• Ah, vous êtes là ?

    Un bout de voyage en traîneaux à chiens dans le Grand Nord pour accompagner les conférences sur les Inuit !

    Le Traversier

     


    votre commentaire
  • Le survol du pôle Nord en ballon
    par Jean-Louis Etienne

    Découvrez le site de Jean-Louis Etienne, l’explorateur des pôles

    Le mot de Jean-Louis
     
    La rozièreCaractéristiques techniques :
    Volume d’hélium : 2 200 m3 d'hélium
    Volume du cône d’air chaud : 500 m3 d'air chaud
    Hauteur du ballon : 28 mètres
    Diamètre : 16 mètres
    Alimentation : 360 kg de propane garantissant une autonomie de vol de 15 à 20 jours
    L’enveloppe est réalisée en polyester et nylon.

    La rozière, un ballon aérostat sophistiqué
    On les nomme ainsi en hommage à Pilâtre de Rozier, premier à en inventer le principe. Entre montgolfière et ballon à gaz classique, la rozière enferme une enveloppe d’un gaz plus léger que l’air (le plus souvent de l’hélium). Cette enveloppe est dilatée à l’aide d’un cône d’air chaud sous l’effet d’un petit brûleur. L’avantage de la rozière est qu’elle est très économe en énergie, puisqu’il s’agit juste de maintenir la dilatation optimale de la poche d’hélium pour se maintenir en altitude, ce qui permet une plus grande autonomie que la montgolfière classique qui ne peut se maintenir dans les airs que quelques heures alors que la rozière que va utiliser Jean-Louis Etienne à la capacité de se maintenir dans les airs une vingtaine de jours .

    En théorie, un ballon de type rozière peut monter jusqu’à 11 000 mètres d’altitude. La seule limite viendra ici de l’absence de pressurisation : néanmoins, Jean-Louis Etienne a prévu une alimentation supplémentaire en oxygène pour des incursions de durée limitée dans la haute atmosphère.
     

    La nacelleLa nacelle : espace de vie restreint
    La nacelle, conçue par Gérard Guérin, autour d’une armature en aluminium, agrège des panneaux en sandwich de fibre de verre et mousse polyuréthane de 5cm d’épaisseur de manière à assurer la meilleure isolation thermique possible.

    Seul aménagement de vie à bord, une banquette servira à la fois de siège et de couchette face à une console intégrant les instruments de navigation et le dispositif de communication. Trois positions pour l’aéronaute : allongé, assis ou debout sans possibilité de marcher. Un chauffage au propane maintiendra une température de 15°C à l’intérieur.

    Un dôme en altuglas placé sur l’ouverture sommitale permet une surveillance de l’enveloppe et des brûleurs depuis l’intérieur.

    votre commentaire
  • Ecoutez les 4 reportages diffusés par Radio-Canada dans le cadre du

    Grand Prix du Journalisme des radios francophones (s'écoute avec SilverLight)

    Le prix a été attribué à Akli Aït ABDALLAH  de Radio-Canada pour :

    Les Inuits : Un peuple en détresse

    Lancé en 1963, le Grand Prix du journalisme radiophonique est la distinction internationale la plus prestigieuse qui puisse être offerte aux journalistes des radios francophones.

    Ce prix couronne le meilleur traitement d’un événement d’actualité, la meilleure enquête de caractère journalistique ou le meilleur reportage sur un fait de société.

    Le jury est constitué de cent auditeurs des quatre radios, ving-cinq dans chaque pays. Le prix est attribué au terme d’une émission spéciale dans laquelle sont diffusés les quatre reportages. Il est doté de 3 300 €.

    Le Traversier vous a trouvé les vidéos suivantes par-dessus le marché !

    Hier

    Aujourd'hui

    Atemporel

    En outre, l'émission de radio "La Tête au Carré" de France-Inter (s'écoute avec RealPlayer)   a passé la semaine du 8 au 12 décembre 2008 à Montréal et a fini en beauté le vendredi 12 sur le thème de l'anthropologie du Québec et la démographie historique.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique