pétrolier, privés de travail. Une annonce qui renforce l’inquiétude des investisseurs dont certains craignent la faillite du groupe.

    Une pression croissante des autorités américaines

    Le géant BP fait face à une pression croissante des autorités américaines qui lui ont lancé mardi 8 juin un ultimatum. Le groupe dispose de trois jours pour présenter en détail ses projets de colmatage. Depuis le début de la semaine, la pose d’un entonnoir sur la fuite a accéléré la récupération du brut mais une quantité indéterminée de pétrole continue de s'échapper dans la mer. En fin de semaine prochaine, un appareil supplémentaire devrait être fixé sur l'entonnoir pour récupérer jusqu'à 28 000 barils de pétrole par jour, soit 4,45 millions de litres, a expliqué le groupe pétrolier.

    Une campagne de communication offensive sur internet

    Pour contrer la critique, BP a décidé de mener une campagne de communication offensive sur internet. Une manière de focaliser le débat sur ses tentatives de colmatage et non sur les conséquences désastreuses de l’explosion de sa plateforme pétrolière. Pour « aider » les curieux en quête d’information sur le web, la compagnie a acheté des mots clés comme « marée noire » aux principaux moteurs de recherche (Google, Bing et Yahoo), ce qui permet de diriger les internautes vers son site. Cette nouvelle opération de communication a bien sûr un prix. Mais en ce qui concerne la communication, BP n’hésite pas à la dépense : depuis le début de la crise, la compagnie a investi 50 millions de dollars en spots publicitaires télévisés. Des coûts supplémentaires qui ne devraient pas rassurer les investisseurs.

     

    Marée noire: BP a déjà dépensé 1,43 milliard de dollars mais va accélérer les indemnisations

    LA NOUVELLE-ORLEANS (AP) — Le groupe pétrolier BP a vu son cours chuter en bourse jeudi alors qu'il affirme avoir déjà dépensé environ 1,43 milliard de dollars (1,18 milliard d'euros) pour tenter d'endiguer la marée noire dans le golfe du Mexique. Il a accepté d'accélérer l'indemnisation des victimes, selon le gouvernement américain.

    British Petroleum, qui a gagné plus de 16 milliards de dollars (13,23 milliards d'euros) l'an dernier, précise dans un communiqué que la somme de 1,43 milliard comprend les premiers 60 millions prévus pour un projet de construction de six îles artificielles destiné à protéger la Louisiane.

    Le cours de BP a plongé jeudi à Londres, perdant jusqu'à 11% pour atteindre son niveau le plus bas depuis 13 ans à l'ouverture de la bourse, avant de regagner un peu de terrain. Le titre a perdu environ la moitié de sa valeur boursière depuis le début de la catastrophe causée par l'explosion d'une plate-forme dans le golfe du Mexique le 20 avril.

    BP se retrouve pris entre ses actionnaires, quelque 18 millions de Britanniques qui détiennent une participation directe ou par le biais de fonds de pension, et une partie de la classe politique américaine, qui exige que le groupe renonce à verser des dividendes pour indemniser plus généreusement les entreprises et salariés frappés par la marée noire ou ses conséquences.

    Les investisseurs s'inquiètent notamment de ce que le président Barack Obama a suggéré que BP devrait prendre en charge les allocations de chômage versées aux milliers de travailleurs du pétrole privés d'activité par le moratoire de six mois sur le forage en haute mer. Le groupe s'est voulu rassurant en affirmant jeudi avant l'ouverture de la bourse à Londres que sa situation financière restait forte. De nombreux analystes partagent cet avis.

    Selon ses services, le Premier ministre britannique David Cameron discutera de la situation avec M. Obama lors d'un entretien téléphonique prévu ce week-end.

    En ce qui concerne l'indemnisation des victimes, Tracy Wareing, du bureau du Commandement national des interventions (National Incident Command office), a déclaré à la presse à Washington qu'un accord avait été trouvé lors d'une réunion mercredi avec le PDG de BP, Tony Hayward, et d'autres dirigeants du groupe.

    Les responsables gouvernementaux ont exprimé leur "inquiétude" au sujet des délais de paiement de BP aux entreprises de la côte du golfe en particulier, a précisé Mme Wareing. Le groupe aurait accepté de modifier sa procédure. AP

    st/v479-581

     

    Marée noire: plus de 70 personnes malades en Louisiane

    (AFP) – Il y a 22 heures

    WASHINGTON — Plus de 70 personnes ont souffert à ce jour de problèmes de santé en Louisiane (sud des Etats-Unis) en lien avec la marée noire du golfe du Mexique, ont indiqué mercredi les autorités sanitaires de l'Etat.

    Parmi les personnes ayant signalé des symptômes tels que gorge irritée, toux, difficultés respiratoires, irritation des yeux, nausée, douleurs dans la poitrine et maux de tête, 50 travaillaient sur des plateformes pétrolières ou participaient aux opérations de nettoyage de la marée noire, selon le département de la Santé et des Hôpitaux de Louisiane.

    Ce rapport, mis à jour chaque semaine, indique que 30 de ces personnes ont signalé ces symptômes après avoir été exposées à du pétrole émulsifié et à des produits chimiques dispersants.

    Huit personnes, toutes travaillant sur des plateformes ou aux opérations de nettoyage, ont été hospitalisées pour des problèmes liés à la marée noire. L'ensemble de ces hospitalisations a cependant été de courte durée, "généralement une journée", selon le rapport.

    Par ailleurs, 21 personnes dans le reste de la population se sont déclarées malades, pour la plupart en lien avec des odeurs provenant de la marée noire alors qu'elles se trouvaient chez elles.

    Les données de ce rapport, régulièrement mis à jour depuis l'explosion le 20 avril de la plateforme Deepwater Horizon à 80 km des côtes de Louisiane, entraînant une marée noire toujours en cours, proviennent des urgences hospitalières, des cabinets médicaux et du centre antipoison de Louisiane.

     

    Marée noire - L'ampleur de la fuite réévaluée à la hausse

    HOUSTON, 10 juin (Reuters) - Des scientifiques américains ont estimé jeudi que la fuite sous-marine à l'origine de la marée noire dans le golfe du Mexique a pu s'effectuer à un rythme atteignant 40.000 barils par jour avant que la compagnie BP parvienne à cisailler la colonne montante du puits le 3 juin.

    Cette évaluation, présentée par Marcia McNutt, directrice du Centre américain de veille géologique (USGS), est nettement supérieure à l'évaluation précédente qui faisait état d'une fourchette comprise entre 12.000 et 19.000 barils par jour.

    Selon l'USGS, la fuite était au minimum de 20.000 barils par jour et au maximum de 40.000 avec une moyenne comprise entre 25 et 30.000.

    (Chris Baltimore et Kristen Hays; Pierre Sérisier pour le service français)

    ((Service Informations générales. Tel: 01 49 49 53 34. paris.newsroom@reuters.com. Reuters Messaging: pierre.serisier.reuters.com@reuters.net))

    Marée noire : le secteur pétrolier tremble

    Mots clés : Pétrole, Bourse, ETATS-UNIS, FRANCE, Barack Obama, Total, HALLIBURTON CO, BP PLC, TECHNIp, CHEVRON, CONOCOPHILLIPS

    Par Marine Rabreau
    10/06/2010 | Mise à jour : 11:36 Réactions (29)


    Crédits photo : AFP

    La marée noire fait plonger BP en Bourse, et entraîne avec elle tout le secteur pétrolier. Un durcissement des règles de l'exploration off-shore se fait sentir. ExxonMobil, Chevron, Halliburton, Total, Technip... toutes souffrent, sauf Bureau Veritas.

    Barack Obama veut «botter les fesses» de BP. Les investisseurs en Bourse lui donnent une claque monumentale. Les conséquences de l'explosion de la plate-forme DeepWater Horizon au large des côtes américaines le 20 avril dernier, à l'origine de la marée noire la plus grave du monde, sont très lourdes pour le secteur pétrolier.

    Les entreprises tremblent à l'idée que les autorités donnent prochainement un tour de vis aux règles d'exploration en mer. Pourtant, sous les fonds marins repose un cinquième des réserves d'or noir.

    Alors que BP coule à la Bourse de Londres et à Wall Street - où la compagnie est également cotée -, les géants de l'or noir sont tirés par les pieds. Depuis l'explosion de la plate-forme au large des côtes américaines survenue le 20 avril dernier, l'américain ExxonMobil - la plus grosse capitalisation boursière de Wall Street - a abandonné 15%, et ses compatriotes ConocoPhillips et Chevron ont lâché respectivement 12,5% et 15%.

    Aux Etats-Unis, les parapétroliers sont aussi à la peine. A l'instar de Halliburton et Transocean qui ont chuté de 31% et de 54% ! A noter que ces deux compagnies, qui s'occupaient de gérer la consolidation des puits et de la plateforme, sont impliquées dans la catastrophe. D'ailleurs, dans le cadre de l'enquête civile et pénale lancée le 2 juin par le ministre de la Justice américain, Eric Holder, les deux sociétés, avec BP, ont été sommées de conserver les archives liées à l'accident.

     

    L'onde de choc atteint la Bourse de Paris

    En France, Total n'échappe pas à la contagion : le cours en Bourse du groupe le plus lourd sur le CAC 40 a trébuché de 14% depuis l'accident.

    Les parapétrolières souffrent énormément aussi, comme Technip, spécialiste des projets clés en main pour des entreprises du secteur pétrolier,qui a dégringolé de 24%. Vallourec, le fabricant de tubes sans soudure, a cédé 9%.

    De son côté, Schlumberger a dévissé de 7,2%.

     

    Les gagnants d'une réforme

    La catastrophé écologique historique que sont en train de vivre les Etats-Unis devrait se traduire par un renforcement des réglementations. «Les sociétés de certification devraient en tirer parti», estiment les analystes de Natixis, qui pensent que «Bureau Veritas paraît le plus à même d'en profiter», car la société est très impliquée dans le contrôle des installations offshore en amont.

    Alors que le broker a relevé ce jeudi son objectif de cours sur Bureau Veritas de 38 à 39 euros, les actions s'adjugent 0,8% à 44,9 euros vers 10h30, alors que le marché s'inscrit en baisse de 0,1% à 3442 points. Depuis le 20 avril, les actions Bureau Veritas ont gagné 6,2%.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :