• La bière : conférence et dégustation

    La bière : conférence et dégustation

    Au premier étage de la halle aux vivres de Brouage, et présenté par Alain Gardrat, président du comité de jumelage de Marennes, Robert Dutin, auteur de l'Annuaire des Brasseries françaises, nous raconte l'histoire de la bière, des hommes préhistoriques à nos jours.

    annuaire-2011

    Blé, orge, maïs, riz, sorgho, millet et banane peuvent servir à faire de la bière. Mésopotamie, Egypte, pour les premières recettes ; Allemagne, Belgique, France, Suisse, Canada, etc, de nos jours.

    Sucelius, le patron des tonneliers, acceptait aussi bien la bière que le vin ! Mais pourquoi diable, en 92, Domitien avait-il fait arracher, en Gaule, les vignes là où poussaient les céréales ? Déjà l'envie de monopole pour les vins italiens ! Les Gaulois se sont rabattus sur la cervoise et ils ont paru satisfaits ! La cervoise (la "cervisia" des Romains mais sans doute la potion magique de nos Irréductibles) a, en fait, précédé la bière (la "bier" des Germains), caractérisée par l'adjonction de houblon au VIIIème siècle.

    La première brasserie française date de 711. Charlemagne avait eu la bonne idée de décréter que chaque abbaye devait avoir sa brasserie pour fabriquer un "pain liquide" de qualité. (On retrouve la notion de monopole).

    En 947 Othon II accorde le droit de brasser à l'évêque de la ville de Liège : la bière belge prend forme avant que la Belgique n'existe !

    La bonne idée du houblon, remplaçant le gruyt pour aromatiser la bière, avait été appuyée par Hildegarde de Bingen qui avait trouvé quatre grande vertus dans le humulus lupulus, que nous nommerions antiseptique, apéritif, digestif, antidépresseur avec nos mots modernes.

    1268 : les cervoisiers de Paris obtiennent un statut.
    1397 : dans l'imagerie, on voit l'étoile des brasseurs au-dessus des cuves.
    1435 : sous Jean-sans-Peur, duc de Bourgogne, première apparition du mot "bière" en Bourgogne.
    1516 : loi de pureté pour la fabrication de la bière : de l'eau et du grain.

    1810 : un bond dans le temps pour saluer la première Oktober Fest à Munich !
    1815 : la science arrive avec Louis Joseph Gay-Lussac qui va analyser et décrire ce que contient la bière : de l'eau à +/-  90 %, de l'alcool à +/- 5 %, du gaz carbonique et plein d'autres choses (en petites quantités, mais c'est là que se font les différences avec d'autres breuvages !)

    1856 : première installation réfrigérée. Avant il y avait des puits de glace [des installations que l'on trouvait dans beaucoup de châteaux et d'abbayes].

    1859 : révolution : le train ! On pouvait dorénavant exporter la bière alsacienne. De 1859 à 1869, en 10 ans, le trafic fut multiplié par six.

    1867 : premier sous-bock.

    1870 : catastrophe : guerre avec l'Allemagne et annexion de l'Alsace. Résultat : nombre de brasseurs, qui ne pouvaient plus faire ce qu'ils voulaient, sont partis s'installer dans d'autres régions de France. Cela jusqu'en 1885.

    1876 : Louis Pasteur s'est intéressé de près à la bière en voulant en produire une meilleure que ce que buvait son boit-sans-soif de gendre !

    1891 : apparition du bouchon-couronne dans cette période faste pour la bière due à l'attaque du méchant puceron phylloxéra sur la vigne en 1866. Ce fut l'apothéose de la production de bière française en cette fin de XIXème siècle.

    Au début du XXème siècle, ce fut le début du déclin. Le nombre des brasseries diminua inexorablement :

    • 1903 : 3360
    • 1910 : 2666
    • 1926 : 1752
    • 1939 : 1000
    • 1947 : 670
    • 1980 : 22

    Entre 1950 et 1960 il y eut une concentration des brasseries, et ensuite une reconstruction des entreprises.

    Etonnant : la France est le premier exportateur de malt. (Rappelons que le malt, c'est du grain - ici de l'orge -  germé, séché au four et réduit en farine.)

    • 2011 : on est remonté à 390 brasseries. (On dépassera les 400 en 2012. Cependant une brasserie sur deux disparaît en cinq ans.)

    Info sur les bières spéciales :

    • la bière de Noël était à l'origine un cadeau traditionnel des brasseurs à leurs clients
    • la bère de mars est faite avec les dernières récoltes d'orge

    En bref, pour faire un litre de bière, il faut :

    • 200 grammes de malt
    • 2 grammes de houblon
    • 1 centilitre de levure
    • 5 à 10 litres d'eau

    Après la conférence, ce fut le moment de la dégustation grâce à Hedwig Beernaert, Belge d’Ostende, désormais installé à Rochefort pour produire la bière Fort Boyard. Ce lundi il y avait aussi une surprise avec une bière spéciale Brouage-Champlain au sirop d'érable ! Explications données à Jean-Marie Petit, maire de Hiers-Brouage et à Mickaël Vallet, maire de Marennes.

    brouage_conférence sur la bière 012 (copier)
       

    Après l'apéritif à la bière, un repas suivait avec... oui, oui des frites pour accompagner la carbonade flamande (une sorte de bœuf bourguignon à la bière), et finir par une gaufre. C'était une bonne mise en bouche pour la suite de la semaine des cultures francophones, version belge, à Marennes !

    AlCaribou


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :