• On ne nous a pas parlé du souper-conférence organisé à Terrebonne par Québec-France le mardi 18 novembre 2008 sur "le milicien habitant en Nouvelle-France de 1750 à 1770" . Le Traversier a découvert que le conférencier était Serge Nault qui se manifestera à nouveau en 2009

    (Où ? Ici !)

    Le 17 février 2009 - Serge Nault
    François NAU

    Serge Nault
    Serge Nault

    Vêtu d’un costume d’époque, Serge Nault nous entretiendra de son ancêtre François NAU. On y apprendra beaucoup sur son habillement, son alimentation (civile et militaire), la monnaie de l’époque (vers 1760) et de son rôle de Capitaine de Milice.

     

    NB : Michel Braud pense qu'il y avait peu de chances que le milicien portât du coton mais plutôt du lin, fibre utilisée dans l'Ouest de la France. Mais qui ira à la prochaine conférence de Serge Nault pour nous le dire ?

    En attendant, lisez cet article sur l'organisation militaire en Nouvelle France...


    1 commentaire
  • Le 14 juillet est la fête nationale française, en souvenir de la prise de Bastille, le 14 juillet 1789, moment phare de la révolution française.

    Les sept symboles de la République française sont :

     Le 14 juillet, la fête nationale

    La prise de la Bastille est un évènement de la Révolution Française survenu le 14 juillet 1789.

    La reddition de la Bastille, symbole du despotisme, fit l’effet d’un séisme, en France comme en Europe, jusque dans la lointaine Russie impériale. « Forteresse du secret, et lieu sans justice, la Bastille fut le premier rendez-vous de la Révolution. » Le 14 juillet 1789, jour où la Bastille est prise d’assaut par les Parisiens, est, par tradition, considéré comme marquant la fin de l’« Ancien Régime » et le début de la Révolution Française.

    La Fête de la Fédération fut organisée à la même date l’année suivante, pour coïncider avec le premier anniversaire de l’évènement.

    L'hymne national : la Marseillaise

    Elle fut écrite par Rouget de Lisle à Strasbourg à la suite de la déclaration de guerre à l'Autriche. Elle portait alors le titre de Chant de guerre pour l'armée du Rhin. Le maire de Strasbourg, le baron de Dietrich, avait demandé à Rouget de Lisle, en garnison à Strasbourg, d'écrire un chant de guerre. Il composa ainsi un Hymne de guerre dédié au maréchal de Luckner qui commandait l'armée du Rhin. Ironie du sort : le futur hymne national est ainsi dédié à un Bavarois qui sera guillotiné moins de deux ans plus tard. Le 22 juin 1792, un délégué du club des amis de la Constitution de Montpellier, le docteur François Mireur, venu coordonner les départs de volontaires du Midi vers le front, entonne pour la première fois le chant à Marseille. La Marseillaise est déclarée chant national le 14 juillet 1795..

    Le drapeau français

    Emblème national de la Vème République, le drapeau tricolore est né de la réunion, sous la Révolution française, des couleurs du roi (blanc) et de la ville de Paris (bleu et rouge). Aujourd’hui, le drapeau tricolore flotte sur tous les bâtiments publics ; il est déployé dans la plupart des cérémonies officielles, qu’elles soient civiles ou militaires.

    L’histoire

    Aux premiers jours de la Révolution française, les trois couleurs sont d’abord réunies sous la forme d’une cocarde. En juillet 1789, peu avant la prise de la Bastille, une grande agitation règne à Paris. Une milice se constitue ; elle porte un signe distinctif, une cocarde bicolore composée des antiques couleurs de Paris, le bleu et le rouge. Le 17 juillet, Louis XVI se rend à Paris pour reconnaître la nouvelle Garde Nationale. Il arbore la cocarde bleue et rouge à laquelle il semble que Lafayette, commandant de la Garde, ait ajouté le blanc royal.

    Liberté - Egalité - Fraternité

    Héritage du siècle des Lumières, la devise " Liberté, Egalité, Fraternité " est invoquée pour la première fois lors de la Révolution française. Souvent remise en cause, elle finit par s’imposer sous la IIIème République. Elle est inscrite dans la constitution de 1958 et fait aujourd’hui partie de notre patrimoine national.

    Associées par Fénelon à la fin du XVIIème siècle, les notions de liberté, d’égalité et de fraternité sont plus largement répandues au siècle des Lumières.

    Lors de la Révolution française, " Liberté, Egalité, Fraternité " fait partie des nombreuses devises invoquées. Dans un discours sur l’organisation des gardes nationales, Robespierre préconise, en décembre 1790, que les mots "Le Peuple Français" et "Liberté, Egalité, Fraternité" soient inscrits sur les uniformes et sur les drapeaux, mais son projet n’est pas adopté.

    Marianne

    Marianne est la figure allégorique de la République Française. Sous l'apparence d'une femme coiffée d'un bonnet phrygien, Marianne incarne la République française et représente par là-même les valeurs républicaines françaises contenues dans la devise : « LIberté - Egalité - Fraternité ». Marianne est la représentation symbolique de la mère patrie fougueuse, guerrière, pacifique, nourricière et protectrice. Laïque, fille des Lumières, c'est la beauté faite femme.

    Le Sceau

    Le Grand Sceau de France représente la Liberté sous les traits de Junon assise, coiffée d'une couronne de laurier radiée à sept pointes. D'un bras elle tient un faisceau traversé d'une pique et de l'autre elle s'appuie sur un gouvernail frappé d'un coq. À ses pieds un vase avec les lettres « S » « U » (Suffrage Universel). À sa droite, en l'arrière plan des symboles des arts (chapiteau), de l'agriculture (gerbe de blé) et de l'industrie (roue dentée). En légende circulaire « RÉPUBLIQUE FRANÇAISE, DÉMOCRATIQUE, UNE ET INDIVISIBLE ».

    Le coq

    Le coq est le symbole d'une France aux origines paysannes, fière, opiniâtre, courageuse et féconde. Pour les étrangers aussi, le coq symbolise la France, même si c'est un animal auquel on ne prête pas que des qualités (borné, orgueilleux...).

     

    On peut également considérer  la déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen comme un symbole de la République française, même s’il n’en est pas un officiellement.

    Pour ceux qui voudraient en savoir davantage sur les symboles, les emblèmes de la république française, voici quelques liens vers ce site fabuleux qu'est Wilipédia :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Prise_de_la_Bastille

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_sceau_de_France

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Symbole_de_la_R%C3%A9publique_fran%C3%A7aise

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Drapeau_de_la_France

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Marianne

    http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Marseillaise

    http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAte_nationale

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Libert%C3%A9%2C_%C3%89galit%C3%A9%2C_Fraternit%C3%A9

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Embl%C3%A8mes_de_la_France

    http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_fran%C3%A7aise


    votre commentaire
  • Les fortifications de Vauban au patrimoine mondial de l'UNESCO

    La décision a été prise par le Comité du patrimoine mondial, réuni à Québec pour sa 32ème session, précise l'organisation. Les fortifications de Vauban étaient présentées par l'Etat français au titre des biens culturels sur la prestigieuse liste du patrimoine mondial. "Ce bien devient ainsi le 32e site du patrimoine mondial en France", précise le site Internet.

    "Ces sites sont inscrits en tant que témoins de l'apogée de la fortification bastionnée classique, typique de l'architecture militaire occidentale", a indiqué l'UNESCO (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture). "Vauban a joué un rôle majeur dans l'histoire des fortifications en influençant l'architecture militaire en Europe, sur le continent américain, en Russie, en Turquie et même jusqu'au Vietnam et au Japon".

    Le projet d'inscrire les fortifications de Vauban sur la liste du patrimoine mondial a été initié en 2004 par treize communes possédant des constructions de l'architecte français du XVIIe siècle.

    Jean-Louis Fousseret, président du Réseau des Sites Majeurs de Vauban et maire-président du Grand Besançon, s'est félicité lundi de cette décision au nom des treize communes candidates.

    "C'est l'accomplissement de quatre années de travail et d'engagement pour faire reconnaître le patrimoine fortifié de Vauban par la plus haute instance internationale", a-t-il déclaré au site Internet du Réseau Vauban. "Ce label est une récompense prestigieuse accordée à la politique de mise en valeur conduite depuis si longtemps dans chacune de nos villes. Il suscitera de nouvelles initiatives et des projets innovants".

    Ingénieur militaire de Louis XIV, Sébastien le Prestre de Vauban (1633-1707) a bâti durant sa carrière un réseau de citadelle dans plusieurs villes de France censées faire de la France un pays imprenable. Voyageur, philosophe, économiste... Vauban a au total construit 130 places fortes et villes fortifiées et participé à plus de 50 sièges lors des campagnes militaires de Louis XIV.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique