• Les 75 langues de France, un patrimoine en péril !

    Les 75 langues de France, un patrimoine en péril !

    avec la linguiste Henriette Walter

    Cliquez sur le lien pour accéder au site et écouter l'émission :

    Canal Académie


    La linguiste Henriette Walter dans son livre « Aventures et mésaventures des langues de France » se penche sur un patrimoine menacé, qui n’a pas disparu et qui soulève débats et questionnements. Faut-il enseigner les langues régionales ? Quel est leur avenir ? Le bilinguisme est-il bon pour un enfant ? Découvrez dans cette émission les origines diverses des... 75 langues répertoriées en France !


    <script type="text/javascript"></script> Emission proposée par : Hélène Renard
    Référence : PAG558
    Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/Les-75-langues-de-France-un.html
    Date de mise en ligne : 15 mars 2009


    - Si, par l’édit de François 1er, l’ordonnance de Villers Côterets, le 15 août 1539, le français est devenu officiellement la langue de tous les actes officiels du pays,
    - Si le rapport de l’Abbé Grégoire à la Convention, le 4 juin 1494, a tenté de faire disparaître tous les patois de France,
    - Si, au contraire, depuis 1951, la loi Deixonne propose de rechercher les moyens de favoriser l’étude des langues et des dialectes locaux en France,
    - Et s’il existe, comme vous le savez, une « Délégation générale à la langue française ET aux langues de France » DGLFLF, dont notre invitée Henriette Walter est membre,
    - Il n’en reste pas moins que les langues de France, les langues régionales, si elles sont menacées, n’ont pas disparu. On peut considérer, -c’est du moins le point de vue de notre invitée-, que la langue française, depuis des siècles, a fait, par son omniprésence, de l’ombre aux langues de France. Car Henriette Walter demeure favorable à la diversité linguistique : le français a exercé une pression sur les langues régionales, la politique unificatrice ne les a pas pour autant supprimées, elles ont fait de la résistance...Il faut dire, aussi, que pour un linguiste, plus il existe de langues, plus il se sent heureux et utile !

    Patois et dialecte

    Elle explique tout d’abord que, pour un linguiste, il n’y pas de différence entre une langue, un dialecte, un patois. Un patois, c’est une langue, dit-elle, mais dont l’aire géographique est limitée et qui a connu un destin historique singulier ajoutant que des patois partageant un ensemble de traits communs un dialecte.

    75 langues de France

    Elle nous apprend que, selon la liste établie par Bernard Cerquiglini en 1999, on répertorie 75 langues de France dont les locuteurs peuvent être plus d’un million (pour les créoles) ou quelques dizaines (pour le bourguignon-morvandiau).

    Les origines des langues de France

    Henriette Walter détaille dans cette émission les diverses origines des langues de France.

    Sur le territoire de la France métropolitaine, on trouve la très ancienne langue d’Europe, le Basque (privilège partagé avec l’Espagne) puis des idiomes issus de trois branches de la famille indo-européenne : la celtique, la germanique, la latine.

    Elle évoque donc en premier lieu les langues qui ne sont pas issues du latin,
    -  le basque (enseigné dans les écoles depuis 1969)
    -  le breton. Mais dans son livre on découvre que toute la bretagne ne parlait pas breton, loin s’en faut ! il n’y a pas un unique breton mais quatre variétés principales.
    -  Les langues germaniques, trois groupes dont le francique lorrain, et l’alsacien, le platt

    Puis notre invitée, après avoir passé en revue les langues non latines, aborde les langues romanes.

    -  trois grands domaines : l’oïl, l’oc, le francoprovençal (dont on découvre dans son livre qu’il n’est pas du tout un mélange, fût-il heureux, de français et de provençal !). Ajoutant un mot sur le catalan et le corse.

    -  dans les langues d’oc, il y a aussi des variétés : dont le gascon, le provençal, et le béarnais (cher à Henri IV et à Jeanne d’Albret)
    -  dans les langues d’oïl, des subdivisions : surprise : le gallo ! autre langue régionale de Bretagne qui refait surface.(rappelons, au passage, qu’Henriette Walter a enseigné à l’université de Rennes, de Haute Bretagne)
    -  et elle dit quelques mots sur le Chtimi.

    Enfin elle n’oublie pas les créoles, racontant l’origine de ce mot, leurs aires géographiques et leur vitalité aujourd’hui.

    Le bilinguisme, une chance pour les enfants

    Quel avenir pour les langues régionales ? Elle sont un « trésor en péril »… un patrimoine à sauver. Et surtout, elles sont bénéfiques ! Comment ? parce qu’il est maintenant prouvé qu’un bilinguisme précoce est une chance pour les enfants. Il faut donc sans hésiter leur parler deux langues, celles de leur région ou de l’origine parentale, et le français !

    Ecoutez d’autres émissons avec Henriette Walter sur Canal Académie :
    - Les mots français émigrés
    - Les dix mots de la rencontre
    - L’expansion de la langue arabe
    - Les mots arabes empruntés au français ainsi que notre série sur les relations entre le français et l’arabe.

    Henriette Walter a publié, à la fin de l’année 2008, un ouvrage intitulé « Aventures et mésaventures des langues de France » aux Editions du Temps.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Arlette
    Mercredi 10 Février 2010 à 10:08
    Conférence débat d'Annette BOUDREAU, sociolinguiste, le 5 février 2010 à l'Université de Poitiers, sur le rôle de la langue dans la construction identitaire en milieu minoritaire canadien, précédée d'un documentaire des années 1960 à l'Université de Moncton.
    http://www.archigny.net/spip.php?article=171
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :