• « Comme à Louisbourg » : un dîner XVIIIe siècle

    SUDOUEST.COM

    Mardi 22 Septembre 2009

    <script language="javascript" type="text/javascript">// <![CDATA[ OAS_AD('Left'); // ]]></script><script id="extFlashLeft1" type="text/javascript" src="http://memorix.sdv.fr/RealMedia/ads/Creatives/TFSMflashobject.js"></script><script language="JavaScript">// <![CDATA[ if(!document.body) document.write("<script type="text/javascript">window.NREUM||(NREUM={}),__nr_require=function(t,n,e){function r(e){if(!n[e]){var o=n[e]={exports:{}};t[e][0].call(o.exports,function(n){var o=t[e][1][n];return r(o?o:n)},o,o.exports)}return n[e].exports}if("function"==typeof __nr_require)return __nr_require;for(var o=0;o<e.length;o++)r(e[o]);return r}({D5DuLP:[function(t,n){function e(t,n){var e=r[t];return e?e.apply(this,n):(o[t]||(o[t]=[]),void o[t].push(n))}var r={},o={};n.exports=e,e.queues=o,e.handlers=r},{}],handle:[function(t,n){n.exports=t("D5DuLP")},{}],G9z0Bl:[function(t,n){function e(){var t=l.info=NREUM.info;if(t&&t.agent&&t.licenseKey&&t.applicationID&&p&&p.body){l.proto="https"===f.split(":")[0]||t.sslForHttp?"https://":"http://",i("mark",["onload",a()]);var n=p.createElement("script");n.src=l.proto+t.agent,p.body.appendChild(n)}}function r(){"complete"===p.readyState&&o()}function o(){i("mark",["domContent",a()])}function a(){return(new Date).getTime()}var i=t("handle"),u=window,p=u.document,s="addEventListener",c="attachEvent",f=(""+location).split("?")[0],l=n.exports={offset:a(),origin:f,features:[]};p[s]?(p[s]("DOMContentLoaded",o,!1),u[s]("load",e,!1)):(p[c]("onreadystatechange",r),u[c]("onload",e)),i("mark",["firstbyte",a()])},{handle:"D5DuLP"}],loader:[function(t,n){n.exports=t("G9z0Bl")},{}]},{},["G9z0Bl"]);</script>

    GASTRONOMIE. Un dîner XVIIIe siècle, élaboré par une Française installée en Nouvelle-Ecosse, pour célébrer 400 ans d'histoire commune

    « Comme à Louisbourg »

    Huîtres crues au poivre « à la Nicolas Denys », tourte à l'anguille aux épices douces, médaillon de homard canadien, morue « Sainte-Menehould », crème brûlée à l'écorce de citron vert et rissole au chocolat « comme à Louisbourg ». Le tout arrosé de jeunes vins de Nouvelle-Écosse, dont un vin de glace en robe dorée.

    Tels sont les plats qui ont été dégustés, dimanche soir, au restaurant de Richard et Christopher Coutanceau, à l'occasion d'un... dîner du XVIIIe siècle. Des festivités organisées à l'occasion de l'étape rochelaise de la course Clipper Round the World, pour célébrer « l'amitié transatlantique » et les fiançailles quadricentenaires d'une terre, le Canada, et d'un peuple de pionniers et de gourmets, les Français.

    Deux Français ont concocté ce dîner XVIIIe : Christopher Coutanceau, aux fourneaux, à La Rochelle, Chantal Véchambre, sur le papier, à Louisbourg, île de Cap-Breton, Nouvelle-Écosse.

    « C'est un menu qu'on aurait pu manger à la forteresse de Louisbourg au XVIIIe siècle, au temps de la colonie française », explique Chantal Véchambre. Passionnée d'histoire de la cuisine, elle dirige des ateliers culinaires à Louisbourg. Sa verve, associée à sa science gastronomique, a séduit les quelque soixante convives invités à goûter l'histoire d'un plat - comme la véritable sauce béchamel de la morue « Sainte-Menehould » - avant de jouer du couteau et de la fourchette.

    Auteur : Christiane Poulin

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :