• Le lutin d'Angély

    PORTRAIT. <g>Le lutin d'Angély</g>


    Fasciné par la beauté médiévale de sa ville, l'artiste Thierry Warion a créé un petit personnage échappé du monde des elfes et des tours de la cité

    Par : Alban Boigeol

    Saint-Jean-d'Angély
    Thierry Warion est un étonnant personnage. Tour à tour peintre, poète, photographe, il a réussi en moins d'un an de présence à Saint-Jean-d'Angély à réunir une quasi-unanimité autour de son art. Exposé à la Tour de L'Horloge, membre de la Palette angérienne qui fête son 26e salon du 20 septembre au 5 octobre, il était fin août l'invité d'honneur de « Peintres des villes, peintres des champs ». « J'ai participé depuis dix ans à toutes les éditions de cette manifestation, précise-t-il. Et si je suis nouvel Angérien depuis mon installation en ville l'an dernier, ma famille a de vraies racines charentaises. » Son grand-père maternel, Marcel Joussaume, a en effet créé la célèbre Muse angérienne, où Marie-Josephe Richard a exercé ses talents de chanteuse d'opérette.


    Créateur dans l'âme.
    Celui qui se définit lui-même comme un « peintre fantasque » a eu un parcours de vie singulier avant de devenir artiste à plein temps. « J'ai travaillé comme commercial pour des maisons de farces et attrapes. Les déguisements, le maquillage de fête, les cotillons… C'était mon gagne-pain », se souvient-il. Créateur dans l'âme, il dessina le logo de l'une des entreprises qui l'employait. Et, dans cet univers de contes de fées, il affina le thème du merveilleux qui ne cesse de le poursuivre.
    Actuellement, Thierry Warion photographie des pans de murs angériens où semble émerger un visage, que le temps ou les imperfections de la pierre ont tracé comme par miracle. Ses tableaux où le figuratif côtoie l'abstrait, où les caricatures se perdent dans une luxuriante nature, sont autant de stratagèmes pour s'évader dans un monde parallèle.

    Un personnage facétieux.
    Là, tout semble permis, comme côtoyer les elfes, les fées et les lutins. « Lors du précédent Noël, j'ai eu l'idée de créer le « Lutin d'Angély ». Ce petit personnage facétieux et ludique semble sortir tout droit de notre cité au passé médiéval, commente-t-il. Il vient des entrailles de la ville afin de nous transmettre sa part de mystère. »
    Pour l'instant, les multiples incarnations du lutin d'Angély s'ébrouent en liberté dans la maison de l'artiste. Seul un cénacle d'amis est convié, lors de joutes picturales où leur hôte reste égal à lui-même : « Vous avez votre cerveau au bout de votre pinceau, soyez fou », lâche-t-il. Soyons fous à notre tour et imaginons qu'un jour ce petit lutin, enfanté par l'imagination fertile d'un artiste, pourrait devenir symbole de notre ville, toujours en quête de sa véritable identité. « Le lutin d'Angély », avec son air aussi coquin que mystérieux, saurait sans doute charmer en chemin les touristes qui traversent notre cité sans prendre le temps de la visiter.
    Contact (et visite privée de la maison de Thierry Warion, qui présente toutes les facettes de son art) : 06 21 76 01 40.

     

    Paru dans Sud Ouest le 16 septembre 2008


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :