• Le Pont transbordeur de Rochefort

    UN ASCENSEUR SUR LE PONT DE MARTROU

    Le pont de Martrou est le dernier pont transbordeur français, Il fait de la résistance à Rochefort. Martrou signifie « trou de mer », bien que ce géant d’acier enjambe du haut de ses 50 mètres un fleuve, la Charente. 50 mètres de haut pour laisser passer les mâts des bateaux.

    Ferdinand Arnodin est né en 1845 à Sainte-Foy-lès Lyon, dans le Rhône. Son père, spécialiste des ponts métalliques, était chef de chantier dans la compagnie Seguin. Enfant, le jeune Ferdinand observe la nature et les chantiers dans lesquels son père travaille. Il deviendra ensuite inspecteur des ouvrages de la Société Générale des Ponts à Péage (ex compagnie Seguin frères) avant de monter sa propre entreprise de constructions métalliques. S'inspirant des cordages des mariniers, il invente un câble plus résistant à torsion alternative, et la poutre dite « Arnodin ».

     

    On est en pleine révolution industrielle. Le métal est à la mode. Gustave Eiffel vient d’ériger sa célèbre tour pour l’exposition universelle de Paris.

    Arnodin sera le concepteur de nombreux ponts métalliques, et on le considère comme l’inventeur des ponts à transbordeur dès 1888. On lui attribue celui de Bilbao en 1893, construit en collaboration avec l’ingénieur espagnol Alberto de Palacio (les deux hommes, sans doute complices, ont d’ailleurs déposé leur brevet le même jour à la même heure chacun dans son pays)...

    ... puis les ponts de : Bizerte (Tunisie, 1898) qui sera d’ailleurs démonté puis remonté à Brest...

    Rouen (1899)...

    Rochefort-Martrou (1900)...

    Nantes (1903)...

    Marseille (1905)...

    Newport (Pays de Galles, 1906) qui ressemble étrangement à celui de Rochefort...

    Bordeaux (inachevé, 1910). Il en reste toujours les piles, témoins d'un projet inachevé :

    Le principe du pont transbordeur.

    On devrait plutôt dire à transbordeur. « Le principe du pont transbordeur consiste à faire croiser une voie fluviale fréquentée par des navires à fort tirant d'air (voiliers notamment) par une voie terrestre fréquentée par des véhicules, et ceci dans une région où le relief plat ne facilite pas l'implantation d'un viaduc classique. La nacelle du pont transbordeur est en fait une sorte de bac suspendu en l'air, au-dessus de la rivière, par des haubans qui le relient à un chariot mobile sur un tablier placé très haut ».

    (Source : http://fr.structurae.de/structures/data/index.cfm?ID=s0000109)

    La notion de  « transbordeur » s’applique dès lors qu’il y a transfert, par des moyens mécaniques - bateau, téléphérique etc., de marchandises ou de passagers,  d’une rive d’un cours d'eau ou d'un fleuve vers l'autre bord. Les ponts à transbordeur, conçus à la fin du XIXème siècle répondirent à plusieurs impératifs, là où d’autres moyens de communication (ponts traditionnels, tunnels, etc.) avaient rapidement trouvé  leurs limites :

    • permettre la traversée d’estuaires ou de passes maritimes soumis à des conditions climatiques difficiles.
    • Autoriser le passage de bateaux de grande taille  dont les mâts pouvaient dépasser plusieurs dizaines de mètres.

    Un pont transbordeur est un pont enjambant un port, un canal ou un fleuve, pour faire passer les véhicules et les personnes d'une rive à l'autre dans une nacelle suspendue à un chariot roulant sous le tablier. La traction, par câble commandé depuis la rive, fut d'abord assurée par une machine à vapeur puis, très vite, par un moteur électrique. Le tout est monté et reste démontable, à la façon d’un immense Meccano.

    Enclavée dans l'un des méandres de la Charente, la ville de Rochefort ne s'ouvrait sur la région sud de Marennes et de l'île d'Oléron que par la passe de Soubise.

    A Rochefort, le bac qui relie Rochefort au village de Martrou, du côté d’Échillais, ne suffit plus. Il reste encore des traces des cales de ce bac :

    Côté Rochefort…

    Vu d'en haut...

    Côté Échillais…

    Et vu d'en haut...

    Rochefort est un arsenal maritime ; il faudra donc gérer à la fois le flux routier, de plus en plus dense, et la navigation maritime. Un concours avait été organisé pour résoudre le problème du franchissement de la Charente assez large à cet endroit. Ferdinand Arnodin obtenu le premier prix Des projets divers de ponts suspendus ou tournants avaient alors été évoqués. On a même envisagé un tunnel sous la Charente. Quand on sait qu’à cet endroit la vase s’enfonce jusqu’à 50 mètres de profondeur, on imagine la difficulté que cela aurait représenté, sans parler du coût de l’opération : de six millions de francs de l’époque contre 586.500 francs pour le Pont Transbordeur qui a finalement été réalisé.

    C’est finalement le projet de Ferdinand Arnodin qui est retenu en 1887. Il s’agit d’un pont à transbordeur, le transbordeur étant la nacelle. Les pylônes culminent à 60 mètres de haut, le tablier à 50 mètres des plus hautes eaux (enfin, quand une tempête comme Xynthia ne s’en mêle pas…).

    La nacelle mesure 11 mètres sur 14 mètres. Elle peut accueillir :


    • 150 piétons
    • ou 9 voitures attelées
    • ou 12 voitures automobiles
    • ou 2 autobus

    La traversée dure 4 minutes, contre 75 secondes à l’époque (mais l’embarquement était plus long). Le prix de la traversée est de 1 € 30 pour l’aller simple, 2 € 20 pour l’aller-retour.

    HISTORIQUE DU PONT DE MARTROU

    • 1887 : Dépôt du brevet de pont transbordeur par Ferdinand Arnodin.
    • 1898 : Début des travaux de construction du pont pour remplacer le bac devenu insuffisant pour assurer le trafic (à noter qu’il y avait un bac entre Port-Neuf à Rochefort et Échillais, un autre entre Rochefort et Soubise, plus en aval)
    • 1900 : Mise en service du pont transbordeur le 29 juillet
    • 1900 : 27 mois après le début des travaux, inauguration du pont.
    • 1912 : L'aviateur Lucien Deneau passe sous le tablier avec son avion.
    • 1927 : Électrification de la nacelle, qui fonctionnait jusque-là à la vapeur.
    • 1933 : la traversée, gratuite jusque-là, devient payante.
    • 1933 - 1934 : Les poutres du tablier et la suspension sont remplacées et modifiées.
    • 1960 : le câblage est refait (câbles porteurs et câbles de retenue)
    • 1966 : Le pont sert de décor au film de Jacques Demy «les demoiselles de Rochefort". Jacques Demy, Nantais, avait connu de transbordeur de Nantes, parti à la ferraille en 1938. Le réalisateur aurait voulu que le pont soit repeint en rose, ce qui lui fut refusé.
    • 1967 : Fin de service. Le pont transbordeur est abandonné au profit d'un pont à tablier levant inauguré le 30 avril
    • 1976 : Le pont est classé Monument historique 30 avril
    • 1990 - 1994 Travaux de réhabilitation du pont transbordeur.
    • 1991 : Mise en service du viaduc de la Charente et destruction du pont à travée levante. Un projet de restaurant panoramique est abandonné parce que jugé trop onéreux (et peut-être trop exposé à Éole qui s’en donne à cœur joie à cet endroit-là). Le pont à travée levante est démonté en juillet 1991. Ce qu’il en reste côté Échillais a été réaménagé en belvédère.
    • 1994 : Fin de la réhabilitation du pont transbordeur et réouverture uniquement aux piétons et aux cycles (ou exceptionnellement à des voitures anciennes ou hippomobiles).
    • 2000 : Le pont fête ses 100 ans. Une fête grandiose va illuminer le transbordeur de mille feux.
    • 2009 : début de la restauration des têtes de pylône et des selles de câbles.

    En 1931, on a recensé le passage de :

    • 19 000 piétons
    • 300 000 cyclistes (hommes + vélo)
    • 8 000 bêtes
    • 23 000 motos
    • 6 000 camions
    • 85 160 voitures automobiles
    • 18 000 camions
    • 5 000 autobus

    Le pont transbordeur fut en activité jusqu’en 1967. On dit que lorsqu’il était fermé, certains n’hésitaient pas à grimper jusqu’au tablier, le vélo sur l’épaule, afin de traverser la Charente.

    Le pont transbordeur fut remplacé en 1967 par un pont à travée levante, inauguré par Michel Debré. Ce pont était fermé à la circulation automobile pour laisser le passage à la navigation maritime durant vingt minutes chaque marée, ce qui entraînait des embouteillages parfois sur plusieurs kilomètres et durant plusieurs heures, surtout lorsque le tablier se coinçait, mémoire de cigogne ! Il fallait alors faire le tour par le pont de Saint-Clément sur la route de Saintes.

    En 1991, pendant trois mois, Rochefort s’est même vu doté de trois ponts…

    Le viaduc, construit dans la foulée du pont de l’Ile de Ré par la Société Bouygues, enjambe la Charente à 30 mètres au-dessus des plus hautes eaux. Il voit passer chaque jour 40 000 véhicules en basse saison, 44 000 en saison estivale (capacité maximale supportée). Ce viaduc, inauguré il y a moins de vingt ans, voit donc déjà ses limites…

    À sa fermeture en 1967, le pont transbordeur était promis à la ferraille. Sur le haut de celui de Marseille (que les Allemands avaient essayé de faire sauter en 1944 pour boucher le port, et qui s’écroula complètement en 1945 suite à sa mise à feu),  il y avait un restaurant de poissons où la bouillabaisse et les langoustes étaient au menu. Ceux de Nantes, Rouen, Bordeaux, Cherbourg avaient d’ores et déjà été démontés.

    En 1976, le pont de Martrou est classé monument historique. Il est restauré entre 1990 et 1994, date à laquelle il reprend du service, mais uniquement pour les piétons et cyclistes.

    Actuellement, trois nacelliers sont chargés de transborder les voyageurs. Récemment, Mallory Mathurin est arrivée, première et unique nacellière dans ce métier d’hommes.

    Le transbordeur est en cours de restauration. Il faut gravir 300 marches (comme la Tour de Pise, Big-Ben ou encore l’Arc de Triomphe pour avoir une idée), pour accéder au sommet du tablier.

    Un bel ascenseur rouge et blanc a donc été installé à gauche du pylône côté Échillais.

    Les travaux commencés en janvier étaient prévus pour environ six mois et se terminer en juillet afin de renforcer le tablier et les suspentes. Au départ, les haubans (verticaux) étaient obliques. Les têtes de pylône et les selles sur lesquelles les câbles reposent avaient besoin d’une sérieuse restauration. Elles supportent l’équilibre du pont et reposent sur neuf rouleaux qui subissent le vent, le sel, les différences de température. Ces rouleaux, de 68 mm de diamètre et d’un mètre de longueur, pèsent 60 kg.

    Ces pièces d’origine (110 ans) étaient attaquées par la corrosion et finissaient pas bloquer le système. On les nettoie à la brosse et ils seront protégés par un mortier de calage de haute performance pour les protéger d’une nouvelle corrosion. Ce nouveau mortier a la particularité de ne pas rétrécir en séchant et de résister à la corrosion. On le dit passivant. Il est capable de supporter 1 000 tonnes au cm².

    31 mars 2010 – 08h00 : un « coup de feu » retentit côté Rochefort, au massif d’ancrage. La nouvelle tombait dans la presse le 1er avril et on a pu croire à un super poisson d’Avril : Le pont de Martrou risquait de s’effondrer, et un câble capable de couper une maison en deux se balançait dans les airs. Mais ne n’était pas un poisson ! Une pièce de 15 kg (appelée « épingle » sans doute en raison de sa forme rappelant celle d’une épingle à nourrice), sous une tension de 22 tonnes, supportant le câble le plus haut, vient de se casser.

    La pièce cassée est propulsée dans l’air et s’enfonce profondément dans la terre un peu plus loin. Les six familles résidant sur place sont évacuées le temps de sécuriser la zone (sauf deux résidants qui devront signer une décharge). De gros étaux sont installés. Les treuils supportent 35 tonnes.

    Les 23 autres attaches sont donc en cours de contrôle, des deux côtés de la Charente. Seuls les riverains sont autorisés à approcher le secteur du chantier. Il faudra attendre au moins six semaines avant de pouvoir reprendre les travaux.

    On espère toutefois pouvoir rouvrir le transbordeur le 24 juin comme initialement prévu, au moins pour le temps de saison estivale.

    La Société Baudin-Châteauneuf spécialiste des ponts suspendus, mais aussi des éoliennes et de l’entretien des ascenseurs de la Tour Eiffel est chargée des travaux. La petite histoire veut que Basile Baudin, ingénieur travaillant pour Arnodin, ait racheté son entreprise. À la mort de Ferdinand Arnodin en 1924, Basile Baudin, fabriquant de charpentes métalliques (pylônes, grues…), reprend la construction des ponts.

    La nacelle d’origine a été dynamitée par les Allemands en 1945 et tombe dans l’eau. Elle est refaite en 1945, puis abandonnée en 1967 à la fermeture du transbordeur. Trop rouillée, elle sera démontée et refaite au moment de la restauration à l’identique de celle de 1900. Il s’agit donc de la troisième nacelle. Elle est empruntée à 95 % par les touristes, à 5 % par la population locale (échillaisiens voulant faire leurs courses sur Rochefort, collégiens souhaitant rentrer chez eux à vélo sans avoir à monter sur le viaduc).

    Le pont subit actuellement un traitement anticorrosion. En ce moment est menée une campagne de mise en peinture des entrecroisements.

    Le pont transbordeur appartient à l’État ; il est géré par la DRAC (direction régionale des affaires culturelles) qui en a donné la gestion à la Communauté du Pays Rochefortais. Les travaux sont payés par l’État et leur coût est équivalant à celui de construction d’un rond-point. L’entretien courant est fait par la ville de Rochefort, tous les lundis et jeudis matins. Les Bâtiments de France interviennent également.

    Sur chaque rive les anciennes cales du bac sont toujours visibles au pied du pont transbordeur. La Maison du Transbordeur, côté Échillais, était un dépôt de marchandises faisant face à un relais de poste, aujourd’hui racheté par un particulier.

    Quel avenir pour le pont transbordeur ?

    Dans un premier temps, les visites costumées devraient reprendre tous les jeudis à partir de juin (sous réserve de réouverture durant la saison estivale) avec départ de la Maison du Transbordeur à Échillais et arrivée à Rochefort à la guinguette du transbordeur.

     Classement au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO :

    Il reste 8 ponts transbordeurs de par le monde. Le pont de Bilbao est déjà classé depuis 2006 au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Un projet est de classer tous ces ponts transbordeurs. 

    Flonigogne

     

    PS : Un article pour le 20e anniversaire du viaduc dans l'Hebdo de Charente-Maritime :

    "Rochefort - Vingt ans et en pleine forme"


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Marie-Christine
    Lundi 19 Avril 2010 à 14:04
    Encore bravo à vous Deux pour ce reportage du Pont Transbordeur , de belles photos comme toujours ...amitiés Pontilabiennes

    Marie-Christine
    2
    mfyph
    Mercredi 29 Septembre 2010 à 10:27
    En relation avec un futur livre sur l'aéronautique à Rochefort, je cherche désespérément la carte postale avec l'aviateur Deneau passant en dessous du pont transbordeur en 1912 .....

    mfyph@aol.fr
    06 23 58 28 62
    3
    le traversier Profil de le traversier
    Mercredi 29 Septembre 2010 à 21:30
    Il me semble avoir vu la photo de l'avion passant sous le transbordeur à la maison du transbordeur à Echillais, mais était-ce dans un livre sur les photos exposées ?
    ça vaudrait le coup d'aller y faire un tour...

    Flonigogne
    4
    Milloudu17
    Dimanche 2 Octobre 2011 à 11:59
    C'etait une visite interessante pour ma classe et moi , mais je me pose encore beaucoup de question sur ce pont ..
    5
    combagj
    Mercredi 19 Octobre 2011 à 15:18
    Petite question technique: est-que les câbles d'arrimage de la nacelle qui s'entrecroisent, sont en contact entre eux dans leur croisement? Autrement dit est-ce que les haubans de la nacelle se touchent? (ce qui pourrait les user.) Si non quelle distance existe-t-il dans leur croisement.?
      • le traversier Profil de le traversier
        Mercredi 19 Octobre 2011 à 18:56
        Bonsoir, Non, les câbles ne se touchent pas. La distance entre eux, je ne la connais pas et j'ai du mal à l'estimer. Je vais regarder d'un peu plus près... AlCaribou
    6
    etliane
    Jeudi 4 Avril 2013 à 18:25
    Je suis né en 40 et je connais ce pont depuis tout jeune, je le prenais avec mes parents pour rejoindre port des barques, je l'ai revisité il y a 3 ans, il me fascine toujours autant puisque j'ai prévu de le reproduire en pièces de Meccano dans une échelle entre 1/50e et 1/75e. Je suis actuellement à la recherche de documents surtout techniques. A bientôt. Roger
      • le traversier Profil de le traversier
        Samedi 20 Avril 2013 à 20:40
        Bonne chance pour la recherche et la reconstitution ! AlC
    7
    Etliane
    Dimanche 23 Juin 2013 à 10:56
    Bonjour et merci à vous pour ce reportage très intéressant. De mon coté, ça avance, j'en suis à mon 3eme pylône, le 4eme suivra et après ! ! ! ! le Tablier, 3,50 M de long car j'ai opté pour l'échelle 1/50e donc un sacré morceau mais, avec le temps, rien n'est impossible.. Je continuerais à vous tenir au courant de l'avancement. A bientôt. Roger
    8
    chouchou 87
    Samedi 14 Septembre 2013 à 22:12
    samedi 14 septembre 2013 bonjour j'ai visité l'Hermione 8 fois avec famille ou amis je suis adhérente depuis 3 ans j'aimerais savoir la date de la pose des voiles et si l'equipage est choisi a vous lire par mail Merci et félicitations pour cette réussite chantal
      • le traversier Profil de le traversier
        Mardi 17 Septembre 2013 à 20:09
        Bonsoir Chantal, Il n'y a pas de date particulière pour la pose des voiles. Une fois terminées, celles-ci sont essayées, mais on ne les laisse pas sur le voilier. Quant à l'équipage, il n'est pas encore constitué. On connaît au moins le nom du capitaine : Yann Cariou. On n'est pas sûr non plus que l'Hermione se rende à Boston en 2015, mais elle aura fait des essais en mer d'ici là. Cordialement, AlCaribou
    9
    etliane
    Dimanche 27 Juillet 2014 à 20:37
    Me revoilà sur le site, cela fait un peu plus d'un an que je vous ai parlé du pont en Meccano que j'envisageais de construire, eh bien, c'est fait, il est pratiquement terminé reste la mise au point de la motorisation. Au 1/50e, il fait 3,50 M de long, 1,48 M de haut avec ses plots en bêton. Le développé total fait 7,40 M de point d'ancrage coté Echillais au point d'ancrage coté Rochefort. La Nacelle est une reproduction le plus exacte possible avec des voitures et des passagers au 1/50 également. Son poids environ 61,5 Kg. je pense faire quelques expos en Vendée puis pour son 115e anniversaire le présenter à la Maison du Transbordeur. A+
    10
    Didier
    Jeudi 20 Novembre 2014 à 16:54
    Bonjour, Félicitations pour votre site : je suis arrivé dessus par hasard et je me suis "régalé" !
      • le traversier Profil de le traversier
        Jeudi 20 Novembre 2014 à 19:32
        Merci !
    11
    chris
    Samedi 13 Décembre 2014 à 22:46
    bravo de faire revivre des moments aussi exeptionels je voudrais savoir lorsquele viaduc a ete inaugure en 1991 il y avait un peage qui c'est arrete en 2004 je crois savoir mais certaines personnes du departement 17 pouvait avoir une vignette pour passer ce pont pouvez vous me confirmer merci pour la reponse
      • le traversier Profil de le traversier
        Lundi 15 Décembre 2014 à 09:39
        Bonjour ! Le viaduc de Martrou a été payant jusqu"au 19 décembre 2003. Cependant, il était gratuit pour les véhicules immatriculés en Charente-Maritime. (Il fallait demander une vignette.) Cordialement, AlCaribou
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :